23 Mar

Audiodynamics et L’audioexperience se concentrent sur l’écoute…

Haute FidélitéNous, Eric MALLET, auteur du blog www.audiodynamics.info et Jean RAZZAROLI, auteur du blog www.laudioexperience.fr, vous annonçons que nous avons pour projet de REDEFINIR L’ECOUTE d’un système Haute Fidélité. Trop souvent insatisfaits des écoutes effectuées en magasins ou durant les salons, nous avons mené une réflexion sur le marché de la Haute Fidélité et sur ses acteurs, fabricants, revendeurs et clients…

Nous sommes à même de dénicher des systèmes Haute Fidélité sans compromis, et dont le point commun est de RESPECTER L’ENREGISTREMENT ainsi que les intentions transmises par ceux qui auront participé à la prise de son. Désormais, vous pourrez APPRÉCIER LE LANGAGE MUSICAL dans toute sa plénitude, à partir d’un équipement audiophile idéalement mis en œuvre.

Loin du langage fallacieux et de la suffisance encore trop souvent rencontrée dans le domaine de la Haute fidélité, nous allons vous accompagner afin de vous faire VIVRE LA MUSIQUE AUTREMENT. Vous et nous, l’avons bien souvent souhaité. Bientôt, ce projet deviendra une réalité (cela ne vous rappelle rien ?).

Nous allons vous tenir régulièrement informés des avancées de notre projet, jusqu’à la date de sa réalisation complète, et que nous espérons la plus proche possible.

@ très bientôt.

Musicalement vôtre…

Eric Mallet et Jean Razzaroli

21 Mar

080 = Passion Musicale + Authentique + Originale…

Posted by 3 commentaires
080 hifi à Paris

Enceintes Mulidine Cadence…

Sur le chemin d’un hasard qui fait parfois bien les choses, j’ai eu le plaisir de retomber sur le site de M. Romain Grandadam, gérant de 080, une boutique de la haute fidélité qui ne manque pas d’originalité et d’intérêt sur le plan musical. Discutant sur Skype avec mon collègue Vincent Briet, un « ppfff… » tombait sur mon écran alors que nous discutions. Ni une ni deux, je lui affirmais qu’il s’agissait d’une marque d’électroniques et d’enceintes en lui montrant le site du fabricant. Je retombais nécessairement sur le site de 080 et j’en profitais pour y jeter à nouveau un œil.

Je connaissais déjà le site de Romain car j’avais eu l’occasion de le croiser au salon parisien qui se tient tous les ans au Novotel, il y a près de 10 ans de cela. Il m’avait donné sa plaquette alors que je sortais du salon et je n’avais pas oublié cette rencontre quelque peu fortuite qui m’avait marqué par sa démarche originale. Et voici que 10 ans après, je retombais sur le site de 080 avec toujours autant de plaisir. J’envoyais ensuite un mail à Jean Razzaroli de l’Audio Expérience en lui disant que je visiterais volontiers la boutique de Romain Grandadam.

Finalement, Jean avait décidé de se joindre à moi et j’en étais ravi. Après quelques mails, le rendez-vous était pris pour le mercredi 7 mars à Paris. De là, Jean Razzaroli avait proposé à Romain de nous faire l’écoute de trois systèmes haute fidélité. Le premier devait se composer d’une entrée de gamme musicale; le second système se devait d’être d’un niveau plus élevé alors que le dernier aurait dû représenter ce que Romain considérait comme un système ultime en termes de musicalité et d’émotion.

Jean Razzaroli nous avait proposé d’écouter trois chaines haute fidélité de qualité musicale graduellement plus élevée…

Jolida Atoll streamingAssez enchanté par cette idée, celle-ci se révéla finalement excellente à part peut-être le manque de temps qui aura réduit un peu notre découverte musicale. Dans l’ensemble, disons que le contrat été rempli. De mon côté, j’avais apporté quelques CD à écouter et à faire découvrir. A part Mylène Farmer que Jean et Romain connaissait bien évidemment, j’avais sélectionné deux albums de Stream of Passion dont leur excellent premier album « Embrace the Storm » et leurs second Opus « The Flame Within » pour le morceau « Street Spirit« .

J’avais également craqué pour l’album « Whitesnake » du groupe américain portant le même nom, juste pour le plaisir de réécouter « Is this love« . L’album date de 1987, soit quelques années seulement après l’avènement du Compact Disc et dont la production étonne grandement par le naturel de l’écoute. A l’époque, on parlait encore d’enregistrement en DDD, symbole qui signifiait que tout avait été fait en numérique, depuis la prise de son jusqu’au mixage. Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de passer le morceau. Jean avait également amené ses titres, dont du Daft Punk avec le morceau « Within« , du Serge Gainsbourg, un peu de jazz avec Trust et We Get Requests et l’Histoire de Melody Nelson, ainsi que Teufelsleiter dans le registre de la musique électronique. Comme vous l’avez compris, il s’agissait surtout ici de se faire plaisir, pas forcément de procéder à des écoutes purement audiophiles où l’on se demandera systématiquement si l’on entend clairement le triangle placé à 6ème rang à la 17ème minute du morceau. Bref… J’arrivais un peu avant Jean et je le rejoignais à sa sortie du train…

Nous arrivons chez 080 pour une après-midi d’écoute audiophile…

Amplificateur Jolida JD303Finalement, nous discutions âprement avant de nous rendre compte que nous avions pris le métro en sens inverse. Après cet incident de parcours et un peu de marche, nous arrivions chez Romain Grandadam et entrions chez 080. Après les présentations, une ambiance détendue et concertée s’installe, ce qui va de soi entre passionnés.

La première écoute se tiendra avec une déjà très belle chaine haute fidélité composée d’un lecteur réseau Atoll ST200 (affiché à 2000€) donnant sur un ampli intégré à lampes Jolida JD303 pour alimenter des enceintes MULIDINE Cadence (au tarif de 3480€), une paire d’enceintes françaises que l’on ne présente plus. Pour l’histoire, il faut savoir que le Jolida JD303 est un amplificateur à tubes EL34. Il s’agit de la version suralimentée du Jolida JD202 (livré sans télécommande) qui délivre une puissance respectable de 2×50 W. A l’oreille, le mariage entre Jolida et Mulidine est une réussite incontestable. Fluide et informatif, avec un bon suivi rythmique, c’est un peu le genre de chaine haute fidélité sans histoire et qui ne déçoit pas à l’écoute, quel que soit le style de musique joué. L’écoute s’avère très cohérente, sans le son typée des amplis à lampes, neutre tout en étant très musicale. Comme le dit très bien Romain, c’est un peu le « système des copains ». L’image stéréophonique est belle, ample, avec de la précision. Les câbles Absolue Creations viennent donner un peu de rigueur et d’équilibre à l’écoute, comme je le constaterai sur les deux autres systèmes.

Auditorium 080 ParisDisons que dans cette gamme, ce système haute fidélité sera apprécié par un large public, ne sachant pas forcément casser une grosse tirelire mais qui désire malgré tout prendre plaisir à écouter une musique parfaitement reproduite. Ici, nous étions déjà loin des petits systèmes bouchés ou criards sans personnalité que l’on rencontre parfois à des prix approchants mais je restais quand même un peu sur ma faim car je possède un système plus évolué à la maison.

Je dirais simplement que mon écoute est un peu plus claire, plus détaillée mais pour un budget évidemment plus élevé. Pourtant, après avoir laissé chauffer le Jolida JD 303 suffisamment, l’écoute s’est ouverte et je ne ressentais plus ce petit manque à l’écoute. Toujours est-il que nous sommes allés manger avant de passer à l’écoute de la seconde chaine haute fidélité. Après l’écoute du premier système, nous étions déjà tous deux en confiance quant à la suite des évènements…

Le second système va plus loin en transparence, en neutralité et en véracité d’écoute

080 Ppfff...

Amplificateur Ppfff… conçu sur la base du Jolida JD303

Avec le second système, j’ai retrouvé une écoute plus proche de ce que j’écoute habituellement. Composé d’un lecteur réseau Lumin U1 associé au DAC EERA Andante de Didier de Luca ou mieux encore, du Majestuoso (toujours chez EERA), les électroniques étant alimentées par un ampli intégré à lampes Ppfff… Van (amplificateur évolutif de 5000 à 10000€). Ce dernier est élaboré sur la base du Jolida JD303. Le tout aboutissait sur des enceintes SON de Wolf Von Langa (10000€ la paire, alimentation comprise pour les tweeters). Précisons à ce sujet que ces enceintes un peu particulières par leur forme bénéficient d’une paire de tweeter AMT dont la finesse n’a d’égal que le naturel de l’écoute.

Enceintes assez exceptionnelles en soi, elles sont pourvues d’un haut-parleur passif à l’arrière, un peu comme sur certaines enceintes Pierre Etienne Leon. L’écoute était déjà plus claire que le premier système, très proche de la réalité musicale, avec moins d’excès de matière sonore dans le médium. L’écoute était très riche et finement ciselée dans le haut, les tweeter AMT font un peu mieux que mes Scan Speak Revelator en termes de détails et de finesse dans l’aigu. Cette partie du spectre s’est avérée particulièrement naturelle mais elle avait aussi le mérite de s’intégrer particulièrement bien au reste du spectre sonore. Le médium est ouvert, l’image stéréophonique se fait plus précise alors que les basses fréquences s’expriment avec aplomb lorsque cela s’avère nécessaire. J’ai également apprécié l’apport des câbles Absolue Création, rigoureux et très transparents dans le sens où ils n’ajoutent rien à l’écoute et laissent s’exprimer la personnalité des systèmes sur lesquels ils sont branchés.

Le troisième système haute fidélité proposé par 080 atteint des sommets d’émotions et de musicalité

DAC Eera chez 080

DAC EERA Andante

Dernier système à l’écoute pour se samedi où les heures auront passés comme des instants, celui-ci était basé sur le lecteur réseau LUMIN U1 avec un excellent DAC Aries Cerat Kassandra MKII. L’amplificateur intégré ampli intégré Diana d’Aries Cerat également, était couplé aux enceintes à haut rendement TUNE AUDIO Anima (109 dB/W/m). Encombrantes, elles présentent cependant l’avantage du haut rendement avec la spontanéité et la véracité propres à ce type d’enceintes.

Ici, il m’était impossible de dire comment distinguer la musique de l’émotion qu’elle libère. Les premières 15 secondes du premier morceau écouté m’ont littéralement pétrifié sur place. J’étais assis sur le divan et je me suis levé d’un bond vers Romain qui était derrière moi. Je lui ai dit quelque chose mais je n’en ai plus le souvenir. J’imagine qu’il a dû voir sur mon visage que quelque chose de très peu commun s’était passé. Honnêtement, je ne pensais pas écouter la musique de cette manière un jour, du moins au point d’en être complètement transporté après avoir été littéralement pétrifié par l’émotion. J’ai eu un peu de difficulté à me remettre du choc. Si le second système nous donnait l’envie de dire Ppfff…, le troisième me faisait dire Ooouuuufff…

Saisi par l’émotion, j’ai dû me lever pour retrouver la réalité du moment

Enceintes haut rendement Tune Audio 080 Lentement remis de mes émotions, je suis venu me placer debout, derrière le canapé, afin de profiter au mieux de l’émotion pure qui se libérait progressivement devant moi. Nous avons passé Street Spirit de Stream of Passion puis un Serge Gainsbourg pour Jean et enfin quelques vinyles avant de discuter un peu et nous préparer à partir car le bus m’attendait, ainsi que le train pour Jean.

A l’écoute du vinyle, sur une platine de très belle qualité, et même si nous étions un peu en dessous du lecteur réseau couplé au DAC Kassandra, je devais bien m’avouer qu’ici, le streaming HD était supérieur en musicalité par rapport au vinyle. Disons que cela m’a fait une sensation étrange, un peu comme si je me découvrais tout à coup schizophrène… J’imagine que cela doit vraiment faire bizarre. Et même si je ne suis pas assez vieux pour faire partie de la génération vinyle (dans la haute fidélité, on est jamais assez vieux pour paraître crédible) mais plutôt de celle de la cassette audio et du CD, je n’aurais jamais imaginé qu’une chose pareille puisse exister. Cependant tout ceci était bien réel…

Finalement, il ne me restait plus qu’à remercier Romain pour son accueil exceptionnel et sa grande gentillesse. Je repartais ensuite avec Jean Razzaroli alors qu’il avait encore plusieurs heures de train devant lui. Avec tout ceci, il est maintenant certain que nous allons renouveler l’expérience prochainement. Je ne vous en dis pas plus mais il faut vous attendre à du nouveau sur mon blog et sur celui de Jean; peut-être également sous une autre forme mais pour l’instant, nous ne vous en disons pas plus…

Eric Mallet (avec Jean Razzaroli de l’Audio expérience)

27 Fév

Magico A3 en démonstration chez Présence Audio Conseil, l’exception musicale à portée d’oreille

Magico A3 Magico est une marque américaine d’enceintes qui commence depuis quelques années à faire son chemin en Europe et en France avec plusieurs modèles et séries de modèles dont la qualité de conception ne souffre aucun reproche. Constatation qui exclue déjà quelques concurrents, Magico a misé son budget sur la recherche et la fabrication d’enceintes acoustiques sans compromis afin d’aboutir à une sorte de perfection technique et musicale, pour autant qu’il soit possible de le faire.

Enceintes acoustiques réputées en Europe, Magico fait naturellement partie du High End de la haute fidélité, accessible à ceux qui ont déjà un budget conséquent à investir dans une paire d’enceintes d’exception. Pour ma part, je connaissais déjà les S3 MkII pour les avoir appréciées à Bruxelles sur des électroniques Nagra. L’image stéréophonique, la cohérence et la précision de ces enceintes m’avait déjà fortement marqué à l’époque.

L’histoire de Magico commence en 1994 à Hayward en Californie, il y a plus de 20 ans déjà… Son fondateur Alon Wolf avait pour projet de fabriquer ses propres enceintes, dans un soucis de perfection. Là aussi, de nombreuses marques concurrentes sont parties sur d’autres bases. De nombreux fabricants préfèrent sans doute offrir de bonnes enceintes à leurs clients, sans forcément avoir l’idée du jusqu’au boutisme à l’esprit. Ce fil d’Ariane de la perfection acoustique est une idée propre à de rares constructeurs, dont Magico fait partie. Gamme d’enceintes divisée en plusieurs séries (Q, M, S, Limited), la Magico A3 inaugure une nouvelle série avec un talent évident à l’écoute, c’est un euphémisme. Présence Audio Conseil nous l’aura fait découvrir en première mondiale…

Première visite chez Présence Audio Conseil à la découverte des nouvelles Magico A3

Magico A3 Présence Audio ConseilA vrai dire, il s’agissait de ma première visite chez Présence Audio Conseil même si j’avais déjà fait connaissance avec Jérémy au Festival Son & Image 2017. L’écoute des Magico S3 MkII avec les électroniques Soulution m’avais déjà impressionné. J’avais vraiment beaucoup apprécié ce système même si les conditions de démonstration en hôtel et avec une baie vitrée n’étaient pas vraiment optimales. Peu importe, en ce samedi 10 février 2018, soit quelques mois après avoir écouté les Magico S3 MkII, je me rendais avec grand plaisir chez Présence Audio Conseil pour découvrir le nouveau modèle de cette marque américaine d’enceintes acoustiques haut de gamme.

Certes… vous me direz que les enceintes Magico sont connues pour afficher un prix très élevé qui les rend d’ailleurs peu accessibles à la plupart des audiophiles ne pouvant consacrer 36000 euros dans une paire d’enceintes. C’est un peu dans cette optique que les Magico A3 ont vu le jour, en présentant une paire d’enceintes exceptionnelles pour un budget devenu plus abordable, cependant sans compromis sur la qualité de fabrication mais avec l’expérience des séries plus haut de gamme.

Les Magico A3 bénéficient des atouts technologiques des gammes supérieures de la marque…

En effet, avec les Magico A3, on retrouve la charge close en aluminium renforcé qui a fait le succès, sinon le signe distinctif de la marque. Les A3, pas plus que les autres enceintes présentes au catalogue du fabricant américain ne transigent sur l’excellence de la conception: Fabrication complète en aluminium, filtrage soigné et précis, précision micro-millimétrique de l’assemblage, tweeter en béryllium et membranes en graphène, une matière encore plus rigide que le carbone tout en gardant l’avantage de la légèreté du matériau. La conception de l’enceinte respire la qualité du premier au dernier millimètre, avec une rigidité totale. Les Magico A3 respirent l’excellence dans le détail, elles ont donc les meilleurs arguments pour me plaire. Mais qu’en sera t-il de l’écoute ?

Présence Audio Conseil enceintes MagicoDe mon côté, j’arrivais sur Paris et à peine sorti du bus, je m’engouffrais rapidement dans le métro pour en ressortir quelques stations plus loin, rue des Filles du Calvaire, dans le quartier historique du Marais, bref… je m’y sentais tout de suite à l’aise. A deux pas du métro, la devanture de Présence Audio Conseil est discrète et j’y entrais avec un peu d’impatience.

Après les présentations et un début de discussion très intéressant sur la démonstration des électroniques Soulution au salon parisien du Novotel, je retrouvais Jérémy et j’entrais dans la salle du fond où les Magico A3 étaient associées à des électroniques Ayre AX5 et QX5 que je connaissais déjà, du moins pour l’amplificateur intégré. La grande majorité de la démonstration sera réalisée par l’intermédiaire du streaming, un transport Cyrus, couplé au DAC QX5 venait cependant augmenter les possibilités de sources d’écoute.

Ayre et Magico A3, une association d’équilibre, de finesse, de détails et d’émotions…

Je connaissais déjà la marque Ayre pour l’avoir écouté plusieurs fois dans différents salons. Je retrouvais ce mélange délicat de clarté, de vivacité et de matière sonore propre à la marque américaine de Boulder dans le Colorado. Exercice particulièrement difficile à réaliser, il existe peu d’électroniques dans le monde capable d’associer aussi brillamment la clarté d’écoute indispensable à la compréhension des détails les plus fins de la musique avec la matière sonore exacte et le respect des timbres que l’on attend des instruments joués. Les électroniques Ayre réussissent justement ce tour de force magistral sans aucune brillance à l’écoute. Et pour l’occasion, le mariage avec les nouvelles Magico A3 est une réussite proprement spectaculaire car au spectacle… vous en appréciez le direct, et de très près.

Magico A3 Présence Audio ConseilEn effet, il est extrêmement rare de se retrouver dans une situation d’écoute où le caractère des électroniques et des enceintes s’efface totalement pour faire place aussi entièrement à la musique. Le rapport au direct, et à l’idée d’un voile ou d’une coloration entre la musique est vous s’effacent instantanément ou dirions nous plutôt, à au moins 99,9999%; peut-être un peu comme la qualité d’un cuivre ou d’un conducteur en argent dont la pureté extrême seraient synonyme de transparence absolue du signal musical.

En cela, l’association entre Ayre et Magico est exceptionnelle car les enceintes d’Alon Wolf font preuve d’une transparence stupéfiante, au point de retranscrire avec une exactitude impressionnante le caractère des électroniques associées. Ici, je peux effectivement comparer avec l’écoute des Magico S3 MkII sur les électroniques Soulution où l’ampleur est plus présente par rapport à l’intégré Ayre AX5, sans pour autant tomber dans une sonorité trop riche qui en effacerait les détails. Disons qu’avec une telle transparence, il devient très facile de discerner le caractère d’une électronique ou d’une marque particulière de câbles.

Crystal Cable véhicule parfaitement la complexité du message sonore traduit par l’Ayre AX5 vers les Magico A3

Ayre AX5 Présence Audio COnseilA ce sujet, c’est Crystal Cable qui était chargé de retranscrire le message musical libéré entre l’amplificateur Ayre et les Magico A3.  Marque de câbles que j’ai parfois critiqué par le passé, j’ai surtout trouvé que le mariage entre Magico, Crystal Cable et Ayre était particulièrement judicieux sur ce système haute fidélité. Câbles comme électroniques vont dans le même sens et se complètent avec une richesse étonnante de détails et d’équilibre; l’intégré Ayre AX5 étant tout aussi transparent qu’à même de faire preuve d’une matière sonore très proche de la réalité.

Comme je l’avais souligné plus haut, l’impression de réalité musicale autant qu’acoustique s’avère particulièrement réussie. A ce sujet, la transparence est telle que le moindre faux pas à l’enregistrement ou au mixage s’entend immédiatement, le verdict est sans appel. Dans cette optique, j’avais pris l’album de Lianne La Havas « Blood », un album que j’apprécie mais qui passe très mal sur ma chaine, précisément à cause d’une accentuation lourde et malvenue des basses fréquences. Sur le titre « Green and Gold« , le trio Ayre AX5/Magico/Crystal Cable a reproduit ce défaut avec une netteté tout aussi désagréable qu’à la maison, sinon encore un peu plus. De là, il devient très facile de trier le bon grain de l’ivraie…

Magico vous donne toute la vérité à entendre, une qualité pas toujours supportée par toutes les oreilles…

Ensuite, à vous de voir si vous aimez entendre la vérité même un peu crue ou si vous préférez une sonorité plus conciliante mais Ayre n’est pas connu pour arrondir les angles, les Magico transmettent d’ailleurs parfaitement cette qualité. Au niveau de l’écoute elle-même, nous avons pu apprécier quelques classiques mais aussi du jazz, du blues, de la musique contemporaine et quelques artistes que je ne connaissais pas encore. Citons par exemple, le très subtil « Si j’étais blanche » de Joséphine Baker repris par Cécile Mc LorinSalvant où la voix de la chanteuse s’apprécie comme si vous étiez à quelques mètres de la scène seulement. L’intonation, le phrasé et toute les subtilités de voix de cette chanteuse hors du commun sont reproduits avec une souplesse et une facilité que l’on écoute encore trop rarement dans le monde de la haute fidélité très haut de gamme et sans concession.

Enceintes Magico A3

Devant: Enceintes Magico A3. Derrière: Magico M6 !

Sur le « Live in Concert » de Manu Katché, la précision des timbres instrumentaux est stupéfiante d’exactitude. Les notes et la mélodie d’un piano s’égrainent avec une souplesse tout aussi étonnante. Le suivi rythmique est tel qu’on ne se pose pas de question mais on se perd littéralement dans la musique, ce qui m’est d’ailleurs arrivé plusieurs fois. Là aussi, c’est plutôt rare. La batterie nous permettait aussi d’apprécier la bande passante toute aussi surprenante des Magico A3 qui marient parfaitement précision des timbres instrumentaux, richesse harmonique et matière sonore. La grosse caisse est aisément reconnaissable, tant en matière de descente dans le grave qu’à entendre le marteau faire résonner la peau.

Tout s’entend avec une facilité déconcertante, avec une justesse tout aussi impressionnante que la bande passante peut être large dans les basses comme dans l’aigu, pour peu que l’enregistrement le demande. L’image stéréophonique est parfaitement conforme à l’enregistrement, aucun chevauchement entre les instruments ne vient semer le moindre doute sur l’interprétation musicale. Les petites formations orchestrales – Michel Godard Monteverdi « A trace of grace » est stupéfiant de réalisme alors que les grandes formations symphoniques ne souffrent aucun flottement, du premier au dernier rang. Soulignons enfin la qualité de l’aigu, très facilement reproduit par les tweeters en béryllium des Magico A3. Elles montent haut en fréquence avec un réalisme total des timbres instrumentaux, sans pour autant fatiguer l’oreille. Je pourrais encore vous donner d’autres exemples car j’ai vraiment pris un grand plaisir à me perdre dans chacun des morceaux joués, tout comme chacune des personnes présentes ce jour là chez Présence Audio Conseil.

J’ajouterais simplement que pour une première visite, j’ai vraiment passé un grand moment d’écoute, avec la gentillesse et le professionnalisme évident de toute l’équipe de Présence Audio Conseil ainsi que du concepteur des A3 ce samedi 10 février 2018. Je ne peux que les remercier vivement. Dernier point que je tenais à préciser dans cet article, malgré le fait que je parle rarement de prix sur mon blog étant donné les mauvais esprits et leurs critiques, c’est que les Magico A3 sont vendues à 12500 € la paire. Comparez simplement les Magico A3 avec d’autres marques à l’écoute et sur les autres critères; la plupart d’entre elles auront vraiment du mal à tenir la comparaison. Sans aucun doute, ces enceintes relèvent d’un sérieux de conception exemplaire mais aussi d’un respect authentique pour la musique tout autant que de respecter ceux qui savent l’écouter avec le plus grand discernement. C’est une règle encore trop souvent oubliée dans le milieu audiophile…

Eric Mallet

11 Fév

Journées portes ouvertes chez New Music à Bruxelles avec Nagra, Wilson Audio, JBL et MacIntosh MA 252

Mac Intosh New Music BruxellesC’est avec grand plaisir que je me suis à nouveau rendu à Bruxelles chez New Music afin de profiter d’une écoute des légendes de la Haute Fidélité et, à vrai dire, on profite rarement autant d’électroniques de renom réunies dans une même pièce. Il fallait donc que je me fasse à nouveau une belle escapade sur Bruxelles en ce début d’année. Arrivé assez tôt à la gare de Bruxelles Midi, je m’engouffrais rapidement dans le métro où je commence déjà à être un peu plus familier avec la ville.

En aparté, je vous proposerai ensuite mon article sur les journées portes ouvertes de Présence Audio Conseil à Paris. J’ai eu le plaisir d’y découvrir en avant-première les nouvelles enceintes de Magico, les A3. Cependant, je n’aurais sans doute pas suffisamment de temps pour vous écrire un bon article sur cet excellent week-end passé à Reims, en compagnie de Christian Catauro et de ses électroniques Helixir Audio. Par contre, je reviendrai par la suite sur les électroniques de Christian car il fait vraiment honneur à la Haute Fidélité française. Mais pour l’instant revenons dans la capitale de Belgique et à New Music plus précisément où j’ai à nouveau été reçu par José avec beaucoup de sympathie. L’auditorium se trouve toujours au fond du magasin, en passant par le jardin.

Une journée d’écoute enrichissante chez New Music en ce 27 janvier 2018

JBL, Nagra, McIntoshDisons que s’il fallait commencer l’année sur de bonnes bases, c’est bien sur la découverte d’un bon système audiophile que je le ferais. Ici nous étions gâté car nous avions deux systèmes musicaux à écouter et je n’ai pas boudé mon plaisir. J’ai également eu le plaisir de discuter à nouveau avec l’organisateur du salon High End Innovation organisé par New Music comme chaque année à Bruxelles. La discussion s’avéra particulièrement enrichissante et généralement, quand deux audiophiles se rencontrent, ils s’enrichissent mutuellement de leurs connaissances.

Kommer Kleijn nous a également fait le plaisir de se joindre à nous (avec son sens de l’humour très apprécié) en ce samedi un peu frais de janvier sur Bruxelles. Personnage particulièrement sympathique et compétent dans le domaine de l’audio autant que dans celui de la vidéo, Monsieur Kleijn est le créateur (entre autres) d’une paire d’enceintes acoustiques innovante, les John Watkinson Legend. Ses enceintes associées à un convertisseur et d’autres électroniques de très haut niveau étaient en démonstration au salon bruxellois de New Music l’année dernière. Là aussi, je ne pourrais que vous recommander d’aller y jeter une oreille attentive !

McIntosh MA 252 et JBL chez New Music BruxellesCela dit, revenons en à New Music où j’ai eu le plaisir de découvrir les deux systèmes présentés. Le premier d’entre eux (considéré comme le « petit système haute fidélité ») reposait principalement sur le magnifique MacIntosh MA252 avec de très belles enceintes JBL (et son woofer de 38 cm !), source DCS. Le second système reposait sur une platine vinyle très haut de gamme TechDas Airforce 3 avec son bras Graham et cellule TechDas TDC01TI en termes de source.

Un lecteur CD Nagra venait également seconder cette source analogique exceptionnelle. Les enceintes proposées à l’écoute étaient les Wilson Audio Alexia 2 alimentées par les amplis de puissance monoblocs HD Amp de Nagra et préamplificateur Nagra HD Preamp ou phono Nagra avec (cerise sur le gâteau), un enregistreur à bandes lisses Nagra T.

Première écoute sur chaine JBL et Mc Intosh MA252

Cette première écoute d’un système McIntosh aboutissant sur des enceintes JBL s’est déroulée avec de nombreux morceaux de musique classique dans la plupart des cas. Écoute particulièrement neutre avec un médium un peu en retrait, les JBL et leur 38 cm manquait sans doute de place pour s’exprimer pleinement. Les basses prenait beaucoup trop de place à mon goût alors que le médium se faisait trop discret sans que l’on puisse vraiment critiquer un manque de clarté. A voir le système, les enceintes étaient sans doute trop proches du mur arrière. José me l’a confirmé mais la situation (avec deux systèmes dans la même pièce) l’a un peu obligé à rechercher un compromis par rapport au second système Nagra qu’il voulait privilégier. Expliqué ainsi, c’est compréhensible mais l’écoute était dès lors, un peu moins bonne que ce à quoi je m’attendais.

McIntosh MA 252, JBLUn peu intrigué par ce médium sans doute trop plat mais qui m’était pourtant familier, José m’a également confié qu’il s’agissait de câbles Shunyata Research au lieu des câbles Charlin initialement prévus pour l’écoute. C’est un choix qui lui avait été suggéré par l’importateur. Là aussi, c’est un petit regret qui se confirme à l’écoute. Je connaissais bien cette sonorité puisque je possédais des Shunyata Gemini. Sur des JBL, l’association n’était sans doute pas optimale.

Système d’écoute particulièrement neutre, je ne pouvais pourtant pas critiquer la chaine écoutée sans ajouter que les timbres me paraissaient particulièrement justes. Qualité qui m’a également frappé, la fluidité du message musical et son expressivité m’ont semblé particulièrement exacts, au point de révéler l’intention des musiciens de manière très juste. Je restais quand même sur une « demi-déception » du fait de l’absence des câbles Charlin qui auraient certainement pu donner un meilleur équilibre à l’écoute, avec un beau médium et une articulation musicale tout aussi exacte en termes de rythme et d’intention des musiciens.

Écoute préampli Nagra, blocs mono Nagra, platine vinyle TechDas Airforce 3, cellule TechDas TDC01TI et Wilson Audio Alexia 2

Nagra Wilson Audio New MusicAvec l’écoute d’un tel système haute fidélité, on entre encore dans un autre monde. L’association Nagra et Wilson Audio Alexia 2 est exceptionnelle de cohérence, du moins avec la platine vinyle écoutée. J’ai retrouvé cette matière sonore distribuée de manière égale sur l’ensemble du spectre sonore mais avec une certaine clarté, permettant de ne rien masquer du message musical écouté.

Avec cet ensemble, nous profitons un peu des deux mondes avec une musicalité paraissant claire mais neutre, sans subir de basses fréquences envahissantes. Ici, nous étions en totale opposition avec la chaine McIntosh et JBL mais l’utilisation, selon moi, inadaptée des câbles Shunyata Research jouaient surtout en défaveur du système. Avec l’amplification Nagra et les enceintes Wilson Audio, les basses fréquences ne se manifestaient réellement que lorsqu’elles étaient bien présentes sur le disque. Elles n’avaient pas ce côté un peu trop systématique ou trop en avant, parfois audible sur des enceintes dont le boomer s’avère particulièrement large.

Une source vinyle TechDas et magnéto à bandes Nagra d’une qualité musicales exceptionnelle

Préampli phono Nagra, blocs mono Nagra, meuble CharlinJ’ajouterais simplement que la qualité exceptionnelle de l’écoute reposait d’abord sur la source vinyle, ici une TechDas Airforce 3 avec cellule de la même maison. Absence totale de bruits de fond, musicalité exceptionnelle, tout était là pour contenter autant le mélomane que l’audiophile en quête d’émotion musicale. Le naturel de l’écoute est tel qu’il devient difficile de demander autre chose qu’une écoute de cette qualité pour une source vinyle.

Au risque de me répéter, cette association très caractéristique des électroniques Nagra à ménager autant la matière sonore que la clarté de l’écoute parvenait à rendre l’écoute encore plus agréable, sans excès ni manques mais avec beaucoup de fraicheur à l’écoute. Autant sur une symphonie ou de la musique classique plus confidentielle, la chaine Nagra faisait preuve de distinction et de précision. Avec des timbres parfaitement reproduits, très proches du réel.

Pendant un cours moment nous avons profité d’une écoute sur le magnéto à bandes Nagra pour obtenir à nouveau un gain très net en termes de réalisme et de précision des timbres. Source très proche des bandes Master, nous profitions ici du sommet de l’analogique, avec une musicalité difficilement imaginable en numérique, du moins, pour la grande majorité des lecteurs CD ou streaming commercialisés à ce jour.

Du Clapton en live qui nous change un peu du classique et des symphonies

Nagra, Wilson Audio, câbles MIT On changera un moment de registre avec du Clapton en concert et là aussi, l’espace stéréophonique rendu par ce système Haute Fidélité Nagra nous plongeait facilement dans l’ambiance du live. Disons que la source vinyle contribuait facilement à nous plonger dans l’atmosphère de chaque morceau écouté, quel que soit le style. L’équilibre musical s’avérait particulièrement bon, simplement naturel, sans en ajouter.

Là encore, le grave marquait sa présence quand il était inscrit sur le disque mais sans cette impression d’être systématique comme on l’entendait un peu sur les JBL. Disons que les Wilson Audio associées à Nagra ne présentaient pas du tout la même écoute, avec cette fraîcheur et cette vivacité propres aux électroniques de chez Nagra, des qualités déjà appréciées durant le salon du magazine Haute Fidélité fin 2017. Ces qualités de rapidité et d’énergie spontanées étaient d’ailleurs à nouveau remarquées comme l’année dernière, peut-être est-ce en partie du à l’excellent meuble Charlin sur lesquelles les électroniques étaient posées.

J’ajouterais que j’ai à nouveau passé un excellent moment d’écoutes musicales chez New Music à Bruxelles, avec la gentillesse habituelle de José qui n’est pas absent non plus à cette convivialité typiquement belge et que l’on retrouve rarement ailleurs. A Bruxelles, je me sentais d’ailleurs un peu comme chez moi. Ajoutons pour la petite histoire que mes grand-parents du côté de mon père étaient belges et bruxellois; ma grand-mère à dû quitter la Belgique pour Lille étant petite; elle ne ne l’aura d’ailleurs jamais vraiment accepté.

Eric Mallet

 

02 Jan

Salon Haute Fidélité Marriott Paris Rive Gauche 18 et 19 novembre 2017

Salon Hifi Paris 2017Comme vous le savez les dates des salons se tiennent parfois sur le même week-end et cette année, c’était particulièrement perturbant car deux des meilleurs salons de la haute fidélité, celui de New Music à Bruxelles et le salon Haute Fidélité organisé par notre magazine national se tenaient aux mêmes dates. J’ai finalement réussi à assister aux deux salons mais dans des conditions loin d’être optimales. En effet, les chaines de haute fidélité présentées sont nombreuses dans les deux villes, ce qui demanderait naturellement deux jours d’écoute sérieuse par événement. Imaginez simplement que vous vous déplaciez au High End de Munich pour une seule journée… Dans ce cas, restez plutôt chez vous !

Comprenons nous… Si vous venez assister aux salons haute fidélité pour apprécier de la belle musique rendue sur du très bon matériel de reproduction musicale, même sur une journée, vous en sortirez ravi, à Paris ou à Bruxelles. Mais lorsque vous vous déplacez pour rédiger un compte-rendu par la suite, s’assoir 2 minutes par écoute sera contre-productif. Malheureusement, j’étais donc contraint d’écourter quelques écoutes que j’aurais voulu plus longues. J’ai pourtant essayé de faire au mieux avec le temps que j’avais… et la fatigue de la veille !

Un salon Haute Fidélité de grande qualité avec de très belles écoutes

Jadis Haute Fidélité 2017J’avais encore en tête l’excellent souvenir de l’exposition de l’année dernière, avec notamment PE Léon, PMC et Microméga ou Mulidine qui m’avaient bien plu. Cette année, les écoutes seraient bien différentes pour la plupart mais disons que les meilleurs exposants deviennent encore meilleurs avec le temps alors que les moins bons sont toujours aussi mauvais. Je m’attendais donc à faire de belles écoutes au cours de cette édition 2017 du salon de Haute Fidélité. Disons que l’avantage de ce genre de salon repose sur le fait qu’une majorité d’exposants sont présents d’une année sur l’autre avec par exemple Davis Acoustics, Atoll, Jadis, Focal, TAD, PMC…

De là, il devient assez facile de ne plus perdre son temps mais de le rentabiliser ailleurs, avec d’autres écoutes ou de confirmer ce qui était déjà bon l’année d’avant. Parmi les meilleurs, Nagra et YG se sont surpassés par rapport à l’année dernière alors que notre ami Martial Hernandez avec Bel Canto et TAD, nous a lui aussi, absolument régalé, bien plus que l’année dernière à mon avis…

Une exposition statique de qualité avec Helixir Audio, PMC, Bryston, Nagra et enceintes YG

Au niveau des expositions statiques, nous faisions la découverte d’un très beau matériel présenté par Ana Mighty Sound avec notamment, l’écoute du streamer et du DAC Helixir Audio alors que j’avais le plaisir de retrouver Christian Catauro, concepteur de ces derniers. DEA enceintes PMC électroniques Bryston Paris 2017Au niveau -1 du forum, nous retrouvions les habitués du salon avec notamment l’importateur DEA qui nous présente depuis plusieurs années des démonstrations qui s’apparentent à chaque fois à un véritable tour de force.

Découvert il y a déjà de cela quelques années avec les amplificateurs Kallyste, l’année dernière, c’est la présentation des électroniques MIcromega sur enceintes PMC qui m’avait totalement subjugué, présentant une bande passante très large et fouillée dans l’aigu avec une maitrise dynamique vraiment exceptionnelle. Cette année, DEA nous conviait plutôt à l’écoute des enceintes et électroniques PMC avec amplification Bryston. Là encore, le résultat musical faisait preuve d’une maitrise irréprochable des écarts dynamiques avec une belle image stéréophonique et un respect très précis des timbres instrumentaux. Décidément, les enceintes PMC – issues du monde professionnel de l’enregistrement – nous prouvent une fois encore que la haute fidélité pourrait s’inspirer des professionnels de studios bien plus souvent qu’on ne le croit. Disons qu’à l’écoute de telles enceintes, la plupart des audiophiles comprendront que rigueur et musicalité peuvent parfaitement aller ensemble.

Électroniques Nagra et enceintes YG, un sommet en haute fidélité…

Enceintes YG électroniques Nagra Paris 2017Autre découverte musicale stupéfiante mais d’une manière tout à fait différente à l’écoute, un système Nagra tout à fait exceptionnel aboutissant sur une paire d’enceintes YG donnait des frissons à son auditoire avec une facilité déconcertante. A part pour le duo Bel Canto/TAD de notre ami Martial Hernandez, j’ai bien l’impression que nous assistions à un autre morceau de plaisir musical exceptionnel.

Avec le temps, m’arrêter un moment devant un système haute fidélité pour en être sidéré dès la première seconde sans que l’étonnement ne s’estompe rapidement est de plus en plus rare. On pourra toujours argumenter en disant que telle ou telle chaine haute fidélité présentera telle ou telle qualité musicale mais en réunir autant sur deux marques prestigieuses relève d’une exception particulièrement rare. Avec Nagra et YG, vous assistiez vraiment à une très belle démonstration technique et musicale. Tout en étant proche du réel avec un médium particulièrement ouvert, l’image stéréophonique nous faisait apprécier la musique dans les trois dimensions avec une impression de fluidité très rarement écoutée sur d’autres systèmes très haut de gamme.

Nagra enceintes YGArrivé dans la salle au moment d’un concert de jazz, l’effet du direct était particulièrement saisissant. La transparence est extrême, tout comme le respect des timbres. L’image stéréophonique se fait totalement holographique, j’ai rarement entendu cela en plus de 25 ans d’écoute. La texture sonore reste assez claire mais avec une belle matière, distribuée de manière égale sur l’ensemble du spectre audio. L’attraction y était tellement forte que j’y serais bien resté une heure mais il y avait encore tellement d’écoutes à faire que je devais me résigner à sortir de la pièce.

A l’opposé, chez Mulidine, l’écoute était peut-être un peu moins intéressante que l’année dernière, du moins pour le choix des morceaux. Au niveau des déceptions, Technics revenait nous voir sur Paris mais à mon avis, il n’avaient pas compris qu’il s’agissait de haute fidélité et qu’ils n’exposaient pas chez Darty, une horreur à oublier rapidement.

Technics se joint à Davis et Devialet dans la catégorie des démonstrations inécoutables…

Jadis Paris 2017Et si je pensais que Davis Acoustics avait légèrement progressé l’année dernière, j’ai à nouveau été déçu cette année. L’association Meitner/Gryphon et Davis s’avérait particulièrement aigre, focalisée sur l’aigu et le haut médium avec une absence criante de matière musicale.

Quel dommage de bénéficier d’un bon amplificateur comme l’intégré Gryphon Diablo pour l’associer à du Meitner, une caricature d’aigreur, de matité et de platitude; avec des enceintes Davis Acoustics, plutôt connues pour présenter un son avec peu de matière tout en étant assez (ou trop) analytique. Ce genre de reproduction musicale a ses amateurs mais je n’en fait certainement pas partie. A l’écoute, c’était navrant et je ne m’y suis pas attardé.

Totalement à l’opposé, l’écoute proposée par Jadis était, selon mes oreilles, plus équilibrée que l’année dernière. Déjà intéressante sur enceintes ASA Monitor, l’écoute prenait une tout autre dimension avec TAD et Spendor, alimentées par un excellent câblage Charlin. Caractéristique particulièrement frappante pour Jadis cette année, l’équilibre musical faisait certainement partie des meilleurs du salon. La musique se déployait dans la salle avec beaucoup de conviction, avec la musicalité enviable des électroniques Jadis qui selon moi, sonnait de manière plus neutre que l’année dernière avec les ASA Monitor. En aveugle, il est probable que le timbre typique des lampes n’aurait pas été aussi facilement reconnaissable. Et si les Spendor présentaient plus d’ampleur, avec un grave plus présent que pour les TAD, ces dernières s’avéraient aussi plus précises, avec un équilibre idéal en fonction de la pièce d’écoute. Décidément, soit cette marque d’enceintes s’améliore avec le temps, soient elles sont de mieux en mieux mariées avec les électroniques auxquelles elles sont associées.

Le DAC d’Helixir Audio en statique profitait idéalement d’une écoute au casque avec ampli et casque Stax !

Helixir Audio salon Paris 2017En présentation statique, il ne fallait pas manquer la possibilité d’écouter le DAC et le streamer d’Helixir Audio, parfaitement bien associés à un casque et amplificateur Stax. Par ce biais (même si l’écoute faite à Reims trois semaines plus tard était toute aussi convaincante), on atteignait ici un genre de perfection et d’équilibre tout à fait surprenants avec une transparence hors du commun sans la caricature évidente d’un aigu souligné.

Ici, bien au contraire, règne un équilibre musical rarement atteint avec d’autres convertisseurs numériques vers l’analogique. Avec une bande passante particulièrement large, on se retrouve véritablement pris dans l’ambiance de chaque morceau écouté. Et si le catalogue de Christian ne me présentait pas vraiment d’albums que je connaissais par cœur, ce dernier m’a fait découvrir un morceau très surprenant de rock où les effets guitare (une distorsion avec un léger chorus) s’avéraient totalement reconnaissables. Sur l’incontournable « Hotel California » d’Eagles, le solo guitare laissait entendre le bois de l’instrument avec la moindre inflexion de cordes. Étant moi-même guitariste avec 20 ans de pratique, j’ai toujours été très sensible à ce genre de détails. Juste à côté, le contrôle et la réparation de cellules étaient assurés par François Saint-Gérand d’Ana Mighty Sound à partir d’une installation astucieuse où une loupe était directement reliée à un Mac sur écran afin de permettre une visualisation idéale de la cellule, pour une opération toute en douceur et en précisions…

Les enceintes Dali et Octave en amplification me surprennent agréablement

Octave Dali salon Paris 2017Sans être vraiment pressé, j’essayais de rentabiliser au mieux mon temps d’écoute et j’arrivais enfin au premier étage du salon pour y faire à nouveau quelques belles découvertes musicales. Première écoute (d’ailleurs conseillée par Christian Catauro) réalisée avec les enceintes Dali et électroniques Octave, ce moment de plaisir musical me laissait croire que j’avais raison de penser que l’on pouvait retirer de la belle musique de ces enceintes lorsqu’elles étaient bien associées. Je les avaient déjà entendues la veille à Bruxelles sur des électroniques NAD qui ne leur rendait absolument pas justice. Écoute froide et décharnée alors que les enceintes étaient plaquées sur le panneaux publicitaires Dali à Bruxelles, le plaisir d’écoute était totalement différent au Marriott de Paris.

Sans la caricature d’un son purement « lampes », l’écoute présentait beaucoup plus de matière sonore sans en faire trop. Très bien timbrée, la musique se libérait sans brillance dans l’aigu ni basses explosives. Peut-être réservée aux mélomanes, la musique se faisait très expressive. Elle libérait ses harmoniques et se présentait avec un très bel équilibre. Sans présenter la bande passante la plus large du salon, ce couple Dali/Octave présentait de belles qualités musicales, lesquelles plairaient à de nombreux amateurs de musiques qui ne cherchent pas à se couper les cheveux en quatre mais à profiter de la musique à tous instants.

Une exposition statique très intéressante des nouveaux lecteurs et convertisseurs Eera

Eera salon paris 2017Didier de Luca était présent sur le salon parisien pour présenter sa nouvelle gamme de lecteurs CD et de convertisseurs. Nous discutions et Didier m’invita à faire une écoute au casque à partir d’un de mes albums donc, en naviguant en terrain connu avec le premier album de Stream of Passion. Assez peu habitué aux écoutes au casque, surtout sur ce genre de modèle que je ne connaissais pas, j’ai trouvé le grave un peu lourd avec un son chaud auquel je ne suis pas habitué.

Par contre, par rapport à mon Eera Tentation, les timbres instrumentaux étaient encore plus précis, l’écoute s’avérait particulièrement fluide et difficilement critiquable, hormis pour le rendu musical un peu particulier de ce casque. Par rapport à mon lecteur, l’évolution est sensible en termes de réalisme et de respect de la musique sur la majorité des plans. Avec ce genre de lecteurs ou de convertisseurs, il devient assez difficile de prendre partie pour l’analogique contre le numérique. Comme pour d’autres lecteurs ou écoutes numériques dématérialisées, cette opposition devient superflue tant les convertisseurs et le talent de ceux qui les conçoivent gomment aisément ce genre de rhétorique d’un autre temps.

On pouvait s’attendre au meilleur avec les enceintes Paradigm Persona, Accuphase nous en a présenté le pire…

Paradigm Persona 9HA l’opposé d’une écoute que j’attendais mais qui finalement m’a particulièrement déçu, il s’agissait quand même des enceintes du fabricant canadien Paradigm Persona 9H, une paire d’enceintes très haut de gamme et inabordables mais qui, lorsqu’elles sont parfaitement mises en œuvre, sont capables de présenter la musique comme très peu d’autres enceintes du marché peuvent le faire.

Écoutées dans de bonnes conditions au salon de Munich cette année, j’étais complètement choqué par ce que je concevais comme une des toutes meilleures écoutes du salon allemand de la haute fidélité. A Paris, j’étais tout aussi choqué mais dans le sens opposé. D’abord, il m’était difficile d’apprécier ces enceintes sur des électroniques Accuphase, marque d’électroniques pourtant réputée. Pour ma part, j’ai certainement dû les écouter une bonne dizaine de fois sans jamais leur trouver quoi que ce soit de transcendant ni même d’intéressant à l’écoute.

Paradigm Persona 9H et Wireworld ou comment chausser votre Maserati avec des pneus de mobylette…

Salon Haute Fidélité Paris 2017Pour ne pas arranger les choses, des câbles Wireworld, autrement dit du Made in Taiwan, se chargeait de transmettre le signal sonore aux enceintes. Encore une fois, je suis bien obligé de constater que, ce que certains appellent encore un accessoire, s’avère critique à l’écoute, du moins si vous cherchez à obtenir la meilleure reproduction musicale de vos électroniques.

L’écoute présentée s’avérait particulièrement fade, plate et inconsistante avec très peu en rapport avec le prix des éléments engagés tout en faisant vraiment insulte à la qualité exceptionnelle de ces enceintes canadiennes (35000$ la paire !). Mes propos vous surprendront peut-être mais le contraste avec l’écoute faite à Munich m’a vraiment fait passer du grenier à la cave. Preuve en est à nouveau que le très haut de gamme doit être logiquement marié avec du très haut de gamme sous peine de subir ce genre de punition particulièrement désagréable à l’oreille.

Cables SINE salon paris 2017Au High End de Munich, un grand nombre de visiteurs, moi y compris, auraient classés les Paradigm Persona 9H dans la catégorie très fermée des meilleures enceintes au monde. Pourtant encore impressionné par l’écoute du couple Nagra/YG, je placerais facilement le système présenté à Munich encore un cran au dessus, dans une catégorie un peu utopique des chaines haute fidélité ultimes, celles qu’il faut avoir entendu au moins une fois dans sa vie.

A l’opposé, les Paradigm Persona 9H étaient totalement sous exploitées à Paris, avec de surcroit, un mariage catastrophique à des morceaux de plastique et de cuivre fabriqués en Chine. Heureusement, je n’allais pas terminer ma journée sur ce genre de catastrophes acoustiques. La mauvaise impression de mettre déplacé à moitié pour rien s’est progressivement effacé.

Disons que l’écoute des Magnepan MG3.7i commençait à me réconcilier un peu plus avec la musique. Animés par des électroniques de qualité tels qu’un préampli REF6 d’Audio Research avec amplificateurs à tubes VT80, un lecteur CD REF CD9 et câbles Shunyata Research, je rejoins tout à fait l’avis de Jean Razzaroli sur son excellent blog L’Audio Expérience. Les panneaux Magnepan ont nettement gagné en maturité avec le temps. Ils présentent une cohésion musicale bien meilleure qu’auparavant, loin de cette sensation un peu étrange de séparation entre les instruments qu’ils présentaient autrefois. L’écoute était plaisante, musicalement très aboutie par rapport à ce qu’elles pouvaient reproduire par le passé en termes de musicalité et de grave, plus tendu qu’autrefois également.

Encore une fois, Martial Hernandez arrivait comme un sauveur 🙂

Bel Canto TAD salon Paris 2017Histoire de terminer le salon parisien en beauté (et en musique), je ne pouvais que me réjouir de retrouver Martial Hernandez dans une vaste salle qui nous présenterait un système haute fidélité encore plus abouti que l’année dernière avec autant, sinon encore bien plus, de culture musicale à son actif. Cette année, je n’étais vraiment pas déçu, plutôt en accord total avec le maitre qui officiait avec sa modestie et sa gentillesse habituelle. Je m’asseyais sagement au premier rang sans me rendre compte de ce qui m’attendait en cette fin de week-end très chargé.

Martial nous avait fait le plaisir de nous convier à une démonstration musicale exceptionnelle, savamment orchestrée par le nouvel amplificateur intégré Bel Canto Black 600 avec les toutes dernières enceintes compactes de chez TAD, les Micro Evolution One. Un caisson de graves JL Audio particulièrement bien accordé à la pièce venait soutenir les (petites) TAD dans le bas du spectre. Câblé en Synergistic Research, je m’attendais un peu à un médium très ouvert, riche en timbres et particulièrement vivant.

salon hifi Paris 2017C’est effectivement ce genre d’écoute qui m’a été proposé ce dimanche soir de novembre. L’émotion de chaque morceau présenté à l’écoute était palpable, un peu comme si l’on assistait à la représentation en direct, qu’il s’agisse d’un live ou d’un morceau enregistré en studio.

Déjà complètement ravi de belles écoutes reposants sur les appareils PMC, YG et Nagra, un temps refroidi par Accuphase, honteusement câblé par des fils de plastique fabriqués en Chine sur les excellentes Paradigm Persona H9, j’étais à nouveau aux anges « grâce » à notre sauveur national de la Haute Fidélité, Martial Hernandez en personne. Mais jusqu’à quand va t-il officiellement œuvrer à nous offrir autant de plaisir et de belles musiques ? Prions pour que cela dure encore bien longtemps.

A bon « entendeur » 🙂

Le temps passe et j’étais à nouveau ravi d’avoir pu assister à ces deux excellents salons haute fidélité parisien et bruxellois. A nouveau prêt à prendre mon bus, j’ai quand même avalé près de 660 kilomètres sur deux jours mais cela en valait largement la peine. Finalement, il ne nous reste plus qu’à attendre Munich mais bien avant, je me ferais un plaisir de vous offrir quelques autres articles passionnés et très audiophiles.salon haute fidélité Paris

Une dernière fois (enfin je l’espère), je tiens à vous rappeler que vous lisez un article de blog. Autrement dit, l’article que vous êtes en train de lire reflète mon avis personnel. Si cela ne vous plait pas, c’est votre droit, tout comme celui d’aller voir ailleurs si j’y suis (mais vous aurez du mal à m’y trouver). Le Web est grand et il y a de la place pour tout le monde. Sinon, libre à vous de vous acheter un bon appareil photo et de faire comme je le fais, d’investir votre temps dans des déplacements et dans l’écriture, en fonction de votre opinion personnel qui, comme chaque opinion, trouvera des points d’accords et de contradictions – a priori constructifs.

Là dessus, et pour ceux que cela intéresse, je les invite également à visionner mes photos sur ma page Flickr Salon Haute Fidélité Paris 2017.

Eric Mallet