Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > High End Innovation Bruxelles, un salon Haute Fidélité sur lequel il faudra compter !
26 Nov

High End Innovation Bruxelles, un salon Haute Fidélité sur lequel il faudra compter !

New-Music-High-End-Innovation-BruxellesMais pourquoi faudrait-il donc que la Haute Fidélité haut de gamme soit restreinte aux salons parisiens, à celui de Munich ou au CES de Las Vegas ? En effet, à deux pas de chez nous – du moins pour les nordistes – le salon bruxellois New Music High End Innovation recèle quelques pépites particulièrement plaisantes à l’oreille et au regard. J’ai eu l’occasion et le plaisir de les découvrir durant ce week-end de (très) Haute Fidélité !

Se tenant au Marriott-Courtyard de Bruxelles, ce (relativement) jeune salon en est déjà à sa sixième édition. Il était donc grand temps que je m’y rende même si je n’aime pas trop Bruxelles, je trouve la ville un peu sombre l’hiver. Enceintes-B-&-WPassé cet a priori un peu absurde, j’ai quand même réussi à prendre le métro en contre-sens avant d’arriver au Marriott. Précisons que le salon parisien se tenait la semaine d’après, en son Marriott respectif également. Pourtant, et je devais m’y attendre, j’ai eu le plaisir de profiter à nouveau de l’incomparable gentillesse et la chaleur de l’accueil belge, étant reçu dès l’entrée du salon par le responsable Presse. A vrai dire, c’est vraiment un honneur pour moi et mon modeste blog. L’accueil parisien est généralement beaucoup plus impersonnel mais les mentalités sont différentes, c’est un fait. A ce sujet, comme pour d’autres, les français auraient sans doute quelques leçons de savoir vivre à recevoir des belges, contrairement à ce qu’ils pensent. Cela dit, fermons la parenthèse…

2 étages de bonheur audiophile avec de très belles démonstrations pour ce High End Innovation

Le salon du High End Innovation se déroule sur 2 étages, ainsi que 3 pièces au rez-de chaussée. C’est d’ailleurs à cette hauteur d’honnête homme que j’ai eu le plaisir d’écouter un ensemble Sonus Faber et Audio Research particulièrement musical où le très beau médium (avec une légère coloration cependant) des Sonus Faber se mariait parfaitement avec le son à lampes assez rigoureux des Audio Research (avec 150 watts de puissance il faut le préciser !). Amplification-MarantzAvant de vous laissez avec mes clichés et leurs commentaires – tous subjectifs qu’ils sont – j’ajouterais que plusieurs écoutes m’ont particulièrement intéressé. Il s’agissait notamment des enceintes Magico avec transport et DAC Nagra ainsi que les électroniques Zanden. Aimablement représentés par Monsieur Yamada lui-même, il est arrivé spécialement du japon pour cette présentation hautement musicale. Notons également l’excellente écoute des électroniques Simaudio, avec entre autres, la démonstration exceptionnelle du Moon Neo 260 CD, transport muni d’un DAC 32 bits véritablement époustouflant en justesse de timbres, en dynamique et en image stéréophonique. Mon dernier coup de cœur ira à Chord, une entreprise britannique de la Haute Fidélité, pour son DAC et amplificateur portable Hugo, capable de vous faire redécouvrir votre écoute au casque comme si vous ne l’aviez jamais fait auparavant… complètement bluffant !

Je vous laisse donc pour l’instant avec mes photographies et mes impressions personnelles… Pour visionner l’ensemble de mes photos, il vous suffit de visiter ma page Pinterest.

 Audio-Research-wilson-audioEcoute Audio Research Wilson Audio Sasha 2 + Audio Research

Première écoute pour une première « déception » mais disons plutôt qu’il s’agit d’une écoute qui ne convient pas à mes oreilles. Le gros problème vient surtout de la pièce qui n’est absolument pas traitée et s’entend un peu trop à l’écoute du système, pourtant de haut niveau. La bande passante est large mais l’aigu un peu crispé à mon goût. Pour moi, c’est trop neutre et l’émotion ne passe pas. Disons que c’est trop « droit » en fréquences (du grave à l’aigu), le médium n’a pas assez d’expression à mon goût, c’est un peu plat en couleur sonore. Cependant la transparence du système impressionne, on retrouve parfaitement les caractéristiques de prise de son et de mixage de chacun des morceaux écoutés. A mon avis, il s’agit d’un système à réserver aux amateurs de neutralité absolue et qui pourraient y trouver leur compte à partir du moment où ce système serait placé dans une pièce correctement optimisée.

Ensemble Audio Research + Enceintes Sonus Faber Olympica
Audio-Research-enceintes-Sonus-Faber-Olympica

L’écoute est presque idéale, le mariage Audio Research et Sonus Faber est particulièrement réussi; à croire que la petite coloration dans le médium des Sonus Faber apporte la légère touche de vie indispensable à la rigueur des Audio Research. C’est bien timbré, tout simplement beau et musical, avec une belle image stéréophonique et de superbes timbres. A mon avis, seul Moon et Chord ont fait mieux en termes de véracité des timbres instrumentaux. Reste le problème de la salle d’écoute qu’il aurait fallu traiter un minimum.

Ensemble Audio Research GSPré, Amplification GS 150, Reférence DAC, Transport Wadia 971, enceintes Sonus Faber OlympicaAudio-Research-Sonus-Faber

 Electroniques Zanden, transport + DAC Nagra, enceintes Magico, câble Kubala SosnaElectroniques-Zanden-lecteur-Nagra-enceintes-Magico-cables-Kubala-Sosna

Une des meilleures écoutes du salon High End Innovation s’est donc déroulée au rez de chaussée de l’hôtel en compagnie de cette association très réussie des électroniques Zanden (en présence de son concepteur !) et Nagra, le tout étant relié à des enceintes Magico S5 par une marque de câbles bien connue des audiophiles, des Kubala Sosna. L’écoute est parfaitement naturelle, elle passe sans forcer, elle coule de source littéralement. C’est aussi musical en vinyle qu’en lecture CD. C’est très transparent, très neutre sans être sinistre, ça reste clair à fort volume et les émotions passent parfaitement, du très grand art !

Enceintes-Triangle-amplification-Devialet-fichiers-numeriquesEnceintes Triangle, amplification Devialet et fichiers numériques

A mon oreille, la nouvelle gamme d’enceintes Triangle fait un peu figure d’aboutissement pour le concepteur français. Disons que le plumage ressemble fortement au ramage et que l’esthétique est à l’image du résultat sonore particulièrement enthousiasmant. C’est riche, c’est frais et particulièrement bien accordé au Devialet qui libère une très belle musique alors que parfois, sur certaines enceintes de gros gabarit, le résultat est un peu lourd et fade (comme l’année dernière à Paris). Ici, rien de tout cela, bien au contraire. La musique respire et vit particulièrement bien, avec de l’aération, du dynamisme et un rythme entrainant. Comme quoi… l’ampli universel n’a pas encore été inventé, contrairement à ce que Devialet voudrait nous faire croire, même si leurs ouvrages sont remarquables dans cette configuration. Et pour ceux qui voudrait me faire dire que l’aigu Triangle est encore trop souligné, je ne le dirais pas. Au contraire, il s’intègre parfaitement au spectre sonore avec une bande passante large et ouverte.

NAD-enceintes-DALIEnceintes Dali et électroniques NAD

Franchement, je ne comprends pas l’intérêt de mettre une espèce de panneau qui vient prendre sur le rayonnement arrière des enceintes en gonflant artificiellement le bas médium. Plusieurs fois remarqué sur de nombreuses présentation de systèmes, le bas médium s’en trouve assombrit, tout comme l’écoute. C’est dommage parce que l’association des Dali et des NAD nous donne une écoute assez honnête, franchement musicale et pas dénuée d’intérêt – sauf sans doute ce défaut artificiellement créé par le panneau arrière qui vient gâcher l’écoute. Ce genre de système conviendrait parfaitement à quelqu’un qui recherche de la qualité sans forcément disposer d’un budget faramineux pour la Haute Fidélité. A noter, le look franchement trop sobre et austère des électroniques NAD, c’est dommage. Ici, c’était un peu une déception pour un salon comme le High End Innovation.

Electroniques-Moon-lecteur-Neo-260-D-et-DAC-280-DElectroniques Simaudio, enceintes Triton One

L’écoute du système Simaudio et notamment du nouveau lecteur Moon Neo 260D était absolument stupéfiante; une des meilleures écoutes avec Nagra et les enceintes Magico. Seulement, les électroniques Simaudio vont plus loin dans la matière sonore que le système précité qui m’avait déjà interloqué par son réalisme. Là, on entre dans la très Haute Fidélité et ça m’a secoué très fort. La bande passante est gigantesque malgré que les enceintes ne ressemblent pas non plus à des armoires normandes, le grave est parfaitement tendu, avec du poids. L’aigu est stupéfiant de réalisme car il monte très haute et garde sa crispation naturelle sur une guitare électrique bien saignante, si vous m’autorisez l’expression. Et en termes de guitare, je sais parfaitement comme elles peuvent sonner, avec le grain qu’elles ont, ayant joué pendant plus de 15 ans de cet instrument.

Simaudio et Chord m’ont impressionné par le réalisme et la véracité de l’écoute audiophile

Electroniques-Moon-lecteur-CD-260-D-NeoTout cela pour dire que le respect des timbres donné par les Simaudio va vraiment très loin dans l’exactitude, presque aussi loin que le DAC Chord portable que j’ai eu l’immense plaisir d’écouter (voir mon article consacré à cette petite merveille !). La dynamique est énorme et si je devais faire une comparaison, j’oserais dire qu’un seul système me rappelle cette énergie et cette justesse fulgurantes. Il s’agit des électroniques Audio Aero, lecteur La Source (quand même 30000 euros) accouplé à 2 énormes blocs mono sur des enceintes monstrueusement énormes; un système écouté à Paris, l’année du lancement de leur lecteur. Cependant, le budget Simaudio doit être 6 à 10 fois moins onéreux pour un résultat assez proche et complètement ahurissant. A vrai dire, j’en suis toujours pas revenu. Le rapport qualité-prix est complètement fou. Pensez que le lecteur Moon Neo 260D est proposé à 1800 euros en version transport CD et qu’il ne faudrait que 1000 euros de plus pour bénéficier de l’exceptionnel DAC 32 bits. C’était une des meilleures écoutes du High End Innovation. En tout, vous avez un lecteur de très haute volée pour 2800 euros alors que vous n’auriez pu, il y a 5 ans, le comparer qu’à des lecteurs coûtant 5 à 6 fois son prix !

Electroniques-Charlin

Electroniques A. Charlin, câbles A. Charlin

Très belle découverte que les électroniques A. Charlin avec leurs drôles de couleurs. Véritable extra-terrestre de la Haute Fidélité avec ses grands globes colorés, il n’en demeure pas moins que l’écoute reste très ancrée au réel des conditions d’écoute du direct, (ce qui n’est pas un mince compliment !) avec un bel équilibre, un médium bien posé et un son qui n’a rien d’agressif dans l’aigu. A. Charlin fait évidemment référence au génial inventeur français, lui-même perfectionniste et esthète du son parfaitement enregistré. Vraiment une très belle découverte pour cette petite entreprise française de talent !

enceintes-FocalEnceintes Focal

L’écoute de ce système ne me laissera sans doute pas un souvenir impérissable. A vrai dire, je n’en ai même pas noté la marque des électroniques; je pense qu’il s’agit de BC Acoustique. Rien de transcendant à vrai dire. Dommage que l’on ne puisse pas profiter de la série Béryllium de chez Focal, nettement plus à sa place dans ce genre de salon.

Electroniques-Mac-Intosh-panneaux-electrostatiques-QuadSystème Mac Intosh + Panneaux électrostatiques Quad

Une écoute très juste en timbres, surtout dans le médium et le haut médium, très belle image stéréophonique. L’aigu est plaisant, non agressif. Belle tenue des basses fréquences. J’ai également apprécié une belle présence des voix, en parfait équilibre avec les instruments. C’est très riche en timbres, le bas médium est agréable avec du corps, ce que j’apprécie tout particulièrement. C’était une des bonnes surprises du High End Innovation.

enceintes-Athom-electroniques-DevialetAmplification Devialet, enceintes Athom

Une écoute irréprochable pour ce « petit » système Devialet qui alimente des enceintes Athom avec une source CEC qui doit sans doute jouer pour beaucoup dans la restitution d’écoute. C’est très agréable musicalement parlant, ça apporte de la fraîcheur avec de la vivacité; l’espace sonore est bien rendu. Je me surprends à croire que c’est bien la première fois que j’apprécie ces enceintes, généralement, je n’en suis pas très amateur.

Amplificateur-Mac-Intosh-275-50-eme-anniversaireAmplificateur Mac Intosh 275 50ème anniversaire

Enceintes-DynaudioSystème Dynaudio Focus XD

Exposition Statique platines Projectplatines-Project-audio

 DAC-Hugo-de-ChordDAC portable Hugo

Avec l’écoute du système Nagra/Zanden/Magico et Simaudio, le DAC et amplificateur Hugo m’a vraiment impressionné par la qualité d’écoute stupéfiante qu’il délivre, quelle que soit la source. Basé sur un convertisseur propriétaire en 32 bits, Hugo accepte tous les formats numériques, même le DSD 128 et 32/384 kHz pour le PCM. Carrément stupéfiant sur le respect des timbres, sa manière de restituer les cordes d’une guitare avec l’exactitude de timbre qui me ferait deviner la marque de l’instrument reste encore quand même assez rare, même dans notre monde du numérique où tous les ans, on pousse le bouchon de plus en plus loin… Seul petit handicap de cet engin fabuleux, à part peut-être son prix un peu élevé de 1650 euros (pour un portable), c’est son autonomie de seulement 10 heures. Mais pour un DAC de cette trempe, c’est serait presque donné ! C’est d’autant plus vrai que vous pouvez même vous servir d’Hugo comme DAC fixe, afin de rafraîchir un peu votre lecteur de salon. Finalement, tout comme pour le lecteur Neo 260 D de Moon, je vous prépare un petit article sur cette merveille.

Enceintes-Kef-Blade-2-electrocompaniet  Enceintes Kef Blade 2, préampli et blocs mono Electrocompaniet, fichiers numériques

Encore une « grosse » écoute particulièrement intéressante de cet excellent salon bruxellois, les Kef Blade 2 sont les petites sœurs des Blade même si, à l’oreille, elles ne déméritent pas. L’écoute est d’abord faite avec une musique électronique que je n’apprécie pas outre mesure. Ça joue assez fort, c’est bien propre mais ce genre de choses, mes Goldmund le font aussi ! C’est très musical, charpenté, la cohérence de la bande passante est exemplaire. Sur le choix des morceaux, ça s’arrange ensuite. On a droit à de l’opéra (à vrai dire, je ne me souviens plus de l’interprète et vous m’en excuserez), c’est performant sur le plan musical. Les voix sont très belles et bien intégrées mais j’ai l’impression que l’on sent un peu les limites des électroniques sur la finesse des timbres qui n’atteint pas le réalisme absolu que l’on aimerait entendre. Je serais assez curieux d’entendre ces enceintes chanter sur un gros système Gryphon ou Esoteric par exemple.

Système Kef Blade 2KEF-Blade-2

A franchement parler, ce salon est une très bonne surprise pour les amateurs, et très bien organisé par ailleurs. C’est avec grand plaisir que je renouvellerai ma visite l’année prochaine au High End Innovation. J’y resterais durant les deux journées du salon cette fois-ci.

Merci à New Music pour ces grands moments de plaisir musical, c’est bien tout ce que l’on pourrait ajouter en conclusion !

Eric Mallet

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :