Accueil > Matériel Haute Fidélité > Goldmund Mimesis 7.5 et 6, T + A, Scan Speak, équilibre, neutralité et musicalité
24 Avr

Goldmund Mimesis 7.5 et 6, T + A, Scan Speak, équilibre, neutralité et musicalité

ma-chaine-haute-fidelite-en-2010Posséder des électroniques Goldmund, c’est toujours un peu comme posséder une part de rêve à domicile. Bande passante infinie, aigu fin, définition musicale, ciselé et d’un naturel irréprochable avec des basses inimitables dans leur texture où un roulement de batterie laisse deviner la marque des tomes… on pourrait disserter ainsi pendant des heures mais ce qui compte avant tout, c’est la musicalité de ces engins fabuleux, surtout lorsque l’on trouve une source digne de leur rang. Mon aventure dans le haut de gamme signé Goldmund s’est tout d’abord concrétisée par l’achat d’un Mimesis SR de première génération de couleur noire qui fait aujourd’hui le plaisir de Michel, un audiophile certainement satisfait de son amplificateur, à ce que j’ai compris.

Goldmund Mimesis, une gamme d’amplification musicale et dynamique

La différence majeure entre l’intégré SR et les Mimesis 7.5 et Mimesis 6 se joue surtout au niveau de la matière plus affirmée sur les ampli et préamplificateurs séparés ainsi qu’un léger gain en transparence. Très neutre et naturel, la transparence très fine d’un Goldmund étonne vraiment beaucoup; le pouvoir discriminant de ces électroniques est tout à fait hors du commun. Passant d’un Cairn 4808 FN au Mimesis SR, la surprise est grande, une foule de détails, parfaitement intégrés pour le reste, ne cesse de jaillir de partout, un peu comme si on ne connaissait que la moitié des albums avec lesquels on avait déjà passé plusieurs années. Plus neutre, le Mimesis SR a finalement raison sur le Cairn mais disons que le budget n’est pas le même non plus.

tweeter-scan-speakEn cherchant à aller plus loin malgré la sonorité que l’on pourrait déjà qualifier d’idéale pour le Mimesis SR, le virus Goldmund avait fait des ravages. En patientant un peu, j’ai eu l’occasion de tomber sur un ensemble Préampli ampli Mimesis 7.5 et Mimesis 6 qui devait rapidement rejoindre ma petite pièce.

A vrai dire, on s’acclimate moins facilement à cet ensemble fabuleux; les Mimesis demandent un peu de patience, il faut du temps pour les apprivoiser. L’association des câbles de modulation ou de préampli est particulièrement délicate. A vrai dire, on ressortira le dicton qui dit « à tout seigneur, tout honneur » puisque la qualité de ces électroniques demande évidemment des câbles d’un niveau équivalent, c’est à dire, déjà hors du commun. Suivant les câbles associés, les résultats peuvent varier de bon à excellent, voire carrément fabuleux suivant les associations. Il faut dire que cela fait aujourd’hui partie de mon activité professionnelle, ça tombe donc plutôt bien.

preampli-et-ampli-Goldmund-mimesisDéterminer et caractériser les tendances d’un câble devient particulièrement simple avec ces œuvres d’art musicales; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai choisi Goldmund et pas autre chose. Il existe pourtant encore beaucoup d’audiophiles à critiquer Goldmund, de taxer la marque de froideur, de rigidité ou de son glacial mais pour n’importe quelles électroniques d’exception, le meilleur résultat viendra toujours d’une association réussie, qu’il s’agisse du couple source + électroniques, ou électroniques + enceintes.

La musicalité exceptionnelle d’un Siltech G7 ou la spontanéité des Harmonic Technology devient comme évidente et s’impose facilement lors des écoutes sans que l’on dusse passer trois albums avant de pouvoir trancher. J’ai pu enfin, déterminer une certaine hiérarchie chez Van den Hul, ce qui, au départ, est loin d’être simple; le First en tout carbone, arrive décidément, toujours en tête. Évidemment, les petits défauts d’un mixage raté ou l’évolution des techniques numériques dans le temps n’en deviennent eux aussi que plus évidents.

lecteur-de-CD-T+A-1245RDe la même manière, l’achat de mon lecteur T + A d’origine allemande s’est également un peu conclue par hasard, après quelques rares lectures sur cette marque malheureusement fort peu connue en France, et un peu aussi, je dois le dire, en suivant mon flair d’audiophile. Même si sur le plan technique les T + A sont nettement plus évoluées que la majorité des concurrents dans cette gamme de prix, ça ne voudra pas forcément dire non plus que le résultat sera exceptionnel, et pourtant… C’est droit, du grave à l’aigu, parfaitement neutre, détaillé, transparent et d’une musicalité totalement prenante.

Les voix sont parfaitement articulées, sans colorations, on reconnait parfaitement le grain de Patrica Barber, son toucher inimitable au piano, les paroles d’un rock allemand du genre Silbermond, Schaudmaul ou plus gothique sur le ton d’un Subway to Sally. Un Lock up the Wolves de Ronnie James Dio accuse notablement son âge même si, in fine, on ne pourra pas lui reprocher. A partir de ces simples considérations, on comprend mieux ce qui sépare le 16/44,1 du 24/192 à l’écoute sauf que le T + A travaille à partir d’un DSP qui suréchantillonne en 32/352,8kHz avec un naturel digne d’un lecteur analogique mais sans le bruit de fond qui l’accompagne. Le T + A coule de source dirait-on sans faire de chiasme puisque c’est plutôt une source d’où coule la musique sans entrave, vraiment aucune…

enceintes-Gaia-Minor-modifieesQuant à mes enceintes, il s’agissait au départ de Gaïa Minor, de fabrication française, parfaitement musicales. Elles étaient distribuées par le studio Hifi à Versailles, une adresse chaudement recommandée. Cependant, avec le temps, les tweeters ont commencé à faire preuve de quelques faiblesses, des Scan Speak ont donc pris leur place. Les petit boomers de 13cm ont également été changés, l’usure aura également eu raison de leur bravoure. Le filtrage n’est plus d’origine, il s’agit d’un filtre réalisé à l’aide de composants Mundorf et Jensen haut de gamme, parfaitement adaptés à la situation. Un câblage en l’air vient relier les borniers aux filtres et aux transducteurs.

Les supports d’enceinte influencent notablement les résultats d’écoute

Les supports sont également bien connus dans le monde des audiophiles pour leur musicalité, il s’agit de pierre de lave découpée. Les supports d’enceintes sont constitués de coffrets en bois sablés et plombés pour un poids de 6,5kg environ par support; mon meuble est en chêne massif, rempli d’une centaine de kilos de parpaings et de sable, rien ne bouge, absolument rien…

Le temps aidant, et l’idée d’un déménagement faisant son chemin, je vais pouvoir installer tout ce petit monde sur des supports dédiés et faire bénéficier mes éléments d’une pièce plus grande et plus aérée, pour un plaisir d’écoute encore plus important. J’organiserai, sur invitation et dans un proche avenir, des séances d’écoute le week-end, afin de réunir le plus grand nombre d’audiophiles possibles. D’ici là, restez branchés sur audiodynamics.info pour de nouveaux articles.

A très bientôt,

Eric

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :