Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > Présentation du système Charlin préampli phono mkII et amplificateurs Mini S chez New Music à Bruxelles
08 Fév

Présentation du système Charlin préampli phono mkII et amplificateurs Mini S chez New Music à Bruxelles

New Music Bruxelles haute fidélité audiophile haut de gammeComme cela arrive assez souvent en ce début du mois de janvier, on espère toujours que la nouvelle année qui commence nous apportera un peu de nouveauté, ou plutôt du renouveau, avec de nouveaux projets, de nouvelles envies ou de nouvelles ambitions.

Disons que le fameux réveillon de la St Sylvestre nous incite, un peu comme le rituel celte qui symbolisait la fin de l’hiver et le retour de journées plus longues, à penser que cette fois, nous aurons droit au meilleur, ou à de nouvelles surprises. Et si le mois de janvier s’est avéré plus rude que l’année dernière, gageons qu’il s’agit sans doute d’une période idéale pour se réjouir à l’écoute d’un système audiophile qui diffuse une musique toujours plus authentique. Avouons-le, c’est vrai, le dernier salon parisien de la Haute Fidélité tenu à l’hôtel Marriott nous avait véritablement régalé. Davis Accoustics, Jadis, Pierre Etienne Léon, Gryphon, Micromega et PMC… Je plains sincèrement les audiophiles passionnés qui ont raté ce rendez-vous.

Toujours est-il que chaque système présenté en salon haute fidélité nous donne généralement un peu de sa couleur sonore propre, sans que l’on sache vraiment dire où se trouve la vérité, du moins pour chacune de nos paires d’oreilles. Cela dit, c’est en cette fin janvier que j’ai eu le plaisir de passer un des meilleurs moments de cette nouvelle année en compagnie du système Charlin d’Oliver Robert, amplificateurs MiniS et préampli phono mkII chez New Music à Bruxelles. Et dans ce contexte, les amplificateurs Charlin ont tendance à nous faire oublier toutes notions de couleur sonore pour se concentrer plus justement sur l’authenticité de la musique.

Une démonstration musicale du système Charlin avec source vinyle qui s’annonce très bien…

Système Charlin New Music BruxellesArrivé sur Bruxelles en cette matinée du vendredi 27 janvier 2017, j’ai eu tout le temps de me préparer à la démonstration des électroniques Charlin dont l’écoute était prévue pour 16 heures. Arrivé sur place, je découvre New Music et profite de l’accueil toujours très chaleureux que l’on peut recevoir en Belgique. Intrigué par les électroniques Naïm placés près de l’entrée de la boutique, j’ai tout d’abord découvert la nouvelle gamme Uniti du fabricant britannique, une gamme d’électroniques dont je vous parlerais au cours du prochain article.

José m’a ensuite proposé de passer par le jardin pour découvrir l’auditorium où se tenait l’écoute du système Charlin. Dans une ambiance très agréable et parfaitement optimisée sur le plan acoustique, je retrouve Olivier Robert, fondateur de Roboli Design et des électroniques Charlin. Olivier me présente l’ensemble de son installation ainsi que son superbe meuble en bois de bout, un bois d’une très forte densité dont je découvrirai les qualités au moment de l’écoute. Nouveauté remarquable pour cette nouvelle année, son support individuel de câble en aluminium et support en bois de bout élève les câbles d’enceintes du sol, permettant d’éviter la gêne créée par des câbles posés directement sur le sol. Olivier nous explique que les câbles rayonnent légèrement autour de leur gaine et qu’ils doivent donc être élevés et non pas posés à même le sol. Ce principe avait d’ailleurs déjà été souligné par la marque américaine Shunyata Research si mes souvenirs sont bons.

Un système audiophile Charlin qui rassemblera de nombreux mélomanes !

New Music 06Le système Charlin était composé de l’amplificateur MiniS MKI avec une finition toujours aussi parfaite; un amplificateur que j’avais déjà eu le plaisir d’écouter à Bruxelles durant le salon Haute Fidélité organisé par New Music en 2015. L’ensemble des câbles était signé Charlin alors que l’alimentation en courant aboutissait sur le distributeur secteur e-Power5 MKI. La platine vinyle était équipée d’une bobine à aimant mobile Van den Hul. La chaine finissait sa course sur de superbes enceintes colonnes YG de haut niveau, des enceintes américaines fabriquées en aluminium. Toute la démonstration s’est donc déroulée avec la source vinyle, ce qui m’a un peu déconcerté par rapport à mon écoute habituelle, étant plutôt un habitué du CD depuis très longtemps. Je n’ai pourtant pas été déçu, loin s’en faut !

L’écoute du système Charlin respire le naturel…

Meuble et amplification Charlin

Système haute fidélité Charlin, distributeur secteur e-Power5 MKI, préampli phono MKII, amplificateurs Mini S MKI

L’ensemble de la démonstration musicale s’est déroulée sur une alternance de musique classique et de jazz, dont quelques morceaux que je connais très bien comme l’incontournable Danse macabre de Saint Saens par exemple. Par rapport aux premières écoutes effectuées au salon bruxellois, j’ai retrouvé exactement la même facilité à libérer la musique avec une fluidité très naturelle. Ce qui a surtout changé concerne la taille de la pièce, beaucoup plus grande et bien mieux adaptée à une écoute audiophile que la petite pièce de l’hôtel bruxellois où j’avais découvert les amplificateurs Charlin pour la première fois. Cette fois, la musique respire vraiment en grandeur nature. Le volume n’est pourtant pas poussé très loin, un niveau sonore raisonnable suffit amplement à mettre en lumière chaque instrument présent, en rapport exact avec ceux qui les entourent. La cohésion instrumentale et l’espace sonore sont parfaitement reproduits; je retrouve ce très bel équilibre musical qui m’avait tellement plu lors de ma première écoute.

L’écoulement vibratoire des électroniques en fonction est une des plus belles réussites du métier !

J’ai surtout eu l’impression que cette fluidité hors du commun avait beaucoup à voir avec le travail d’écoulement des vibrations, des fameux supports façon « tour Eiffel » qui isolent l’amplificateur et notamment des étonnants meubles Charlin en bois de bout. En comparant « à l’oreille » ma propre installation reposant sur de la pierre de lave, j’ai mieux compris pourquoi j’avais été enthousiasmé par ce support qui a tendance à souligner le caractère tonique et dynamique des basses fréquences, à l’exemple d’une grosse caisse de batterie dont le mixage a légèrement compressé le volume pour en garder toute la puissance de l’impact sans masquer les tomes de batterie ni la ligne de basse. De manière très différente, le bois de bout facilite l’écoulement des vibrations en laissant toute la musique s’exprimer, sans aucune entrave ni « dynamique » particulières. A l’écoute, je dois bien reconnaitre qu’Olivier Robert, concepteur des électroniques Charlin et de ses meubles en bois de bout, a parfaitement réussi ce que beaucoup d’autres fabricants cherchent encore. En effet, mon oreille me laisse penser que cet écoulement perfectionné des vibrations contribue énormément à la fluidité étonnante du message musical; c’est vraiment une grande réussite…

Reste ensuite à essayer de comprendre comment fonctionnent réellement les accessoires Albat. Je pourrais très difficilement émettre la moindre hypothèse sur le sujet. Toujours est-il que ça fonctionne remarquablement bien même si le mystère subsiste. Laissons cela aux spécialistes des phénomènes vibratoires pour retenir que la technologie Albat fait partie de la magie des électroniques Charlin…

La précision des timbres est parfaitement rendue par les électroniques Charlin

Présentation des électroniques Charlin par son concepteur Olivier Robert, directeur de Roboli Design

Présentation des électroniques Charlin par son concepteur Olivier Robert, directeur de Roboli Design

Pourtant, c’est surtout l’exactitude des timbres rendus par l’amplification Charlin qui me frappe le plus. A mon sens, c’est certainement le critère le plus important à respecter lorsqu’il s’agit de haute fidélité. En effet, j’ai toujours placé le respect des timbres au premier plan, ayant moi-même joué de la guitare électrique pendant un peu plus de 20 ans. Je n’ai d’ailleurs pas su faire sans me réjouir de quelques habiles manipulations et enregistrements épiques sur un excellent 4 pistes à cassettes Tascam aujourd’hui disparu, malheureusement… Toujours est-il que le dynamisme naturel de chaque morceau est parfaitement rendu, sans trop en faire, sans amollir non plus le message musical. Sur du jazz, l’air circule entre les instruments, la batterie et l’impact des tomes de batterie sont parfaitement reproduits alors que les cuivres libèrent leur jeu avec une joie communicative. Le phrasé du piano laisse autant percevoir l’attaque de la note que le coffre du piano lui-même, avec toutes ses résonances…

Une maîtrise technique poussée de l’électronique pour créer une musicalité évidente

Le système Charlin se place résolument du côté de la neutralité, mais avec du talent et une musicalité réjouissante. Chaque morceau coule de manière tout à fait naturelle. On est loin des grosses machines du genre Gryphon par exemple et qui savent sans doute libérer une forte demande en courant de manière instantanée. Non, pas du tout avec Charlin. Chaque morceau est respecté en fonction de sa texture originelle, avec du corps, du dynamisme et de la matière sonore, tel que l’œuvre musicale a été conçue. Nul doute à croire que les amateurs d’un système Charlin apprécient surtout le naturel et l’authenticité du concert, loin des outrances et des colorations présentées par d’autres systèmes, et dont il faut faire avec la personnalité.

Je n’ai plus qu’à remercier Olivier Robert pour son travail remarquable et ses efforts de recherche stupéfiants à s’approcher au plus près d’une musicalité authentique, neutre et véritable source de plaisir musical. Merci également à José de New Music à Bruxelles pour son accueil chaleureux lors de ma visite…

Une partie des œuvres jouées durant la présentation musicale du système Charlin sont les suivantes:

  • Testament – Turtle creek choral – Reference Recordings RR49
  • Suite Espagnol – Albeniz – Decca SXL6355
  • Liszt Hungarian Rhapsody 2 – Stokowski  – RCA Living Stereo LSC2471
  • Miles Davis Live around the World (Time after Time) – Warner Records
  • Bozz Scaggs – greatest hits live – Loan me a dime
  • Satchmo plays king Oliver – St James Infirmary – Test Record
  • Saint Saens – Danse Macabre –RCA LSC2225
  • Saint Saens – Symphony  Organ – Telarc recordings

Eric Mallet

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :