Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > Bruxelles Hifi Show 2016
05 Nov

Bruxelles Hifi Show 2016

Posted by un commentaire

Bruxelles Hifi show 2016 ArtnovionÇa y est, l’automne arrive et c’est la saison des salons qui pointe le bout de son nez avec son lot de belles découvertes musicales (à part pour Munich bien sûr qui ne se tient pas aux même dates). Pour ma part, j’ai manqué cette année l’excellent salon Haute Fidélité bruxellois High End Innovation organisé par New Music. J’étais parti au soleil et, ayant assez peu le choix des dates, j’ai manqué le salon mais cela ne m’empêchera pas de revenir l’année prochaine avec encore plus d’enthousiasme. Meilleur salon belge dans le domaine de l’audio, New Music nous réserve tous les ans quelques perles qui nous font rêver par leur musicalité hallucinante: Simaudio, Chord… Si vous êtes audiophile, que vous habitez en Belgique ou que vous n’êtes pas loin de Bruxelles, le déplacement de vos oreilles sera parfaitement justifié. Cette année, le Bruxelles Hifi Show 2016 était une première pour ma part. Saluons cette belle initiative au service de la musique qui mériterait cependant de recevoir plus de monde et d’être un peu plus connue en Belgique et à l’étranger…

Bruxelles Hifi Show 2016 à l’hôtel Bloom, rue Royale…

Helios Stargate en exposition statiqueToujours est-il que j’étais tombé sur l’annonce du Bruxelles Hifi Show 2016, me laissant croire que je n’avais pas tout à fait manqué le début des hostilités musicales… J’ai donc très sagement réservé mon week-end pour l’occasion en demeurant à l’hôtel même où se tenait l’exposition audiophile ce qui, sur Paris, n’est pas toujours faisable à voir le prix des chambres ! En bref, l’hôtel Bloom est certainement l’hôtel le plus confortable et cosy de Bruxelles, avec le sens de l’accueil typiquement belge, ce qui ne gâte rien.

Après 40 minutes de train et un peu de métro, me voici donc arrivé sur les lieux où se tiendra le salon bruxellois de la haute fidélité. Le temps de déposer mes affaires et de vérifier mon appareil photos, je me rends au premier étage pour découvrir les installations audiophiles. Six systèmes seront présentés grâce à Ludwig audio, principal (et seul) organisateur de cette exposition haute fidélité. Enceintes Russel KSeulement 6 systèmes me direz-vous ! Et oui, cela m’a également surpris dans un premier temps. Cependant, je me suis dit qu’il valait mieux voir une petite expo pleine de surprises qu’un salon gigantesque où l’on ne retient difficilement que 2 ou 3 écoutes valables… C’est effectivement en ce sens que le Bruxelles Hifi Show 2016 m’a permis de tendre l’oreille sur des systèmes ou des enceintes que je ne connaissais pas encore.

Les câbles Wireworld semblent imposer une écoute un peu fade sur la majorité des systèmes :-/

Lecteur EERA Initial et amplification à tubes en expo statiqueMalgré ce point positif, je dois quand même bien avouer que j’ai eu la très mauvaise surprise de constater que la majorité des systèmes étaient câblés en Wireworld, une marque de câbles que j’apprécie peu et qui pour moi, est l’antithèse par excellence d’un câble audiophile (respect des timbres, ouverture, dynamisme et fluidité musicale). Certains me diront que les câbles Wireworld sont neutres pourtant, j’ai déjà entendu plus neutre et plus musical selon mes critères personnels. Non, j’ai l’impression  que les câbles Wireworld sonnent complètement bouchés et fades avec un médium plat et inexpressif, un défaut que j’ai constaté sur tous les systèmes présentés. A vrai dire, ces câbles gâchent énormément les qualités des appareils présentés, ce qui est vraiment dommage pour un tel salon. Ce défaut s’entendait assez nettement sur chaque système, au point où il était parfois difficile d’exprimer un avis positif sur les systèmes. Electroniques Sforzato, enceintes TidalComble d’une écoute particulièrement gâchée à mon sens, c’est celle du système Sforzato où je me suis retrouvé dans l’impossibilité de décrire positivement ou négativement l’écoute proposée – une première en presque 20 ans de salon haute fidélité !! Cependant, j’aurais aimé écouter ces Sforzato dans de meilleures conditions (de câblage) tant la définition et le message fouillé qu’ils délivrent m’ont laissé penser que l’on pouvait en retirer une bien meilleure écoute. A mon avis, on est quand même pas passé loin de la catastrophe sur le plan musical alors que certains vous diront encore que le câblage n’a que peu d’importance sur le résultat sonore d’une chaîne, j’ai plutôt tendance – et dans ce cas d’espèce en particulier – à penser qu’ils sont de mauvaise fois (ou qu’ils sont à moitié sourds).

Un défaut de câbles entendu a priori et vérifié de visu a posteriori

DAC MSB, fichiers numériques, amplification monobloc classe A, enceintes Tidal, câbles Synergistic ResearchJe peux d’ailleurs vous le certifier sans a priori puisque j’ai d’abord écouté plusieurs systèmes (avec un peu de déception) pour finalement leur trouver un point commun: un message sonore rétréci, comme un peu enfermé dans les enceintes. J’ai ensuite cherché à trouver le point commun de ces écoutes, persuadé que le Bruxelles Hifi Show 2016 ne pouvait réellement me donner de si mauvaises surprises.

J’ai fini par discriminer Wireworld avec d’autant plus de certitude que les deux systèmes branchés en Synergistic Research étaient beaucoup plus riches en timbres que les installations Wireworld. Si je n’ai jamais apprécié ces câbles, je les ai souvent comparés à une autre marque de câbles qui me semble aussi manquer un peu de talent comme Audioquest par exemple. A l’opposé, Synergistic Research retransmet le message sonore avec beaucoup de finesse, de délié et de richesse harmonique, tout l’opposé de ces Wireworld qui je l’espère, ne câbleront jamais le monde 🙂 En cela, rappelez-vous aussi qu’il s’agit de mon avis personnel sur cette marque de câbles (c’est le principe même d’un blog). Je comprends tout à fait que d’autres amateurs puissent apprécier Wireworld pour telle ou telle autre raison…

Diptyque Audio, une marque française d’enceintes isodynamiques qui mérite le plus grand succès !

Enceintes Diptyque AudioPourtant, et avec ce type de câbles, c’est l’installation Diptyque Audio qui s’en sortait le mieux. Enceintes isodynamiques originales en aluminium, elles n’ont de point commun avec les Magneplanar que le principe de fonctionnement sauf que les Diptyque ont l’avantage certain d’émettre autant à l’avant qu’à l’arrière, et sur un processus électromagnétique poussé vraiment très loin. Marque française de qualité, tout est fait dans les ateliers de la marque, sauf pour la peinture. A ce sujet, il faut bien avouer que la fabrication et la finition de ces enceintes sont de toute beauté. L’écoute est assez étonnante, la musique rayonne dans la pièce de manière très fluide et sans rupture.

Le principe de fonctionnement des Diptyque Audio permet surtout l’absence d’un caisson de grave, ce qui nous donne un peu l’impression d’écouter un large bande. En effet, on ne perçoit aucune rupture sur l’ensemble du spectre sonore, c’est remarquable. Amplification Accustic Arts, DAC Esoteric, enceintes Diptyque AudioAutre avantage particulièrement appréciable, les Dyptique Audio ne sont pas hors de prix et seront même vendues à un tarif tout à fait comparable à une paire d’enceintes conventionnelles. Malgré ces satanés Wireworld qui me gâchent un peu le plaisir, on reconnait la fraicheur et l’aplomb d’un amplificateur Accustic Arts, le lecteur Esoteric servant uniquement de DAC. Un astucieux petit boitier sert d’application à la transmission des fichiers numériques, directement pilotés par iPhone.

Une autre marque de câbles américaine bien connue apporte un souffle de vie musicale bienvenu…

hifi-bx-35Mention spéciale donc pour les deux systèmes câblés en Synergistic Research, une marque de câbles américaine qui réalise d’excellents câbles à un niveau de maîtrise technique prodigieux, chose qui se retrouve naturellement sur le prix des câbles proposés. En effet, c’est dans la première pièce d’écoute du salon que nous pouvions prendre plaisir à l’écoute des enceintes Russel K, le tout étant piloté par un excellent amplificateur à lampes Icon Audio 60 mkII équipé de KT 150 avec un DAC Exogal Comet. L’écoute s’avéra fraiche, réjouissante et particulièrement bien rythmée, le tout avec une belle richesse de timbres. L’écoute Russel K présentait quand même un caractère un peu plus neutre que la seconde installation, même pour un ampli à tubes, contrairement à ce que l’on pourrait croire. hifi-bx-37Composée de très belles enceintes Tidal, d’un DAC MSB et de deux blocs monos en classe A, cette dernière ira beaucoup plus loin en termes de richesse de timbres et de détails avec une belle matière sonore, une dynamique parfaitement respectée, un médium particulièrement fouillé et légèrement fruité. Ajoutons que la plupart des fichiers était codés au format natif du CD, en 16/44,1 ! L’image était vraiment impressionnante de précision avec un très beau suivi mélodique; certainement le système audiophile le plus abouti de ce Bruxelles Hifi Show 2016, décidément bien sympathique…

Très beau mariage musical entre des électroniques Esoteric et des enceintes Lawrence Audio

Esoteric Audio, enceintes Lawrence AudioEnfin, c’est dans une salle plus grande que deux systèmes Esoteric étaient présentés et couplés à des enceintes Lawrence Audio – avec encore ces « &@##%£`de Wireworld. Vous allez sans doute dire que je me répète mais la similitude de timbres assez plats et comme « restés à moitié » dans la boite était assez audible sur ces deux systèmes; du moins pour mes oreilles. Malgré ce défaut, cette marque d’enceintes que je ne connaissais pas encore avait le mérite de présenter une très belle image stéréophonique, associée à une très belle expressivité musicale avec beaucoup de fluidité. L’écoute de ces deux systèmes s’est avérée agréable avec un point fort pour le placement en largeur et en profondeur de la scène sonore, comme je l’avais souligné. Pour ce genre de système, outre une gamme assez pointue de Synergistic Research, des Shunyata, des Superconductor II de JPS Labs, voire des Alluminata 🙂 ou peut-être une modulation Siltech G7 auraient sans doute permis de retirer plus de richesse musicale de ces très belles enceintes. Notons également le mariage très réussi entre des haut parleurs classiques et à rubans, une association pas toujours évidente de prime abord.

Enceintes Lawrence AudioPour conclure, je dirais simplement que j’ai passé un très bon moment au Bruxelles Hifi Show 2016, moment d’autant plus agréable que le Bloom est certainement l’hôtel le plus original et sympathique de Bruxelles.

J’espère que les organisateurs du salon et Ludwig Audio en particulier, excuseront ces diatribes quelque peu appuyées mais il m’était difficile de faire l’impasse sur ce genre de « détail » malheureusement trop facilement remarquable pour être oublié. Cela dit, j’avais également remarqué ce genre de défaut au dernier salon parisien à propos de câbles Absolute Creations qui donnaient un ton systématiquement assez sec à l’écoute sur tous les systèmes câblés de la sorte. Malgré cela, je me ferais un plaisir de repasser au salon l’année prochaine, espérant peut-être, que ces Wireworld soient moins systématiquement utilisés pour câbler les différentes chaines haute fidélité du salon. Et si d’autres enseignes pouvaient se joindre à Ludwig Audio, on ne pourra pas s’en plaindre…

Eric Mallet

%d blogueurs aiment cette page :