Archive

Archives de l'auteur
09 Avr

Haute fidélité, Objectivité et Subjectivité, l’œuvre de Dieu et la part du Diable…

High End Munich 2017Après quelques belles découvertes musicales, des rencontres très sympathiques avec quelques génies de l’électronique et quelques courts voyages à Paris, à Reims ou à Bruxelles, le moment est venu de poser pour moi de poser ma petite valise et de faire le point. Si les voyages – même les plus petits – forment la jeunesse, la réflexion à tête reposée me permettra surtout de faire une pause et de clarifier les choses dans notre domaine bien particulier de la reproduction musicale. Car c’est bien de reproduction musicale qu’il s’agit si l’on veut, posément, définir ce qu’est la Haute Fidélité.

Cependant, cette définition restera incomplète si nous ne pouvons la clarifier plus en avant. Si j’ai tendance à penser que la Haute Fidélité ne passera pas la prochaine génération sans une sérieuse remise en question, j’ai aussi eu l’occasion d’entendre deux sons de cloche bien différents… Ces deux timbres reposent tout simplement sur la question du rapport au réel pour la musique reproduite. Dans ce cas, peut-on parler de rapport objectif ou subjectif à la reproduction musicale en rapport à la Haute Fidélité ?

Une antithèse qui mérite une synthèse si l’on veut se mettre d’accord sur ce qu’est la Haute Fidélité

High End Munich 2017Inutile de chercher 12 à 14 heures pour définir ce qu’est la Haute Fidélité. De manière raisonnable, je vous dirais tout simplement que la Haute Fidélité est en rapport avec la reproduction musicale d’une œuvre, d’un morceau de musique, d’un concert ou dans un studio en fonction des limites intrinsèques des électroniques, enceintes et accessoires utilisés pour obtenir ce résultat musical.

Parler de reproduction et non pas d’une écoute originale suppose donc que l’on cherchera à s’approcher le plus près possible de l’œuvre originale par le moyen des électroniques et des processus électroacoustiques, autrement dit vos enceintes. On parlera donc d’une recherche de la Fidélité la plus Haute possible et donc, la plus proche des conditions réelles du concert. Jusque là, il est probable que nous restions d’accord si nous considérons cette définition comme répondant à une considération objective de la Haute Fidélité. Cependant, cette valeur objective présente aussi le défaut de ses qualités, c’est à dire qu’il sera particulièrement difficile d’obtenir une reproduction exacte d’un morceau de musique enregistré en studio ou en concert. Même les meilleures électroniques au monde ne vous donneront jamais une reproduction rigoureusement exacte de ce que vous avez écouté en concert ou indirectement, en studio.

Quand les « meilleurs » font preuve du pire, le sujet est remis en question

High End Munich 2017Malheureusement, il sera d’ailleurs assez facile de constater que ceux qui se vantent le plus d’avoir conçu les meilleures électroniques au monde nous donnent surtout la démonstration des pires reproductions musicales audibles, seulement « audibles » mais même pas « écoutables » et encore moins « appréciables ». Il est d’ailleurs bien dommage que ce soit en France que l’on doive en constater la démonstration.

Hormis la question du budget, associez ce que vous considérez comme les « meilleures » électroniques avec les « meilleures » enceintes et vous n’obtiendrez peut-être jamais la « meilleure » reproduction musicale. Combien de systèmes à plus de 100 000 euros se sont ridiculisés devant des chaines 5 fois moins chères mais 5 fois mieux élaborées ? A ce jour, j’aurais du mal à les compter. Admettons cependant que certains systèmes de Haute Fidélité très onéreux soient admirablement musicaux; ils existent réellement, mais ils se font particulièrement rares.

Comment réconcilier un instrument qui vibre naturellement avec des membranes qui ne peuvent que reproduire cette vibration musicale ?

High End MUnichL’explication qui se cache derrière ce phénomène est pourtant simple à comprendre. Un instrument de musique est fait d’un assemblage de bois ou d’autres matières associées à des cordes ou d’autres mécanismes de résonance qui associent leurs vibrations pour produire un son (une vibration unique et complexe) afin de produire de la musique, qui elle, dépendra du talent unique d’un musicien, sachant mettre en ordre ces vibrations.

Ainsi, il s’agira pour lui de créer une mélodie considérée comme musicale. Pour la voix humaine, c’est encore plus simple puisque ce sont les cordes vocales qui produisent cette vibration. Jusque là, il n’y a rien de très étonnant. Ensuite, on aimerait bien que nos électroniques nous rendent cette même objectivité, du moins à considérer que la musique écoutée en concert soit source d’émotions musicales, ce qui n’est pas toujours le cas. Quant à l’écoute d’un morceau en studio, c’est précisément cette émotion libérée durant l’enregistrement que l’on recherche, sans forcément l’obtenir. Le problème est bien là. La reproduction musicale, transmise par le biais des électroniques et enceintes n’a plus rien d’objectif, même si les progrès techniques permettent aujourd’hui de s’en rapprocher grandement.

High End Munich 2017En réalité, la vibration musicale n’est reproduite qu’en bout de course par les membranes de nos haut parleurs alors que cette même vibration a d’abord été traduite en signal électrique, des milliers de fois modifiée par nos électroniques. De là, la question de l’objectivité musicale sera de plus en plus difficile à admettre.

Bien sûr, nous serons les premiers à nous insurger contre toutes formes de colorations, jusqu’au moment où la neutralité plate d’une courbe de réponse sera aussi platement reproduite par nos enceintes. On perdra ici l’émotion musicale en ne retrouvant plus qu’un message musical froid et insipide mais pas de musique à proprement dit. Retrouver le phrasé très proche d’un solo de violon ou de guitare ou l’ambiance musicale d’un concert nous incitera à parler de musicalité mais encore une fois, il n’est plus possible de parler d’objectivité.

L’objectivité musicale est celle du concert, la subjectivité musicale est celle de vos électroniques

High End MunichQue vous le vouliez ou non, vos électroniques, et en fin de course vos enceintes, ne vous traduisent pas la musique de manière objective. C’est d’autant plus vrai que ceux qui s’insurgent avec une véhémence presque violente contre cette idée seront toujours les premiers à critiquer le manque de « matière » ou de « dynamique » d’un système Haute Fidélité, voire d’un manque de richesse harmonique dans le médium et que sais-je encore.

Ces fervents défenseurs de la réalité objective d’un concert ne se rendent même pas compte qu’ils sont bel et bien les plus prompts à caractériser leur chaine audio sur des critères purement subjectifs. Quoi que vous fassiez, il est absolument impossible d’écouter deux morceaux strictement identiques sur deux systèmes audiophiles différents, sauf dans certains cas mais qui n’auront plus rien d’audiophile. Ces cas bien précis se réfèrent sans doute aux cochonneries bas de gamme de supermarchés et made in China qui vous abreuveront toujours de la même soupe pseudo-musicale bouchée et dénaturée. Dans ce domaine bien précis, toutes les chaines font consensus et si certaines d’entre-elles ne le font pas, il serait alors envisageable de penser qu’elles puissent faire un jour de la musique.

High End MunichNon, une électronique qui se dit audiophile possède un son. Les concepteurs de ces électroniques ont d’ailleurs élaboré leurs appareils pour qu’elles répondent le plus exactement possible à l’esthétique sonore qu’ils veulent obtenir. Cette esthétique sera d’ailleurs de plus en plus reconnaissable selon que l’on monte en gamme. Ici, il n’y a pas de surprise non plus. Ensuite, cela vous plait ou cela ne vous plait pas…

Cela explique aussi pourquoi il y aurait des amateurs du son Naïm, d’autres des lecteurs Eera ou d’Helixir Audio et que sais-je encore. La conception d’une électronique ou d’une enceinte effacera de facto toute notion d’objectivité en termes de reproduction musicale car elle reposera sur des choix voulus par les concepteurs. Même chercher à concevoir une électronique ou une enceinte neutre est un choix, mais peu souvent en accord avec la réalité du concert.

La notion de subjectivité est clairement exploitée en studio, depuis la prise de son jusqu’au mixage final

Hign End MunichIl s’avère d’ailleurs encore plus difficile de parler d’objectivité du concert à partir du moment où, pour un enregistrement donné, l’ingénieur du son aura ses préférences quant au choix des micros ou même du placement de ces derniers.

Si l’objectif est toujours bien de reproduire l’espace sonore d’un lieu, en enregistrant les timbres et le phrasé instrumental de la manière la plus exacte possible, chaque ingénieur du son aura sa méthode personnelle d’enregistrement, en fonction de ce qu’il considère comme étant celle qui sera la plus exacte possible. Si tel n’était pas le cas, il n’y aurait qu’une seule méthode d’enregistrement, développée en fonction de tel ou tel endroit de la pièce mais chaque enregistrement s’avère différent dès le départ, tout comme l’interprétation d’une œuvre peut l’être à chaque fois qu’elle sera jouée.

Quel que soit le morceau, même en concert, vous ne l’entendrez jamais deux fois de manière strictement identique; c’est encore plus vrai pour une œuvre enregistrée. Ensuite, il y aura fatalement des corrections à apporter à l’enregistrement afin d’obtenir un équilibre supportable pour nos oreilles. Il s’agira d’obtenir une dynamique proche du réel sans pour autant omettre les plus petits détails qui, dans l’absolu, devraient eux aussi, être perçus. Rien n’est plus difficile que ce genre d’exercice. A partir de là, la probabilité statistique que vous entendiez exactement la même chose sur votre chaine que ce qui a été joué en concert ou en studio est déjà proche de zéro.

Un minimum d’équilibre musical est nécessaire pour que l’on puisse réellement parler de Haute Fidélité

High End MunichD’un point de vue technique, nous pourrions cependant admettre l’avis de ceux qui considèrent qu’une chaine de Haute Fidélité est particulièrement déséquilibrée en fréquences, dans l’aigu ou dans le grave. Si l’aigu se fait criard avec une reproduction musicale décharnée, accompagnée d’une image stéréophonique plate, nous aurons quand même bien du mal à parler de Haute Fidélité, encore moins d’adéquation à la réalité musicale.

A l’opposé, lorsque les basses fréquences ne sont pas contrôlées et qu’elles deviennent envahissantes au point de masquer une partie du médium, l’équilibre ne sera pas optimal non plus. D’un point de vue plus ou moins objectif, nous pourrions donc nous accorder sur la question de l’équilibre du spectre sonore. A partir de là, certains ingénieurs du son vont argumenter en disant que l’on ne peut parler de Haute Fidélité qu’à partir du moment où des instruments dits « naturels » sont enregistrés.

Des arguments sans fondement ne font pas avancer le débat mais l’enfoncent dans un parti-pris

vanessa carltonLe problème se pose sérieusement lorsque j’essaie de me représenter ce que pourrait être un instrument « artificiel ». En réalité, je n’y arrive pas. Pourtant, les défenseurs de la musique classique ou disons plutôt les ingénieurs du son qui n’enregistrent que du classique (ou parfois d’autres musiques comme le jazz ou le blues) par choix ou par conviction, oublient souvent que ce genre de musique (même si j’écoute du classique) n’est pas le seul genre musical sur Terre.

Pour avoir joué de la guitare électrique pendant 20 ans, j’en sais quelque chose. Mais ils vous diront que vos guitares se basent sur une distorsion et que le son n’a plus rien de naturel. Sauf qu’à notre époque (et même à l’époque de Jimmy Hendrix) il s’agissait d’une distorsion harmonique qui justement, n’a rien de dysharmonique. Dans le cas contraire, le rock serait inécoutable et pourtant, il attire bien plus d’amateurs que le classique…

Admettez simplement que si vous posez un argument, il faut aussi que vous soyez en mesure d’imaginer son contraire. Faute de quoi, il s’agit d’un non-sens. Dans un autre domaine, on entend parfois parler des « naturopathes » mais je n’ai jamais entendu parler des « artificielopathes » qui prôneraient les vertus d’une alimentation industrielle. Non, bien souvent, si vous admettez un argument sans pouvoir en définir l’opposé, c’est que vous avez affaire à des rêveurs ou à des charlatans.

L’enregistrement d’une œuvre musicale repose sur un travail de studio reproduisant un certain équilibre avec un bon confort d’écoute

Kef BruxellesPour aller encore plus loin, et même si je n’aime pas vraiment cela, je dois bien avouer que même un synthétiseur pourrait difficilement produire une musique artificielle car il faut bien, au départ, qu’un son, même numérique, se base sur un modèle vibratoire naturel. A partir de là, les mêmes questions techniques se posent en studio ou sur scène.

Par exemple, la nécessité de compresser une grosse caisse de batterie afin de laisser de la place aux tomes et ensuite, d’équilibrer la prise de son des cymbales, etc. Et Dieu sait si ce genre d’équilibrage demande des heures de travail aux ingénieurs. Et même si mon rack me permet d’accéder à des centaines de distorsions possibles, je ne vois pas trop ce que je pourrais en faire si la vibration des cordes de ma guitare ne pouvait être transmise par le micro vers le rack. Alors cessez de vous ridiculiser avec vos considérations d’instruments ou d’ambiance « naturelles » lorsqu’il s’agit d’évoquer la fidélité à la musique car elles sont sans fondements. Ce sont d’ailleurs ces mêmes ingénieurs du son qui s’efforcent de reproduire toute la puissance émotionnelle d’un orchestre symphonique alors qu’ils considèrent qu’un groupe de rock ne fait que du bruit pour impressionner ses auditeurs. On tombe très vite dans l’ignorance et le grotesque.

La musique est source d’émotions, raison d’être de la Haute Fidélité

C’est ici qu’il s’agit de remettre les choses en place. S’il ne s’agit que de taper sur des casseroles pour faire du bruit, comme cela arrive encore, je serais bien le premier à dire qu’il ne s’agit pas de musique. Au contraire, un musicien cherche tout d’abord à retranscrire et transmettre un message et ses émotions avec la musique. On y revient, la musique est un vecteur d’émotions. C’est aussi pour cela que j’évoquais la « puissance émotionnelle » de celle-ci. Si la musique est faite d’émotions, c’est bien pour que l’on puisse les apprécier et c’est aussi ce qui est au fondement de la Haute Fidélité.

Chuck SchuldinerA mon sens, il n’y a pas de différence de qualité musicale entre la Danse macabre de Saint Saëns et The Voice of the Soul de Chuck Schuldiner. Disons que si ce dernier a consacré sa vie à la musique, c’était bien aussi pour faire passer un message. « Lack of Comprehension », « Mentally blind », « Spiritual Healing » ou « Individual Thought Patterns », les titres de ses morceaux parlent d’eux-mêmes. Tout cela pour dire que la relation entre le musicien et l’auditeur sera toujours basée sur un vecteur commun, celui de l’émotion. Au sens littéral, il s’agit sans doute d’un mouvement commun qui crée une complicité; peut-être serait-ce ici une des définitions les plus exactes de la musique.

Quant à revenir à la Haute Fidélité, comprenons ici qu’il ne s’agit pas de définir si la musique est basée sur la manière dont l’œuvre elle-même a été créée mais de savoir si vos électroniques et enceintes traduisent d’une part, une fidélité la plus exacte possible au message original transmis par les musiciens mais surtout, si l’émotion qu’ils ont voulu transmettre sera elle-aussi parfaitement palpable.

Ces émotions passeront par vos électroniques et vos enceintes, avec leurs qualités et leur défauts. Ces attributs seront alors diversement appréciés par les audiophiles. Encore une fois, on en revient au même. C’est à dire qu’il n’y a pas de Haute Fidélité sans approcher la réalité acoustique mais ce n’est pas là que se situe réellement la Haute Fidélité. En fonction de l’auditeur, elle est, elle reste et sera toujours purement subjective.

Eric Mallet

01 Avr

High End 2018 Munich, le salon Haute Fidélité de tous les Superlatifs

High End MunichComme chaque année, et depuis 37 ans, le High End de Munich réunira le gratin du haut de gamme, très haut de gamme et High End de la Haute Fidélité mondiale. Si le High End 2017 a dépassé toutes les attentes des audiophiles en termes d’écoutes, de nouvelles électroniques et d’enceintes, nous sommes à même d’en attendre autant du High End 2018.

Considéré comme le plus grand salon européen de la Haute Fidélité sans limites de prix ou d’émotions, l’édition 2017 du salon aura permis à des audiophiles venus du monde entier de profiter de démonstrations audio hors du commun. L’organisation du salon s’avère particulièrement pointilleuse et l’espace du MOC de Munich se trouve totalement exploité durant ces trois journées. Le High End 2018 de Munich se tiendra en effet du 10 au 13 mai 2018. Présentation de tous types d’électroniques numériques et analogiques, enceintes, accessoires, câbles et autres meubles où ventes et services en relation à l’audio, attendez-vous à une avalanche d’innovations et de nouveautés en termes de Haute Fidélité High End…

Plus de 500 exposants du High End de la Haute Fidélité seront réunis au MOC de Munich

High End Munich MOCGrandes et petites marques de la Haute Fidélité, plus de 500 exposants seront présent au MOC de Munich pour vous faire découvrir le meilleur du High End, innovations et nouveautés du petit monde de la hifi très haut de gamme. Imaginez simplement que ce High End 2018 profitera à nouveau de plus de 140 salles réparties dans les étages du salon, sans parler des nombreuses salles d’écoute du rez-de-chaussée, voisinant les expositions statiques.

A nouveau, il y a fort à parier que le chiffre des 20000 visiteurs sur près de 28 000 m2 sera à nouveau dépassé cette année, réunissant des passionnés de Haute Fidélité venus des quatre coins de la planète. Plus de 20000 personnes sur un salon aussi spécialisé, le MOC de Munich reçoit certainement le plus grand nombre de visiteurs d’Europe. Lieu de tous les superlatifs de la hifi, le High End est aussi un lieu d’interaction particulièrement intéressant. Chaque fabricant et concepteur y présente sa marque alors que les écoutes se succèdent aux quatre coins du salon. Difficile dans ces conditions, de tout écouter ou de faire une visite exhaustive du High End en seulement trois jours.

Casques High End MunichEspérant y croiser des audiophiles de tous horizons qui, comme l’année dernière, m’avaient enrichis de leur passion, j’espère aussi que les français et francophones (de Suisse et de Belgique) se déplaceront nombreux pour profiter de ce High End 2018 qui s’annonce sous les meilleurs auspices audiophiles.

Comme l’année dernière, je m’attends à une large domination des platines vinyles et du numérique dématérialisé, sans oublier les casques audio qui commencent, eux aussi, à représenter une part dominante du marché. En témoigne les Sound Days de Paris, la tendance est désormais au casque et aux vinyles, sans oublier l’étonnante profusion de DAC qui risquent fort de déferler en masse au salon, électronique indispensable à la diffusion la plus musicale possible de nos fichiers numériques Hi-Res…

Le High End 2018 de Munich rassemble des audiophiles passionnés de toutes nationalités et de tous horizons

Hör Bar High End MunichPour ma part, j’espère pouvoir vous croiser nombreux au cours de ce High End 2018, tout comme j’ai eu le plaisir de faire la connaissance d’audiophiles passionnés durant l’édition 2017 du High End. Français, belges, italiens, suisses, allemands, sud africains, anglais et d’autres nationalités encore, tant professionnels distributeurs, fabricants ou revendeurs qu’audiophiles particuliers étaient venus s’abreuver de musiques et de nouvelles technologies. Ce fut un plaisir de faire leur connaissance et de venir enrichir ce salon. Nul doute que ces quelques jours (trop brefs) du High End 2018 viendront cependant satisfaire notre passion pour la musique reproduite à partir des meilleures électroniques et enceintes au monde…

Pour ceux qui ne seraient pas encore venus au MOC de Munich, c’est en réalité très simple. Commencez simplement par rejoindre le centre et la rue piétonne, comme si vous alliez rejoindre la place où se tient la fête de la bière. Un peu avant d’y être, vous prendrez l’entrée de métro Odeonplatz. Prenez la ligne 3 ou 6. Passez les stations Universität, GiselastraBe (…) jusqu’à Freimann où vous allez sortir. Dirigez-vous vers la droite pour sortir du métro. Suivez ensuite la petite rue qui borde le métro (vous trouverez une boulangerie/sandwicherie sur votre gauche). Au bout de la rue, suivez votre chemin sur la gauche et continuez tout droit en traversant la rue bordée de résidences. Au bout de cette rue, tournez à droite et suivez le trottoir sur 200 mètres. Vous voici au MOC et au High End 2018 🙂

@ très bientôt à Munich,

Eric Mallet

23 Mar

Audiodynamics et L’audioexperience se concentrent sur l’écoute…

Haute FidélitéNous, Eric MALLET, auteur du blog www.audiodynamics.info et Jean RAZZAROLI, auteur du blog www.laudioexperience.fr, vous annonçons que nous avons pour projet de REDEFINIR L’ECOUTE d’un système Haute Fidélité. Trop souvent insatisfaits des écoutes effectuées en magasins ou durant les salons, nous avons mené une réflexion sur le marché de la Haute Fidélité et sur ses acteurs, fabricants, revendeurs et clients…

Nous sommes à même de dénicher des systèmes Haute Fidélité sans compromis, et dont le point commun est de RESPECTER L’ENREGISTREMENT ainsi que les intentions transmises par ceux qui auront participé à la prise de son. Désormais, vous pourrez APPRÉCIER LE LANGAGE MUSICAL dans toute sa plénitude, à partir d’un équipement audiophile idéalement mis en œuvre.

Loin du langage fallacieux et de la suffisance encore trop souvent rencontrée dans le domaine de la Haute fidélité, nous allons vous accompagner afin de vous faire VIVRE LA MUSIQUE AUTREMENT. Vous et nous, l’avons bien souvent souhaité. Bientôt, ce projet deviendra une réalité (cela ne vous rappelle rien ?).

Nous allons vous tenir régulièrement informés des avancées de notre projet, jusqu’à la date de sa réalisation complète, et que nous espérons la plus proche possible.

@ très bientôt.

Musicalement vôtre…

Eric Mallet et Jean Razzaroli

21 Mar

080 = Passion Musicale + Authentique + Originale…

080 hifi à Paris

Enceintes Mulidine Cadence…

Sur le chemin d’un hasard qui fait parfois bien les choses, j’ai eu le plaisir de retomber sur le site de M. Romain Grandadam, gérant de 080, une boutique de la haute fidélité qui ne manque pas d’originalité et d’intérêt sur le plan musical. Discutant sur Skype avec mon collègue Vincent Briet, un « ppfff… » tombait sur mon écran alors que nous discutions. Ni une ni deux, je lui affirmais qu’il s’agissait d’une marque d’électroniques et d’enceintes en lui montrant le site du fabricant. Je retombais nécessairement sur le site de 080 et j’en profitais pour y jeter à nouveau un œil.

Je connaissais déjà le site de Romain car j’avais eu l’occasion de le croiser au salon parisien qui se tient tous les ans au Novotel, il y a près de 10 ans de cela. Il m’avait donné sa plaquette alors que je sortais du salon et je n’avais pas oublié cette rencontre quelque peu fortuite qui m’avait marqué par sa démarche originale. Et voici que 10 ans après, je retombais sur le site de 080 avec toujours autant de plaisir. J’envoyais ensuite un mail à Jean Razzaroli de l’Audio Expérience en lui disant que je visiterais volontiers la boutique de Romain Grandadam.

Finalement, Jean avait décidé de se joindre à moi et j’en étais ravi. Après quelques mails, le rendez-vous était pris pour le mercredi 7 mars à Paris. De là, Jean Razzaroli avait proposé à Romain de nous faire l’écoute de trois systèmes haute fidélité. Le premier devait se composer d’une entrée de gamme musicale; le second système se devait d’être d’un niveau plus élevé alors que le dernier aurait dû représenter ce que Romain considérait comme un système ultime en termes de musicalité et d’émotion.

Jean Razzaroli nous avait proposé d’écouter trois chaines haute fidélité de qualité musicale graduellement plus élevée…

Jolida Atoll streamingAssez enchanté par cette idée, celle-ci se révéla finalement excellente à part peut-être le manque de temps qui aura réduit un peu notre découverte musicale. Dans l’ensemble, disons que le contrat été rempli. De mon côté, j’avais apporté quelques CD à écouter et à faire découvrir. A part Mylène Farmer que Jean et Romain connaissait bien évidemment, j’avais sélectionné deux albums de Stream of Passion dont leur excellent premier album « Embrace the Storm » et leurs second Opus « The Flame Within » pour le morceau « Street Spirit« .

J’avais également craqué pour l’album « Whitesnake » du groupe américain portant le même nom, juste pour le plaisir de réécouter « Is this love« . L’album date de 1987, soit quelques années seulement après l’avènement du Compact Disc et dont la production étonne grandement par le naturel de l’écoute. A l’époque, on parlait encore d’enregistrement en DDD, symbole qui signifiait que tout avait été fait en numérique, depuis la prise de son jusqu’au mixage. Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de passer le morceau. Jean avait également amené ses titres, dont du Daft Punk avec le morceau « Within », du Serge Gainsbourg, un peu de jazz avec Trust et We Get Requests et l’Histoire de Melody Nelson, ainsi que Teufelsleiter dans le registre de la musique électronique. Comme vous l’avez compris, il s’agissait surtout ici de se faire plaisir, pas forcément de procéder à des écoutes purement audiophiles où l’on se demandera systématiquement si l’on entend clairement le triangle placé à 6ème rang à la 17ème minute du morceau. Bref… J’arrivais un peu avant Jean et je le rejoignais à sa sortie du train…

Nous arrivons chez 080 pour une après-midi d’écoute audiophile…

Amplificateur Jolida JD303Finalement, nous discutions âprement avant de nous rendre compte que nous avions pris le métro en sens inverse. Après cet incident de parcours et un peu de marche, nous arrivions chez Romain Grandadam et entrions chez 080. Après les présentations, une ambiance détendue et concertée s’installe, ce qui va de soi entre passionnés.

La première écoute se tiendra avec une déjà très belle chaine haute fidélité composée d’un lecteur réseau Atoll ST200 (affiché à 2000€) donnant sur un ampli intégré à lampes Jolida JD303 pour alimenter des enceintes MULIDINE Cadence (au tarif de 3480€), une paire d’enceintes françaises que l’on ne présente plus. Pour l’histoire, il faut savoir que le Jolida JD303 est un amplificateur à tubes EL34. Il s’agit de la version suralimentée du Jolida JD202 (livré sans télécommande) qui délivre une puissance respectable de 2×50 W. A l’oreille, le mariage entre Jolida et Mulidine est une réussite incontestable. Fluide et informatif, avec un bon suivi rythmique, c’est un peu le genre de chaine haute fidélité sans histoire et qui ne déçoit pas à l’écoute, quel que soit le style de musique joué. L’écoute s’avère très cohérente, sans le son typée des amplis à lampes, neutre tout en étant très musicale. Comme le dit très bien Romain, c’est un peu le « système des copains ». L’image stéréophonique est belle, ample, avec de la précision. Les câbles Absolue Creations viennent donner un peu de rigueur et d’équilibre à l’écoute, comme je le constaterai sur les deux autres systèmes.

Auditorium 080 ParisDisons que dans cette gamme, ce système haute fidélité sera apprécié par un large public, ne sachant pas forcément casser une grosse tirelire mais qui désire malgré tout prendre plaisir à écouter une musique parfaitement reproduite. Ici, nous étions déjà loin des petits systèmes bouchés ou criards sans personnalité que l’on rencontre parfois à des prix approchants mais je restais quand même un peu sur ma faim car je possède un système plus évolué à la maison.

Je dirais simplement que mon écoute est un peu plus claire, plus détaillée mais pour un budget évidemment plus élevé. Pourtant, après avoir laissé chauffer le Jolida JD 303 suffisamment, l’écoute s’est ouverte et je ne ressentais plus ce petit manque à l’écoute. Toujours est-il que nous sommes allés manger avant de passer à l’écoute de la seconde chaine haute fidélité. Après l’écoute du premier système, nous étions déjà tous deux en confiance quant à la suite des évènements…

Le second système va plus loin en transparence, en neutralité et en véracité d’écoute

080 Ppfff...

Amplificateur Ppfff… conçu sur la base du Jolida JD303

Avec le second système, j’ai retrouvé une écoute plus proche de ce que j’écoute habituellement. Composé d’un lecteur réseau Lumin U1 associé au DAC EERA Andante de Didier de Luca ou mieux encore, du Majestuoso (toujours chez EERA), les électroniques étant alimentées par un ampli intégré à lampes Ppfff… Van (amplificateur évolutif de 5000 à 10000€). Ce dernier est élaboré sur la base du Jolida JD303. Le tout aboutissait sur des enceintes SON de Wolf Von Langa (10000€ la paire, alimentation comprise pour les tweeters). Précisons à ce sujet que ces enceintes un peu particulières par leur forme bénéficient d’une paire de tweeter AMT dont la finesse n’a d’égal que le naturel de l’écoute.

Enceintes assez exceptionnelles en soi, elles sont pourvues d’un haut-parleur passif à l’arrière, un peu comme sur certaines enceintes Pierre Etienne Leon. L’écoute était déjà plus claire que le premier système, très proche de la réalité musicale, avec moins d’excès de matière sonore dans le médium. L’écoute était très riche et finement ciselée dans le haut, les tweeter AMT font un peu mieux que mes Scan Speak Revelator en termes de détails et de finesse dans l’aigu. Cette partie du spectre s’est avérée particulièrement naturelle mais elle avait aussi le mérite de s’intégrer particulièrement bien au reste du spectre sonore. Le médium est ouvert, l’image stéréophonique se fait plus précise alors que les basses fréquences s’expriment avec aplomb lorsque cela s’avère nécessaire. J’ai également apprécié l’apport des câbles Absolue Création, rigoureux et très transparents dans le sens où ils n’ajoutent rien à l’écoute et laissent s’exprimer la personnalité des systèmes sur lesquels ils sont branchés.

Le troisième système haute fidélité proposé par 080 atteint des sommets d’émotions et de musicalité

DAC Eera chez 080

DAC EERA Andante

Dernier système à l’écoute pour se samedi où les heures auront passés comme des instants, celui-ci était basé sur le lecteur réseau LUMIN U1 avec un excellent DAC Aries Cerat Kassandra MKII. L’amplificateur intégré ampli intégré Diana d’Aries Cerat également, était couplé aux enceintes à haut rendement TUNE AUDIO Anima (109 dB/W/m). Encombrantes, elles présentent cependant l’avantage du haut rendement avec la spontanéité et la véracité propres à ce type d’enceintes.

Ici, il m’était impossible de dire comment distinguer la musique de l’émotion qu’elle libère. Les premières 15 secondes du premier morceau écouté m’ont littéralement pétrifié sur place. J’étais assis sur le divan et je me suis levé d’un bond vers Romain qui était derrière moi. Je lui ai dit quelque chose mais je n’en ai plus le souvenir. J’imagine qu’il a dû voir sur mon visage que quelque chose de très peu commun s’était passé. Honnêtement, je ne pensais pas écouter la musique de cette manière un jour, du moins au point d’en être complètement transporté après avoir été littéralement pétrifié par l’émotion. J’ai eu un peu de difficulté à me remettre du choc. Si le second système nous donnait l’envie de dire Ppfff…, le troisième me faisait dire Ooouuuufff…

Saisi par l’émotion, j’ai dû me lever pour retrouver la réalité du moment

Enceintes haut rendement Tune Audio 080 Lentement remis de mes émotions, je suis venu me placer debout, derrière le canapé, afin de profiter au mieux de l’émotion pure qui se libérait progressivement devant moi. Nous avons passé Street Spirit de Stream of Passion puis un Serge Gainsbourg pour Jean et enfin quelques vinyles avant de discuter un peu et nous préparer à partir car le bus m’attendait, ainsi que le train pour Jean.

A l’écoute du vinyle, sur une platine de très belle qualité, et même si nous étions un peu en dessous du lecteur réseau couplé au DAC Kassandra, je devais bien m’avouer qu’ici, le streaming HD était supérieur en musicalité par rapport au vinyle. Disons que cela m’a fait une sensation étrange, un peu comme si je me découvrais tout à coup schizophrène… J’imagine que cela doit vraiment faire bizarre. Et même si je ne suis pas assez vieux pour faire partie de la génération vinyle (dans la haute fidélité, on est jamais assez vieux pour paraître crédible) mais plutôt de celle de la cassette audio et du CD, je n’aurais jamais imaginé qu’une chose pareille puisse exister. Cependant tout ceci était bien réel…

Finalement, il ne me restait plus qu’à remercier Romain pour son accueil exceptionnel et sa grande gentillesse. Je repartais ensuite avec Jean Razzaroli alors qu’il avait encore plusieurs heures de train devant lui. Avec tout ceci, il est maintenant certain que nous allons renouveler l’expérience prochainement. Je ne vous en dis pas plus mais il faut vous attendre à du nouveau sur mon blog et sur celui de Jean; peut-être également sous une autre forme mais pour l’instant, nous ne vous en disons pas plus…

Eric Mallet (avec Jean Razzaroli de l’Audio expérience)

27 Fév

Magico A3 en démonstration chez Présence Audio Conseil, l’exception musicale à portée d’oreille

Magico A3 Magico est une marque américaine d’enceintes qui commence depuis quelques années à faire son chemin en Europe et en France avec plusieurs modèles et séries de modèles dont la qualité de conception ne souffre aucun reproche. Constatation qui exclue déjà quelques concurrents, Magico a misé son budget sur la recherche et la fabrication d’enceintes acoustiques sans compromis afin d’aboutir à une sorte de perfection technique et musicale, pour autant qu’il soit possible de le faire.

Enceintes acoustiques réputées en Europe, Magico fait naturellement partie du High End de la haute fidélité, accessible à ceux qui ont déjà un budget conséquent à investir dans une paire d’enceintes d’exception. Pour ma part, je connaissais déjà les S3 MkII pour les avoir appréciées à Bruxelles sur des électroniques Nagra. L’image stéréophonique, la cohérence et la précision de ces enceintes m’avait déjà fortement marqué à l’époque.

L’histoire de Magico commence en 1994 à Hayward en Californie, il y a plus de 20 ans déjà… Son fondateur Alon Wolf avait pour projet de fabriquer ses propres enceintes, dans un soucis de perfection. Là aussi, de nombreuses marques concurrentes sont parties sur d’autres bases. De nombreux fabricants préfèrent sans doute offrir de bonnes enceintes à leurs clients, sans forcément avoir l’idée du jusqu’au boutisme à l’esprit. Ce fil d’Ariane de la perfection acoustique est une idée propre à de rares constructeurs, dont Magico fait partie. Gamme d’enceintes divisée en plusieurs séries (Q, M, S, Limited), la Magico A3 inaugure une nouvelle série avec un talent évident à l’écoute, c’est un euphémisme. Présence Audio Conseil nous l’aura fait découvrir en première mondiale…

Première visite chez Présence Audio Conseil à la découverte des nouvelles Magico A3

Magico A3 Présence Audio ConseilA vrai dire, il s’agissait de ma première visite chez Présence Audio Conseil même si j’avais déjà fait connaissance avec Jérémy au Festival Son & Image 2017. L’écoute des Magico S3 MkII avec les électroniques Soulution m’avais déjà impressionné. J’avais vraiment beaucoup apprécié ce système même si les conditions de démonstration en hôtel et avec une baie vitrée n’étaient pas vraiment optimales. Peu importe, en ce samedi 10 février 2018, soit quelques mois après avoir écouté les Magico S3 MkII, je me rendais avec grand plaisir chez Présence Audio Conseil pour découvrir le nouveau modèle de cette marque américaine d’enceintes acoustiques haut de gamme.

Certes… vous me direz que les enceintes Magico sont connues pour afficher un prix très élevé qui les rend d’ailleurs peu accessibles à la plupart des audiophiles ne pouvant consacrer 36000 euros dans une paire d’enceintes. C’est un peu dans cette optique que les Magico A3 ont vu le jour, en présentant une paire d’enceintes exceptionnelles pour un budget devenu plus abordable, cependant sans compromis sur la qualité de fabrication mais avec l’expérience des séries plus haut de gamme.

Les Magico A3 bénéficient des atouts technologiques des gammes supérieures de la marque…

En effet, avec les Magico A3, on retrouve la charge close en aluminium renforcé qui a fait le succès, sinon le signe distinctif de la marque. Les A3, pas plus que les autres enceintes présentes au catalogue du fabricant américain ne transigent sur l’excellence de la conception: Fabrication complète en aluminium, filtrage soigné et précis, précision micro-millimétrique de l’assemblage, tweeter en béryllium et membranes en graphène, une matière encore plus rigide que le carbone tout en gardant l’avantage de la légèreté du matériau. La conception de l’enceinte respire la qualité du premier au dernier millimètre, avec une rigidité totale. Les Magico A3 respirent l’excellence dans le détail, elles ont donc les meilleurs arguments pour me plaire. Mais qu’en sera t-il de l’écoute ?

Présence Audio Conseil enceintes MagicoDe mon côté, j’arrivais sur Paris et à peine sorti du bus, je m’engouffrais rapidement dans le métro pour en ressortir quelques stations plus loin, rue des Filles du Calvaire, dans le quartier historique du Marais, bref… je m’y sentais tout de suite à l’aise. A deux pas du métro, la devanture de Présence Audio Conseil est discrète et j’y entrais avec un peu d’impatience.

Après les présentations et un début de discussion très intéressant sur la démonstration des électroniques Soulution au salon parisien du Novotel, je retrouvais Jérémy et j’entrais dans la salle du fond où les Magico A3 étaient associées à des électroniques Ayre AX5 et QX5 que je connaissais déjà, du moins pour l’amplificateur intégré. La grande majorité de la démonstration sera réalisée par l’intermédiaire du streaming, un transport Cyrus, couplé au DAC QX5 venait cependant augmenter les possibilités de sources d’écoute.

Ayre et Magico A3, une association d’équilibre, de finesse, de détails et d’émotions…

Je connaissais déjà la marque Ayre pour l’avoir écouté plusieurs fois dans différents salons. Je retrouvais ce mélange délicat de clarté, de vivacité et de matière sonore propre à la marque américaine de Boulder dans le Colorado. Exercice particulièrement difficile à réaliser, il existe peu d’électroniques dans le monde capable d’associer aussi brillamment la clarté d’écoute indispensable à la compréhension des détails les plus fins de la musique avec la matière sonore exacte et le respect des timbres que l’on attend des instruments joués. Les électroniques Ayre réussissent justement ce tour de force magistral sans aucune brillance à l’écoute. Et pour l’occasion, le mariage avec les nouvelles Magico A3 est une réussite proprement spectaculaire car au spectacle… vous en appréciez le direct, et de très près.

Magico A3 Présence Audio ConseilEn effet, il est extrêmement rare de se retrouver dans une situation d’écoute où le caractère des électroniques et des enceintes s’efface totalement pour faire place aussi entièrement à la musique. Le rapport au direct, et à l’idée d’un voile ou d’une coloration entre la musique est vous s’effacent instantanément ou dirions nous plutôt, à au moins 99,9999%; peut-être un peu comme la qualité d’un cuivre ou d’un conducteur en argent dont la pureté extrême seraient synonyme de transparence absolue du signal musical.

En cela, l’association entre Ayre et Magico est exceptionnelle car les enceintes d’Alon Wolf font preuve d’une transparence stupéfiante, au point de retranscrire avec une exactitude impressionnante le caractère des électroniques associées. Ici, je peux effectivement comparer avec l’écoute des Magico S3 MkII sur les électroniques Soulution où l’ampleur est plus présente par rapport à l’intégré Ayre AX5, sans pour autant tomber dans une sonorité trop riche qui en effacerait les détails. Disons qu’avec une telle transparence, il devient très facile de discerner le caractère d’une électronique ou d’une marque particulière de câbles.

Crystal Cable véhicule parfaitement la complexité du message sonore traduit par l’Ayre AX5 vers les Magico A3

Ayre AX5 Présence Audio COnseilA ce sujet, c’est Crystal Cable qui était chargé de retranscrire le message musical libéré entre l’amplificateur Ayre et les Magico A3.  Marque de câbles que j’ai parfois critiqué par le passé, j’ai surtout trouvé que le mariage entre Magico, Crystal Cable et Ayre était particulièrement judicieux sur ce système haute fidélité. Câbles comme électroniques vont dans le même sens et se complètent avec une richesse étonnante de détails et d’équilibre; l’intégré Ayre AX5 étant tout aussi transparent qu’à même de faire preuve d’une matière sonore très proche de la réalité.

Comme je l’avais souligné plus haut, l’impression de réalité musicale autant qu’acoustique s’avère particulièrement réussie. A ce sujet, la transparence est telle que le moindre faux pas à l’enregistrement ou au mixage s’entend immédiatement, le verdict est sans appel. Dans cette optique, j’avais pris l’album de Lianne La Havas « Blood », un album que j’apprécie mais qui passe très mal sur ma chaine, précisément à cause d’une accentuation lourde et malvenue des basses fréquences. Sur le titre « Green and Gold« , le trio Ayre AX5/Magico/Crystal Cable a reproduit ce défaut avec une netteté tout aussi désagréable qu’à la maison, sinon encore un peu plus. De là, il devient très facile de trier le bon grain de l’ivraie…

Magico vous donne toute la vérité à entendre, une qualité pas toujours supportée par toutes les oreilles…

Ensuite, à vous de voir si vous aimez entendre la vérité même un peu crue ou si vous préférez une sonorité plus conciliante mais Ayre n’est pas connu pour arrondir les angles, les Magico transmettent d’ailleurs parfaitement cette qualité. Au niveau de l’écoute elle-même, nous avons pu apprécier quelques classiques mais aussi du jazz, du blues, de la musique contemporaine et quelques artistes que je ne connaissais pas encore. Citons par exemple, le très subtil « Si j’étais blanche » de Joséphine Baker repris par Cécile Mc LorinSalvant où la voix de la chanteuse s’apprécie comme si vous étiez à quelques mètres de la scène seulement. L’intonation, le phrasé et toute les subtilités de voix de cette chanteuse hors du commun sont reproduits avec une souplesse et une facilité que l’on écoute encore trop rarement dans le monde de la haute fidélité très haut de gamme et sans concession.

Enceintes Magico A3

Devant: Enceintes Magico A3. Derrière: Magico M6 !

Sur le « Live in Concert » de Manu Katché, la précision des timbres instrumentaux est stupéfiante d’exactitude. Les notes et la mélodie d’un piano s’égrainent avec une souplesse tout aussi étonnante. Le suivi rythmique est tel qu’on ne se pose pas de question mais on se perd littéralement dans la musique, ce qui m’est d’ailleurs arrivé plusieurs fois. Là aussi, c’est plutôt rare. La batterie nous permettait aussi d’apprécier la bande passante toute aussi surprenante des Magico A3 qui marient parfaitement précision des timbres instrumentaux, richesse harmonique et matière sonore. La grosse caisse est aisément reconnaissable, tant en matière de descente dans le grave qu’à entendre le marteau faire résonner la peau.

Tout s’entend avec une facilité déconcertante, avec une justesse tout aussi impressionnante que la bande passante peut être large dans les basses comme dans l’aigu, pour peu que l’enregistrement le demande. L’image stéréophonique est parfaitement conforme à l’enregistrement, aucun chevauchement entre les instruments ne vient semer le moindre doute sur l’interprétation musicale. Les petites formations orchestrales – Michel Godard Monteverdi « A trace of grace » est stupéfiant de réalisme alors que les grandes formations symphoniques ne souffrent aucun flottement, du premier au dernier rang. Soulignons enfin la qualité de l’aigu, très facilement reproduit par les tweeters en béryllium des Magico A3. Elles montent haut en fréquence avec un réalisme total des timbres instrumentaux, sans pour autant fatiguer l’oreille. Je pourrais encore vous donner d’autres exemples car j’ai vraiment pris un grand plaisir à me perdre dans chacun des morceaux joués, tout comme chacune des personnes présentes ce jour là chez Présence Audio Conseil.

J’ajouterais simplement que pour une première visite, j’ai vraiment passé un grand moment d’écoute, avec la gentillesse et le professionnalisme évident de toute l’équipe de Présence Audio Conseil ainsi que du concepteur des A3 ce samedi 10 février 2018. Je ne peux que les remercier vivement. Dernier point que je tenais à préciser dans cet article, malgré le fait que je parle rarement de prix sur mon blog étant donné les mauvais esprits et leurs critiques, c’est que les Magico A3 sont vendues à 12500 € la paire. Comparez simplement les Magico A3 avec d’autres marques à l’écoute et sur les autres critères; la plupart d’entre elles auront vraiment du mal à tenir la comparaison. Sans aucun doute, ces enceintes relèvent d’un sérieux de conception exemplaire mais aussi d’un respect authentique pour la musique tout autant que de respecter ceux qui savent l’écouter avec le plus grand discernement. C’est une règle encore trop souvent oubliée dans le milieu audiophile…

Eric Mallet