18 Juin

Week-end d’écoutes audiophiles à la boutique Charlin de Bergerac les 24 et 25 juin 2017

Bonjour,

Boutique CharlinJ’ai le plaisir de vous annoncer que la boutique Charlin de Bergerac près de Bordeaux organise les 24 et 25 juin 2017, un week-end d’écoutes audiophiles où vous êtes tous cordialement invités !

En partenariat avec les vins du Domaine de la Combe présentés par Sylvie Claude et Thierry Sergenton, Didier Delage et Olivier Robert vous invitent chaleureusement à la boutique Charlin de Bergerac, 41, route de la Brunetière pour y passer un moment unique de plaisir musical !

Amateurs de musique et de bon vins, la Maison Charlin vous proposera l’écoute de son système Haute Fidélité composé du préamplificateur Charlin Phono Mini S mkII, des amplificateurs Mini S mkI, Enceintes Kef Reference 3 et câbles Ultimate 9000.

boutique CharlinSi vous aimez la musique et la Haute Fidélité, si vous êtes de Bordeaux ou de Bergerac, venez passer un bon moment de passion musicale dans un auditorium dédié à toutes les musiques… Je serais sur place personnellement pour assister au week-end de présentation des électroniques Charlin.

Durant ce week-end exceptionnel, le système en écoute sera composé des électroniques A. Charlin avec le Préamplificateur Phono Mini S MkII, des amplificateurs Mini S MkI avec le conditionneur secteur Power 5 mk I, du câble Phono Mk II Bleu, des câbles Haut Parleur Ultimate 9000, câbles PCO Ultimate 1-5500+, des câbles XLR symétriques Bleu 2100, de la platine vinyle TransRotor Zet 1, ainsi qu’une source CD et dématérialisée aboutissant sur des enceintes Kef Référence 3.

Un week-end exceptionnel de musique vous attend à Bergerac les 24 et 25 juin 2017

Jazz, musique classique, musique baroque, blues, rock, variétés… Un large panel de musiques vous sera proposé tout au long de ce week-end très audiophile ! N’hésitez pas à venir nous rendre visite avec vos propres albums…

Les électroniques et câbles A. Charlin, en partenariat avec les vins du Domaine de la Combe, vous feront découvrir ce que la haute fidélité française à de mieux à vous offrir, au cœur du terroir bordelais…

Avec grand plaisir, la boutique Charlin de Bergerac, Didier Delage et Olivier Robert vous accueillent les 24 et 25 Juin 2017 !

Eric Mallet

 

15 Juin

High End Munich 2017, le meilleur salon européen de la haute fidélité

High End MunichNe sachant pas vraiment si j’allais me rendre sur place car le site du High End n’est pas très explicite ni riche en images, je me suis finalement décidé à tenter l’aventure du High End Munich 2017, sachant que je pouvais très difficilement en revenir déçu. Cela dit, le salon compte quand même 538 exposants venus de 44 pays, ce qui en fait le plus grand salon d’exposition de la haute fidélité d’exception en Europe. J’avais pourtant l’habitude de faire les salons de Paris et de Bruxelles de la Hifi depuis plus d’une dizaine d’années mais je ne m’attendais pas à changer d’Univers à ce point. L’exposition de l’audio haut de gamme à Munich, c’est vraiment une toute autre dimension !

Salon High End Munich 2017Décidément, tout est toujours plus grand en Allemagne et je ne m’en plaindrais pas. Habitué, sur le plan professionnel, à me rendre aux salons des sports de force et de la nutrition sportive, la comparaison est tout aussi saisissante que pour la haute fidélité. A Paris, le Bodysport machin annuel est une nullité typiquement représentative du monde des sports français. A l’opposé, le FIBO de Cologne profite amplement du plus grand centre d’exposition d’Allemagne où la sensation d’espace surmultiplié y est permanente. A décharge, précisons que le salon parisien de la haute fidélité est d’une réelle qualité musicale et technologique alors que les dimensions de l’exposition haute fidélité explosent à Munich.  Voilà pour cette comparaison spatiale entre deux mondes qui n’ont, a priori, aucun points communs mais qui sont mes passions depuis plus de 25 ans.

En route vers le High End Munich 2017…

High End Munich 2017Et donc, après 12 heures de bus en partant de Lille (par Paris, Reims, Strasbourg et Stuttgart…), me voici arrivé à Munich en début de matinée. L’atmosphère y était très pesante car la chaleur ne nous aura pas quitté de toute la durée du High End. Journée de repos, je m’installe tranquillement à l’hôtel pour profiter de la journée à découvrir la ville tant que je tiens encore debout. Munich sera certainement une des plus belles villes que j’ai pu visiter en Allemagne. Je reprends un peu du sommeil qui me manque et ouvre l’ordinateur. Sur l’écran apparait un mail d’Olivier Robert pour Charlin, celui-ci était déjà installé depuis la veille. Il m’invite à le rejoindre mais la fatigue ayant fait son effet, il ne m’était plus possible de le retrouver. Je lui ai donc donné rendez-vous le lendemain au salon.  La nuit n’aura pas été reposante car faute de persiennes, le soleil est entré à 5 heures du matin dans la chambre sans me laisser de répits.

High End Munich 2017Départ de l’hôtel vers 10 h 30, mon sac et mon appareil photos étaient prêts pour arpenter le salon. L’hôtel étant loin du centre, j’ai dû traverser la très longue avenue qui rejoins la rue piétonne et la ligne 6 du métro, ligne qui se dirige vers le nord et le MOC, un gigantesque bâtiment qui accueille tous les ans le plus grand salon de la haute fidélité haut de gamme et d’exception qu’est le High End Munich 2017. Le couloir central donne accès à un ensemble de halls où se répartissent des marques du monde entier et des 5 continents. On y retrouve autant les marques grand public que les marques les plus confidentielles et élitistes mais toutes ont en commun de proposer des appareils et électroniques qui retranscrivent au mieux la musique que nous aimons tant.

La tendance High End Munich 2017 est au vinyle…

High End Munich 2017Senheiser, Hegel, Pro-Ject Audio, Avant Garde, Mark Levinson, PMC, Simaudio, marques d’électroniques japonaises, les exposants ne sont pas disposés par thèmes (casques, enceintes, électroniques…) mais chacun y trouve sa place et son public. Un salon exclusif comme ce High End Munich 2017 sera l’occasion pour les visiteurs de découvrir que l’offre des exposants est réellement exhaustive. Électroniques, enceintes, accessoires en tous genres, supports anti-vibratoires, câbles de modulation, câbles numériques et d’enceintes ainsi que d’autres accessoires ou appareils plus ésotériques, voir à modulation quantique (!), impossible de ne pas y trouver son bonheur.

Il ne faudra pas non plus être voyant translucide pour se rendre compte que les platines vinyles sont très tendances. Chacun y va de sa platine, de la plus classique à la plus sophistiquée. Les bras de platines sont également exposés à part. On y découvre avec étonnement que chacune d’entre elles fait preuve de la maîtrise technologique la plus aboutie pour recueillir avec le plus de précision possible ce que les cellules iront transmettre au préampli avec le plus d’efficacité possible. On y découvre également des revendeurs spécialisés dans la cellule analogique et à tous les prix, depuis la plus simple à la plus évoluée. Décidément, ce High End Munich 2017 dépassait déjà toutes mes attentes alors que je n’y étais que depuis une demi-heure à peine. A vrai dire, l’excitation y est à son comble pour un passionné pur et dur de « hifi  » comme on le dit parfois. Pris de passion pour l’audio et la haute fidélité depuis plus de 20 ans, je me suis retrouvé au High End de Munich comme un enfant dans un magasin de jouet.

Une rencontre imprévue avec des professionnels français passionnés, ceux de Vermeer Audio

High End Munich 2017Après une heure de découverte, je me suis finalement posé sur un banc et j’entendais qu’on y parlait français. J’ai sorti ma salade mais je n’ai pu m’empêcher de poser une question au deux personnes qui s’y tenait également. L’une d’entre elles n’était autre que Georges Noblet, autrement dit, le créateur d’Audio Aero et de Vermeer audio en personne (!) Difficile pour un audiophile ne pas être flatté par une telle rencontre. Nous nous sommes donc retrouvé entre passionnés et la conversation s’animait. Nous discutions au point que je n’arrivais plus à avaler la moindre tomate 🙂

High End Munich 2017Arrive ensuite Olivier Robert des électroniques Charlin, accompagné d’un ami venu de Roumanie. Nous échangeons quelques mots et un café, Olivier devant rapidement retrouver son stand. De mon côté, je repartais découvrir le salon. Le High End de Munich compte quand même plus de 300 exposants et je craignais de ne pas avoir assez de mes deux jours pour tout voir. Pour ceux qui n’étaient pas présents au High End Munich 2017 ou qui n’ont encore jamais fait le salon, il faut savoir qu’au rez-de chaussée, les exposants disposent soit d’un espace de présentation pour leurs matériel, soit d’une salle d’écoute pour leurs systèmes audio. Cependant, avec un nombre d’exposants déjà élevé, il était assez difficile d’écouter chaque système avec sérieux. Décidément, j’aurais dû prévoir 3 jours pour profiter à 100% de cet excellent High End Munich 2017 !

Des petites salles d’écoute sont mise à la disposition des exposants

High End Munich 2017 les marques de casquesA vrai dire, les petites salles sont assez bien conçues même si elles sont relativement petites. Elles peuvent accueillir 6 à 10 personnes en même temps par écoute. La plupart des exposants travaillent généralement l’acoustique de leur salle en y mettant des absorbants et des réfracteurs. C’est assez ludique car on ne sait jamais vraiment sur quel genre de système haute fidélité on risque de tomber, ne pouvant connaitre chaque exposant à l’opposé de Paris ou de Bruxelles où je connais toutes les marques d’électroniques ou d’enceintes. Parfois, certains espaces ouverts sont aménagés pour y placer une chaine et proposer une écoute dans de bonnes conditions. J’ai d’ailleurs eu une très belle surprise en y écoutant un système très élaboré provenant d’Afrique du Sud. D’un autre côté et dans un autre domaine, j’ai travaillé pour Benfatto Nutrition qui est également installé en Afrique du Sud même si Francis Benfatto est français; c’est curieux mais le monde est vraiment petit. Il faut aussi savoir se rendre compte que la vie nous fait parfois des clins d’œil assez comiques !

Un Hör Bar vous permet de comparer plusieurs casques de différents budgets

Hör Bar High End Munich 2017A noter également la présence d’un Hör Bar, autrement dit le « bar d’écoute » réservé à un grand nombre de casques parmi les plus représentatifs du marché. A vrai dire, c’était l’occasion rêvé de comparer tranquillement plusieurs types de casques proposés à des niveaux de prix différents. La comparaison est d’autant plus simple que la liste de titres est identiques pour tous les casques. De là, on comprend plus facilement pourquoi il existe autant de différences de prix entre les casques. Un bon casque à 350€ se retrouve largement dépassé par un casque deux ou quatre fois plus cher. Même s’il n’y avait pas de mauvais casques présentés, en comparaison directe, les différences sonores deviennent très explicites, fort heureusement d’ailleurs.

High End Munich 2017 CharlinAprès une première découverte du seul rez-de-chaussée, j’ai rejoins Olivier Robert pour découvrir son installation munichoise. Didier Delage de la boutique Charlin de Bergerac avait également fait le voyage. Même si je connaissais bien les électroniques Charlin pour les avoir écoutés plusieurs fois à Bruxelles, je dois bien reconnaitre que nous étions à nouveau devant un véritable tour de force. Sans vouloir caricaturer les enceintes Triangle car elles ont leurs qualités et j’ai moi-même commencé avec des Triangle Titus, je craignais que des enceintes colonne dans une petite pièce ne libèrent une musique un peu trop nerveuse et portée sur l’aigu. A l’écoute, il n’en était rien. Les supports en bois de bout d’Olivier faisaient, à l’écoute, parfaitement leur office. Après une journée décidément passionnante, je prenais congé et me rendais tranquillement en ville pour y manger un morceau.

Le lendemain, retour sur le salon. Arrivé un peu plus tôt, je continuais d’y découvrir quelques superbes installations en y faisant quelques écoutes avec le regret de ne pouvoir m’y attarder autant que je le pouvais. Je pensais pourtant avoir découvert une grande partie du salon au rez de chaussée mais ma surprise fut grande lorsque je m’apercevais que le premier étage présentait une surface tout à fait comparable à celle du rez de chaussée. Décidément, ce High End Munich 2017 me réservait bien des surprises !

Le premier étage du salon offre des salles d’écoute plus spacieuses aux exposants ou aux expositions statiques d’électroniques et d’enceintes

High End Munich 2017Le premier étage est composé d’une grande pièce centrale totalement découverte où certaines marques y ont réservé une petite surface de bureau. Sur la gauche en entrant, plusieurs salles de dimensions déjà plus sérieuses occupaient l’espace en offrant des pièces d’écoute de qualité aux exposants. Une de ces salles proposait une animation de percussions et batterie avec un batteur qui jouait à heure fixe. Cependant, ce genre d’amusement ne m’intéresse absolument pas, étant moi-même musicien depuis plus de 20 ans. A côté de la batterie se tenait cependant une exposition statique d’enceintes Avant Garde peintes dans un bleu de toute beauté. Cela m’intéressait déjà un peu plus.

A l’étage, j’y ai retrouvé de nombreuses marques bien connues d’électroniques ou d’enceintes. Je me ferais d’ailleurs un plaisir de revenir sur ces derniers au cours d’un prochain article présentant le bilan de ce High End Munich 2017 avec les écoutes remarquables, du moins avec le peu de temps dont j’ai pu disposer. Certaines marques françaises comme Advance Acoustic, ou d’ailleurs comme Grado, les enceintes TAD, PMC, Tidal et d’autres marques plus confidentielles de la haute fidélité faisaient preuve de beaucoup de naturel à l’écoute. Des marques comme Marantz présentait leur série 10, électroniques haut de gamme du constructeur japonais mais malheureusement en présentation statique.

Simaudio, PMC, Tidal, Hegel ou Marantz présentaient leurs meilleures enceintes et électroniques

Des marques bien connues comme Simaudio avec leurs électroniques Moon nous ont vraiment régalés. La salle était plus grande qu’à Bruxelles avec une image stéréophonique plus large même si l’écoute rendue dans la petite pièce du salon bruxellois de New Music nous avait déjà fait le plaisir d’une démonstration remarquable. C’est aussi grâce à New Music que j’avais redécouvert les électroniques Charlin d’Olivier Robert après avoir apprécié ses amplificateurs à Paris. Très bon moment d’émotion musical également avec un système haute fidélité serbe basé sur une amplification à lampes particulièrement bien équilibrée et qui laissait passer l’émotion. J’ai également eu le plaisir d’apprécier l’écoute d’enceintes à pavillons dont la conception était assez proche d’Avant Garde, sans parler des gigantesques enceintes dont la dimension est telle que l’on se demande comment elles ont pu être transportés au salon.

Concluons en affirmant que ce High End Munich 2017 valait totalement le déplacement. Je comprends très bien que l’on puisse se déplacer du monde entier pour assister à une telle exposition de la haute fidélité. Quant à moi, je regrette vraiment de n’avoir pas pu prendre une journée supplémentaire car l’éventail et l’exhaustivité des électroniques et enceintes présentées valent vraiment que l’on s’y presse durant trois jours. A partir de là, je vous donne rendez-vous l’année prochaine avec grand plaisir pour un nouvel High End.

Eric Mallet

Note: Je vous invite à vous rendre sur mon groupe Facebook « Passion Haute Fidélité« . Il vous suffit de vous y inscrire et d’y participer afin de partager de manière conviviale sur notre sujet.

High End Munich 2017

High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017Platines vinyl High End Munich 2017High End Munich 2017Bras de platine High End 2017 MunichCasques Beyer High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017High End Munich 2017

29 Avr

Analysis Plus Silver Oval, le Test !

Câbles Analysis PlusCela faisait déjà longtemps que je possédais une paire de câbles d’enceintes Analysis Plus Silver Oval, autant en modulation qu’en câbles d’enceintes. Je les ai donc rebranchés afin de procéder à un test. Au départ, le câble d’enceintes était neuf, non rodé. Depuis quelques jours sur mon système, je pouvais passer au test subjectif de l’écoute. J’ajouterais que je voulais d’abord comparer les Analysis Plus à mes Superconductor branchés sur les enceintes, avec mon Siltech G7 770i en modulation. Premier essai dans le vif de l’action, j’ai laissé ma modulation Siltech pour brancher uniquement le Silver Oval 12 sur mes enceintes. L’écoute se révéla assez catastrophique, très centrée sur le médium avec des basses tronquées et des aigus absents à presque 100%. Quand on connait la propension des Siltech a donner des détails dans l’aigu lorsqu’il est bien associé, c’est plus que surprenant !

Les Analysis Plus ont besoin d’être associés entre eux pour donner de meilleurs résultats

Analysis Plus Silver Oval 12Quelque peu décontenancé, j’ai débranché le Siltech pour placer le câble de modulation Silver Oval entre mon Eera Tentation et l’amplificateur. Dès les premières secondes, je retrouvais un bel équilibre sur l’ensemble du spectre. Quelques bémols sont pourtant à apporter au crédit des Analysis Plus Silver Oval, l’extension de la bande passante n’est pas aussi large qu’en utilisant mon set de câbles précité. A cela, rien de plus normal, nous ne sommes pas dans la même gamme de prix.

N’en déplaise à ceux qui considèrent qu’il suffit de brancher deux bouts de ficelles pour profiter d’une chaine haute fidélité, la descente en gamme est parfaitement audible. Cela dit, je les invite personnellement à ne pas perdre leur temps sur mon blog, ils auront certainement mieux à faire. Toujours est-il que les graves ne descendent pas aussi bas dans les abysses du spectre au point de m’étonner de ce que peuvent vraiment rendre 2 modestes basses-médium de 13 cm lorsqu’ils sont bien exploités. La richesse harmonique et l’impact réel de basses fréquences parfaitement restituées n’est pas totalement présent. Cela dit, sur des enceintes un peu lourdes dans le bas du spectre sonore, ce petit défaut deviendra vite une qualité. Ajoutons que je n’ai pas non plus retrouvé la richesse de timbres dans l’aigu présentés par mes JPS Labs ou même de bons Shunyata, les prix ne sont pas du tout les mêmes non plus.

Analysis Plus Silver Oval, des câbles dotés de solides qualités musicales

Analysis Plus Silver OvalToujours est-il que j’avais branché les Analysis Plus dans l’optique de me faire une idée concrète de leurs qualités et, corollaire évident, de leurs petits défauts, s’il y en a. Brancher une paire de câbles pendant plusieurs jours me permettrait ainsi de pouvoir les critiquer et les juger sans que d’autres écoutes ne me viennent sans cesse à l’esprit. Essayant de faire fi d’écoutes d’autres câbles placés plus haut de gamme, j’ai surtout été surpris par la neutralité inconditionnelle des Analysis Plus. Et même si leur nom pourrait faire craindre une définition sonore agressive qui met l’aigu en valeur, en réalité il n’en est rien.

Si les Silver Oval 12 ne font pas montre de la bande passante la plus large qui soit – sans pour autant manquer de grave ou d’aigu – leur présentation neutre et très agréable de la musique pourrait rassembler l’adhésion d’une grande majorité d’audiophiles. A tout dire, les Analysis Plus Oval s’accorderaient très bien avec des chaines haute fidélité « moyen de gamme » déjà très abouties. Très transparents à l’écoute, on découvre une véritable foule de détails répartis uniformément du grave à l’aigu. C’est sans doute le point fort des Analysis Plus alors que dans cette gamme, on tombe encore parfois sur des câbles plus ou moins bouchés et désagréables.

Analysis Plus Silver OvalAprès une bonne dizaine d’heures de rodage pour le câble d’enceintes Silver Oval 12, l’écoute se fixe et délivre une écoute particulièrement propre, neutre et convaincante. L’émotion passe facilement car sa neutralité n’a rien de fade. En résumé, les Analysis de la série Silver plairont beaucoup à ceux qui cherchent ce que l’on appelait autrefois « un fil droit avec du gain ». Le rodage des câbles a permis d’effacer cette impression de manque ou de creux entre les notes. L’écoute est plus pleine, plus libre, transparente sans qu’aucune fréquence ne soit mise en avant. Les Analysis Plus donnent cette impression rare de fluidité sans retenue, de grande liberté et d’équilibre sonore sur toute la bande passante. C’est pour résumer, après quelques bonnes heures de rodage, une paire de câbles très réussie sur le plan acoustique, sans véritable défaut mais plutôt de grandes qualités, à un prix qui reste lui aussi très mesuré.

A bientôt pour d’autres articles,

Eric Mallet

Categories: Câbles
Tags:
18 Avr

Eera Tentation, succombez…

Eera TentationRappelez-vous qu’il y a de cela un peu plus de 30 ans, le premier lecteur de CD était mis sur le marché, association entre Philips et Sony Corporation. Projet mis en œuvre depuis 1979, les premiers lecteurs faisaient l’objet de toutes les caricatures: son agressif, manque de fluidité, manque de musicalité… Il est vrai qu’à l’époque, un bon lecteur de cassettes analogiques ou une bonne platine de vinyle rivalisait très largement avec cette nouvelle petite galette de 12 cm de diamètre. Le temps a fini par passer et la technologie finira elle aussi par évoluer. A ce jour, la plupart des lecteurs de CD profitent de la puissance de calcul incomparable des convertisseurs modernes, ce qui, sur le plan purement technique, pouvait difficilement être imaginé en 1982. Aujourd’hui, la plupart des lecteurs CD de qualité rivalisent avec les platines vinyles en termes de musicalité et de qualité d’écoute. Cela étant dit, il ne faudra pas vous attendre à des miracles si vous investissez 150 euros dans un appareil vendu chez Carrefour, tout a une logique. Mais personnellement, en termes de lecteur numérique de CD, j’aurais plutôt tendance à considérer l’Eera Tentation comme un aboutissement. Et pourtant…

La platine vinyle et l’analogique pur n’ont pas dit leur dernier mot…

L’analogique pur se défend encore plutôt bien et même bien plus encore. En premier lieu, c’est l’objet qui attire. La beauté incomparable d’une belle platine vinyle ou la pose d’un bras sur les microsillons font toujours partie des petits gestes presque rituels de l’audiophile maniaque, sinon exigeant… Comment d’ailleurs ne pas se satisfaire d’une imposante collection de 45 et de 33 tours soigneusement rangée sur une belle étagère. L’arrivée du Compact Disc n’aura donc pas tout effacé de nos platines vinyles au charme intemporel. Peut-être un peu plus standardisé, le lecteur de CD nous régale depuis plus de 30 ans de belles musiques et d’émotions, aidé en cela de ses facultés technologiques aujourd’hui plus évoluées qu’une platine vinyle. Toujours est-il que l’on cherche sans cesse à retrouver l’âme et la fascination d’une musicalité purement analogique. Sur ce point, le numérique nous fait-il encore défaut ?

L’Eera Tentation représente le haut de gamme des lecteurs de CD Eera

Eera TentationMis à part l’Autographe qui coiffe la gamme Eera dans le très haut de gamme de la marque, l’Eera Tentation reste pour moi assez difficile à décrire. Même si j’ai encore un peu dans l’oreille ses concurrents directs de chez Audio Aero ou Métronome Technologie, je classerai le Tentation à part et pour plusieurs raisons. Description difficile parce qu’il m’est impossible de découper l’écoute en termes audiophiles classiques de transparence, de musicalité ou de bande passante, l’Eera Tentation marque par son homogénéité sans faille. Sans doute ce critère est-il le plus flagrant durant les premières écoutes. C’est aussi cette homogénéité que j’avais remarqué sur l’Eera DL1, au point que je craignais de changer mon lecteur en y perdant de la cohérence. Homogène d’un bout à l’autre du spectre audio, l’Eera Tentation va encore beaucoup plus loin que le DL1. En même temps, c’est aussi cette homogénéité présente sur toute la bande passante, du grave à l’aigu, que nous recherchons peut-être inconsciemment avec les lecteurs analogiques. Plus homogène à l’écoute, un appareil plaira car on ne se posera plus de questions sur sa musicalité mais en même temps, il deviendra très difficile à découper en tranches. Ces lecteurs reproduisent la musique telle qu’elle est, et c’est bien tout ce qu’on leur demande finalement…

L’Eera Tentation dépasse les critères classiques de bande passante, transparence, dynamique ou de musicalité

En effet, parler de musicalité revient à dire qu’un lecteur sera plus ou moins musical, devrait-on se baser sur d’autres critères comme la fluidité du message musical, l’émotion ressentie à l’écoute ou d’autres considérations encore. Parler de transparence ou de dynamique appelle là aussi à évoquer d’autres critères tout aussi subjectifs. Lecteur de CD d’une homogénéité qui interpelle, même si je dois me répéter, il ne m’est possible de caractériser le Tentation qu’en partant de cette qualité rare, une qualité que l’on retrouve généralement sur des platines vinyle très élaborées.

Si je devais caractériser l’Eera Tentation en termes de bande passante, je dirais d’abord que c’est le grave qui impressionne. Les basses fréquences n’ont de réelles limites que celles que votre amplificateur pourra réellement vous donner. Ça frappe fort et en rythme. Le médium présente une richesse harmonique que je n’avais encore jamais découvert sur un autre support numérique ni analogique. Au bout de quelques heures de chauffe, l’Eera Tentation vous fait redécouvrir la texture exacte de chacun de vos albums, c’est pour le moins surprenant. A ce sujet, les amateurs de voix seront ravis. Si vous êtes amateurs d’opéra, d’opérette ou de voix féminines, vous découvrirez vraiment chaque enregistrement tel qu’il a été enregistré, la moindre inflexion de voix étant parfaitement reproduite.

Cette qualité particulièrement déconcertante met d’ailleurs directement en valeur les qualités de transparence exceptionnelle du Tentation. Je me suis surpris à distinguer très nettement la frappe d’un marteau sur la peau d’une grosse caisse de batterie d’un album que je pensais pourtant bien connaitre. La richesse de détails libérés dans le grave est d’ailleurs un des points forts de ce lecteur hors du commun. L’aigu, sans être discret, est toujours parfaitement intégré au reste de la bande passante, sans être projeté. On reconnait très nettement le timbre d’une cymbale ride, d’une crash ou d’une charleston avec toutes ses inflexions dynamiques. Les amateurs de jazz apprécieront certainement cette qualité et les batteurs retrouveront le timbre exact de leurs cymbales. On pourrait d’ailleurs facilement reconnaitre les marques de chacune d’entre elles.

Des timbres parfaitement exacts par rapport à la tessiture originelle des instruments

Question timbres, l’exactitude est bluffante quel que soit l’instrument. C’est impressionnant sur du piano où le toucher et le corps de l’instrument sont reproduits dans toute leur matière avec la cohérence la plus fidèle. Les arpèges d’une guitare sont également reproduits avec son timbre exact, sans aucune surdéfinition dans l’aigu. Chaque solo de guitare est un régal dans le sens où le phrasé se retrouve parfaitement retranscrit, selon ce qu’avait voulu rendre le musicien. Sur du Vanessa Carlton, c’est presque magique, au point où l’on a vraiment l’impression de se retrouver devant la chanteuse, l’image stéréophonique étant idéalement retranscrite en largeur comme en profondeur. A nouveau, j’ai retrouvé la qualité d’image stéréophonique de mon Eera DL1 tout en y gagnant encore en profondeur et en précision. Particulièrement fluide, ce critère assez caractéristique de fluidité est d’ailleurs souvent retenu lorsque l’on cherche à caractériser une écoute analogique par rapport au numérique. Sur ce point, le Tentation connait – ou plutôt reproduit – parfaitement la chanson. La qualité des silences participent également à cette impression tenace de réalité musicale reproduite par le Tentation. Chaque plan est parfaitement différencié dans l’espace musical et de manière très naturelle.

Même difficulté lorsque l’on parle de dynamique, un critère qui revient d’ailleurs assez souvent dans les magazines de Haute Fidélité mais qui finit sans doute par être très galvaudé. Sur ce critère, l’Eera Tentation respecte parfaitement les écarts de dynamique, même les plus ténus, une qualité qui s’entend très nettement sur les voix ou sur les changements de rythme. La musique démarre ou s’arrête de manière nette et précise au point où l’on apprécie chaque morceau dans sa globalité, telle qu’il a été joué. En effet, je me suis souvent surpris à retenir un phrasé, une partie de la rythmique batterie ou un riff de guitare sur un morceau particulier. Avec le Tentation, c’est assez différent car il ne met l’accent sur aucune partie du spectre sonore. Chaque morceau reste parfaitement fluide, au point où on s’étonne parfois d’avoir totalement apprécié un album plutôt que quelques morceaux de l’album seulement.

L’Eera Tentation s’approche de très près d’une platine analogique mais avec toutes les facultés modernes et bluffantes du numérique

L’Eera Tentation est un reproducteur de musique vraiment exceptionnel dans le sens où il se présente un peu comme une exception par rapport à d’autres lecteurs du – très – haut gamme des lecteurs numériques. Si pour vous, la haute fidélité veut dire quelque chose, que vous recherchiez vraiment la réalité du concert ou de profiter d’un album comme si vous étiez en studio au moment où il a été enregistré, l’Eera Tentation mérite largement une écoute sérieuse et approfondie. Avec tout ceci, j’ai quand même du mal à imaginer comment l’Autographe peut encore aller plus loin en termes de réalisme mais je ne demanderais pas mieux que de l’écouter un jour prochain. Une chose est sure cependant; l’Eera Tentation mérite d’être accompagné d’un amplificateur tout aussi exceptionnel que lui et en termes d’amplification, les choix sont nombreux. Je ne pourrais d’ailleurs que vous conseiller de le câbler en JPS Labs, un Superconductor 2 serait bien le minimum qu’on puisse lui offrir, sinon un Illuminata. Un Shunyata haut de gamme pourrait également lui convenir au mieux. Mais d’ici là, laissons le dernier mot à son créateur Didier de Lucas qui affirme que « c’est de cette manière qu’un lecteur de CD devrait toujours fonctionner… » J’aurais vraiment du mal à ne pas être d’accord avec lui.

Eric Mallet

Categories: Lecteur CD
Tags: