Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > Salon Haute Fidélité Marriott Paris Rive Gauche 18 et 19 novembre 2017
02 Jan

Salon Haute Fidélité Marriott Paris Rive Gauche 18 et 19 novembre 2017

Salon-Hifi-Paris-2017

Avec Ana Mighty Sound

Comme vous le savez les dates des salons se tiennent parfois sur le même week-end et cette année, c’était particulièrement perturbant car deux des meilleurs salons de la haute fidélité, celui de New Music à Bruxelles et le salon Haute Fidélité organisé par notre magazine national se tenaient aux mêmes dates. J’ai finalement réussi à assister aux deux salons mais dans des conditions loin d’être optimales. En effet, les chaines de haute fidélité présentées sont nombreuses dans les deux villes, ce qui demanderait naturellement deux jours d’écoute sérieuse par événement. Imaginez simplement que vous vous déplaciez au High End de Munich pour une seule journée… Dans ce cas, restez plutôt chez vous !

Comprenons nous… Si vous venez assister aux salons haute fidélité pour apprécier de la belle musique rendue sur du très bon matériel de reproduction musicale, même sur une journée, vous en sortirez ravi, à Paris ou à Bruxelles. Mais lorsque vous vous déplacez pour rédiger un compte-rendu par la suite, s’assoir 2 minutes par écoute sera contre-productif. Malheureusement, j’étais donc contraint d’écourter quelques écoutes que j’aurais voulu plus longues. J’ai pourtant essayé de faire au mieux avec le temps que j’avais… et la fatigue de la veille !

Un salon Haute Fidélité de grande qualité avec de très belles écoutes

Jadis-Haute-Fidelite-2017J’avais encore en tête l’excellent souvenir de l’exposition de l’année dernière, avec notamment PE Léon, PMC et Microméga ou Mulidine qui m’avaient bien plu. Cette année, les écoutes seraient bien différentes pour la plupart mais disons que les meilleurs exposants deviennent encore meilleurs avec le temps alors que les moins bons sont toujours aussi mauvais. Je m’attendais donc à faire de belles écoutes au cours de cette édition 2017 du salon de Haute Fidélité. Disons que l’avantage de ce genre de salon repose sur le fait qu’une majorité d’exposants sont présents d’une année sur l’autre avec par exemple Davis Acoustics, Atoll, Jadis, Focal, TAD, PMC…

De là, il devient assez facile de ne plus perdre son temps mais de le rentabiliser ailleurs, avec d’autres écoutes ou de confirmer ce qui était déjà bon l’année d’avant. Parmi les meilleurs, Nagra et YG se sont surpassés par rapport à l’année dernière alors que notre ami Martial Hernandez avec Bel Canto et TAD, nous a lui aussi, absolument régalé, bien plus que l’année dernière à mon avis…

Une exposition statique de qualité avec Helixir Audio, PMC, Bryston, Nagra et enceintes YG

Au niveau des expositions statiques, nous faisions la découverte d’un très beau matériel présenté par Ana Mighty Sound avec notamment, l’écoute du streamer et du DAC Helixir Audio alors que j’avais le plaisir de retrouver Christian Catauro, concepteur de ces derniers. DEA-enceintes-PMC-electroniques-Bryston-Paris-2017Au niveau -1 du forum, nous retrouvions les habitués du salon avec notamment l’importateur DEA qui nous présente depuis plusieurs années des démonstrations qui s’apparentent à chaque fois à un véritable tour de force.

Découvert il y a déjà de cela quelques années avec les amplificateurs Kallyste, l’année dernière, c’est la présentation des électroniques MIcromega sur enceintes PMC qui m’avait totalement subjugué, présentant une bande passante très large et fouillée dans l’aigu avec une maitrise dynamique vraiment exceptionnelle. Cette année, DEA nous conviait plutôt à l’écoute des enceintes et électroniques PMC avec amplification Bryston. Là encore, le résultat musical faisait preuve d’une maitrise irréprochable des écarts dynamiques avec une belle image stéréophonique et un respect très précis des timbres instrumentaux. Décidément, les enceintes PMC – issues du monde professionnel de l’enregistrement – nous prouvent une fois encore que la haute fidélité pourrait s’inspirer des professionnels de studios bien plus souvent qu’on ne le croit. Disons qu’à l’écoute de telles enceintes, la plupart des audiophiles comprendront que rigueur et musicalité peuvent parfaitement aller ensemble.

Électroniques Nagra et enceintes YG, un sommet en haute fidélité…

Enceintes-YG-electroniques-Nagra-Paris-2017Autre découverte musicale stupéfiante mais d’une manière tout à fait différente à l’écoute, un système Nagra tout à fait exceptionnel aboutissant sur une paire d’enceintes YG donnait des frissons à son auditoire avec une facilité déconcertante. A part pour le duo Bel Canto/TAD de notre ami Martial Hernandez, j’ai bien l’impression que nous assistions à un autre morceau de plaisir musical exceptionnel.

Avec le temps, m’arrêter un moment devant un système haute fidélité pour en être sidéré dès la première seconde sans que l’étonnement ne s’estompe rapidement est de plus en plus rare. On pourra toujours argumenter en disant que telle ou telle chaine haute fidélité présentera telle ou telle qualité musicale mais en réunir autant sur deux marques prestigieuses relève d’une exception particulièrement rare. Avec Nagra et YG, vous assistiez vraiment à une très belle démonstration technique et musicale. Tout en étant proche du réel avec un médium particulièrement ouvert, l’image stéréophonique nous faisait apprécier la musique dans les trois dimensions avec une impression de fluidité très rarement écoutée sur d’autres systèmes très haut de gamme.

Nagra-enceintes-YGArrivé dans la salle au moment d’un concert de jazz, l’effet du direct était particulièrement saisissant. La transparence est extrême, tout comme le respect des timbres. L’image stéréophonique se fait totalement holographique, j’ai rarement entendu cela en plus de 25 ans d’écoute. La texture sonore reste assez claire mais avec une belle matière, distribuée de manière égale sur l’ensemble du spectre audio. L’attraction y était tellement forte que j’y serais bien resté une heure mais il y avait encore tellement d’écoutes à faire que je devais me résigner à sortir de la pièce.

A l’opposé, chez Mulidine, l’écoute était peut-être un peu moins intéressante que l’année dernière, du moins pour le choix des morceaux. Au niveau des déceptions, Technics revenait nous voir sur Paris mais à mon avis, il n’avaient pas compris qu’il s’agissait de haute fidélité et qu’ils n’exposaient pas chez Darty, une horreur à oublier rapidement.

Technics se joint à Davis et Devialet dans la catégorie des démonstrations inécoutables…

Jadis-Paris-2017Et si je pensais que Davis Acoustics avait légèrement progressé l’année dernière, j’ai à nouveau été déçu cette année. L’association Meitner/Gryphon et Davis s’avérait particulièrement aigre, focalisée sur l’aigu et le haut médium avec une absence criante de matière musicale.

Quel dommage de bénéficier d’un bon amplificateur comme l’intégré Gryphon Diablo pour l’associer à du Meitner, une caricature d’aigreur, de matité et de platitude; avec des enceintes Davis Acoustics, plutôt connues pour présenter un son avec peu de matière tout en étant assez (ou trop) analytique. Ce genre de reproduction musicale a ses amateurs mais je n’en fait certainement pas partie. A l’écoute, c’était navrant et je ne m’y suis pas attardé.

Totalement à l’opposé, l’écoute proposée par Jadis était, selon mes oreilles, plus équilibrée que l’année dernière. Déjà intéressante sur enceintes ASA Monitor, l’écoute prenait une tout autre dimension avec TAD et Spendor, alimentées par un excellent câblage Charlin. Caractéristique particulièrement frappante pour Jadis cette année, l’équilibre musical faisait certainement partie des meilleurs du salon. La musique se déployait dans la salle avec beaucoup de conviction, avec la musicalité enviable des électroniques Jadis qui selon moi, sonnait de manière plus neutre que l’année dernière avec les ASA Monitor. En aveugle, il est probable que le timbre typique des lampes n’aurait pas été aussi facilement reconnaissable. Et si les Spendor présentaient plus d’ampleur, avec un grave plus présent que pour les TAD, ces dernières s’avéraient aussi plus précises, avec un équilibre idéal en fonction de la pièce d’écoute. Décidément, soit cette marque d’enceintes s’améliore avec le temps, soient elles sont de mieux en mieux mariées avec les électroniques auxquelles elles sont associées.

Le DAC d’Helixir Audio en statique profitait idéalement d’une écoute au casque avec ampli et casque Stax !

Helixir-Audio-salon-Paris-2017En présentation statique, il ne fallait pas manquer la possibilité d’écouter le DAC et le streamer d’Helixir Audio, parfaitement bien associés à un casque et amplificateur Stax. Par ce biais (même si l’écoute faite à Reims trois semaines plus tard était toute aussi convaincante), on atteignait ici un genre de perfection et d’équilibre tout à fait surprenants avec une transparence hors du commun sans la caricature évidente d’un aigu souligné.

Ici, bien au contraire, règne un équilibre musical rarement atteint avec d’autres convertisseurs numériques vers l’analogique. Avec une bande passante particulièrement large, on se retrouve véritablement pris dans l’ambiance de chaque morceau écouté. Et si le catalogue de Christian ne me présentait pas vraiment d’albums que je connaissais par cœur, ce dernier m’a fait découvrir un morceau très surprenant de rock où les effets guitare (une distorsion avec un léger chorus) s’avéraient totalement reconnaissables. Sur l’incontournable « Hotel California » d’Eagles, le solo guitare laissait entendre le bois de l’instrument avec la moindre inflexion de cordes. Étant moi-même guitariste avec 20 ans de pratique, j’ai toujours été très sensible à ce genre de détails. Juste à côté, le contrôle et la réparation de cellules étaient assurés par François Saint-Gérand d’Ana Mighty Sound à partir d’une installation astucieuse où une loupe était directement reliée à un Mac sur écran afin de permettre une visualisation idéale de la cellule, pour une opération toute en douceur et en précisions…

Les enceintes Dali et Octave en amplification me surprennent agréablement

Octave-Dali-salon-Paris-2017Sans être vraiment pressé, j’essayais de rentabiliser au mieux mon temps d’écoute et j’arrivais enfin au premier étage du salon pour y faire à nouveau quelques belles découvertes musicales. Première écoute (d’ailleurs conseillée par Christian Catauro) réalisée avec les enceintes Dali et électroniques Octave, ce moment de plaisir musical me laissait croire que j’avais raison de penser que l’on pouvait retirer de la belle musique de ces enceintes lorsqu’elles étaient bien associées. Je les avaient déjà entendues la veille à Bruxelles sur des électroniques NAD qui ne leur rendait absolument pas justice. Écoute froide et décharnée alors que les enceintes étaient plaquées sur le panneaux publicitaires Dali à Bruxelles, le plaisir d’écoute était totalement différent au Marriott de Paris.

Sans la caricature d’un son purement « lampes », l’écoute présentait beaucoup plus de matière sonore sans en faire trop. Très bien timbrée, la musique se libérait sans brillance dans l’aigu ni basses explosives. Peut-être réservée aux mélomanes, la musique se faisait très expressive. Elle libérait ses harmoniques et se présentait avec un très bel équilibre. Sans présenter la bande passante la plus large du salon, ce couple Dali/Octave présentait de belles qualités musicales, lesquelles plairaient à de nombreux amateurs de musiques qui ne cherchent pas à se couper les cheveux en quatre mais à profiter de la musique à tous instants.

Une exposition statique très intéressante des nouveaux lecteurs et convertisseurs Eera

Eera-salon-Paris-2017Didier de Luca était présent sur le salon parisien pour présenter sa nouvelle gamme de lecteurs CD et de convertisseurs. Nous discutions et Didier m’invita à faire une écoute au casque à partir d’un de mes albums donc, en naviguant en terrain connu avec le premier album de Stream of Passion. Assez peu habitué aux écoutes au casque, surtout sur ce genre de modèle que je ne connaissais pas, j’ai trouvé le grave un peu lourd avec un son chaud auquel je ne suis pas habitué.

Par contre, par rapport à mon Eera Tentation, les timbres instrumentaux étaient encore plus précis, l’écoute s’avérait particulièrement fluide et difficilement critiquable, hormis pour le rendu musical un peu particulier de ce casque. Par rapport à mon lecteur, l’évolution est sensible en termes de réalisme et de respect de la musique sur la majorité des plans. Avec ce genre de lecteurs ou de convertisseurs, il devient assez difficile de prendre partie pour l’analogique contre le numérique. Comme pour d’autres lecteurs ou écoutes numériques dématérialisées, cette opposition devient superflue tant les convertisseurs et le talent de ceux qui les conçoivent gomment aisément ce genre de rhétorique d’un autre temps.

On pouvait s’attendre au meilleur avec les enceintes Paradigm Persona, Accuphase nous en a présenté le pire…

Paradigm-Persona-9HA l’opposé d’une écoute que j’attendais mais qui finalement m’a particulièrement déçu, il s’agissait quand même des enceintes du fabricant canadien Paradigm Persona 9H, une paire d’enceintes très haut de gamme et inabordables mais qui, lorsqu’elles sont parfaitement mises en œuvre, sont capables de présenter la musique comme très peu d’autres enceintes du marché peuvent le faire.

Écoutées dans de bonnes conditions au salon de Munich cette année, j’étais complètement choqué par ce que je concevais comme une des toutes meilleures écoutes du salon allemand de la haute fidélité. A Paris, j’étais tout aussi choqué mais dans le sens opposé. D’abord, il m’était difficile d’apprécier ces enceintes sur des électroniques Accuphase, marque d’électroniques pourtant réputée. Pour ma part, j’ai certainement dû les écouter une bonne dizaine de fois sans jamais leur trouver quoi que ce soit de transcendant ni même d’intéressant à l’écoute.

Paradigm Persona 9H et Wireworld ou comment chausser votre Maserati avec des pneus de mobylette…

Salon-Haute-Fidelite-Paris-2017Pour ne pas arranger les choses, des câbles Wireworld, autrement dit du Made in Taiwan, se chargeait de transmettre le signal sonore aux enceintes. Encore une fois, je suis bien obligé de constater que, ce que certains appellent encore un accessoire, s’avère critique à l’écoute, du moins si vous cherchez à obtenir la meilleure reproduction musicale de vos électroniques. Ce que je ne comprends pas, c’est que j’ai passé des années à comparer des modèles et marques de câbles qui s’associent plus ou moins bien à mes électroniques et enceintes. Et je comprends encore moins bien que les professionnels puissent faire l’impasse sur un élément aussi important sur le résultat d’écoute, même s’il ne s’agit que de quelques heures de démonstration audiophile en salon.

L’écoute présentée s’avérait particulièrement fade, plate et inconsistante avec très peu en rapport avec le prix des éléments engagés tout en faisant vraiment insulte à la qualité exceptionnelle de ces enceintes canadiennes (35000$ la paire !). Mes propos vous surprendront peut-être mais le contraste avec l’écoute faite à Munich m’a vraiment fait passer du grenier à la cave. Preuve en est à nouveau que le très haut de gamme doit être logiquement marié avec du très haut de gamme sous peine de subir ce genre de punition particulièrement désagréable à l’oreille.

Cables-SINE-salon-paris-2017Au High End de Munich, un grand nombre de visiteurs, moi y compris, auraient classés les Paradigm Persona 9H dans la catégorie très fermée des meilleures enceintes au monde. Pourtant encore impressionné par l’écoute du couple Nagra/YG, je placerais facilement le système présenté à Munich encore un cran au dessus, dans une catégorie un peu utopique des chaines haute fidélité ultimes, celles qu’il faut avoir entendu au moins une fois dans sa vie.

A l’opposé, les Paradigm Persona 9H étaient totalement sous exploitées à Paris, avec de surcroit, un mariage catastrophique à des morceaux de plastique et de cuivre fabriqués en Chine. Je ne comprendrais jamais pourquoi certains démonstrateurs s’acharnent à croire que des câbles colorés et fabriqués à la chaine n’ont aucune incidence sur le résultat musical d’un système alors que des entreprises françaises de grande qualité nous prouvent le contraire avec chaque système écouté et câblés par leurs soins. Je pense en particulier à Charlin et à Absolue Créations qui nous proposent plusieurs gammes de câbles qui laissent passer le message musical de manière optimale. Heureusement, je n’allais pas terminer ma journée sur ce genre de catastrophes acoustiques. La mauvaise impression de mettre déplacé à moitié pour rien s’est progressivement effacé.

Disons que l’écoute des Magnepan MG3.7i commençait à me réconcilier un peu plus avec la musique. Animés par des électroniques de qualité tels qu’un préampli REF6 d’Audio Research avec amplificateurs à tubes VT80, un lecteur CD REF CD9 et câbles Shunyata Research, je rejoins tout à fait l’avis de Jean Razzaroli sur son excellent blog L’Audio Expérience. Les panneaux Magnepan ont nettement gagné en maturité avec le temps. Ils présentent une cohésion musicale bien meilleure qu’auparavant, loin de cette sensation un peu étrange de séparation entre les instruments qu’ils présentaient autrefois. L’écoute était plaisante, musicalement très aboutie par rapport à ce qu’elles pouvaient reproduire par le passé en termes de musicalité et de grave, plus tendu qu’autrefois également.

Encore une fois, Martial Hernandez arrivait comme un sauveur 🙂

Bel-Canto-TAD-salon-Paris-2017Histoire de terminer le salon parisien en beauté (et en musique), je ne pouvais que me réjouir de retrouver Martial Hernandez dans une vaste salle qui nous présenterait un système haute fidélité encore plus abouti que l’année dernière avec autant, sinon encore bien plus, de culture musicale à son actif. Cette année, je n’étais vraiment pas déçu, plutôt en accord total avec le maitre qui officiait avec sa modestie et sa gentillesse habituelle. Je m’asseyais sagement au premier rang sans me rendre compte de ce qui m’attendait en cette fin de week-end très chargé.

Martial nous avait fait le plaisir de nous convier à une démonstration musicale exceptionnelle, savamment orchestrée par le nouvel amplificateur intégré Bel Canto Black 600 avec les toutes dernières enceintes compactes de chez TAD, les Micro Evolution One. Un caisson de graves JL Audio particulièrement bien accordé à la pièce venait soutenir les (petites) TAD dans le bas du spectre. Câblé en Synergistic Research, je m’attendais un peu à un médium très ouvert, riche en timbres et particulièrement vivant.

salon-hifi-Paris-2017C’est effectivement ce genre d’écoute qui m’a été proposé ce dimanche soir de novembre. L’émotion de chaque morceau présenté à l’écoute était palpable, un peu comme si l’on assistait à la représentation en direct, qu’il s’agisse d’un live ou d’un morceau enregistré en studio.

Déjà complètement ravi de belles écoutes reposants sur les électroniques et enceintes PMC, YG et Nagra, un temps refroidi par Accuphase, honteusement câblé par des fils de plastique fabriqués en Chine sur les excellentes Paradigm Persona H9, j’étais à nouveau aux anges « grâce » à notre sauveur national de la Haute Fidélité, Martial Hernandez en personne. Mais jusqu’à quand va t-il officiellement œuvrer à nous offrir autant de plaisir et de belles musiques ? Prions pour que cela dure encore bien longtemps.

A bon « entendeur » 🙂

Le temps passe et j’étais à nouveau ravi d’avoir pu assister à ces deux excellents salons haute fidélité parisien et bruxellois. A nouveau prêt à prendre mon bus, j’ai quand même avalé près de 660 kilomètres sur deux jours mais cela en valait largement la peine. Finalement, il ne nous reste plus qu’à attendre Munich mais bien avant, je me ferais un plaisir de vous offrir quelques autres articles passionnés et très audiophiles.salon-haute-fidelite-Paris-2017

Une dernière fois (enfin je l’espère), je tiens à vous rappeler que vous lisez un article de blog. Autrement dit, l’article que vous êtes en train de lire reflète mon avis personnel. Si cela ne vous plait pas, c’est votre droit, tout comme celui d’aller voir ailleurs si j’y suis (mais vous aurez du mal à m’y trouver). Le Web est grand et il y a de la place pour tout le monde. Sinon, libre à vous de vous acheter un bon appareil photo et de faire comme je le fais, d’investir votre temps dans des déplacements et dans l’écriture, en fonction de votre opinion personnel qui, comme chaque opinion, trouvera des points d’accords et de contradictions – a priori constructifs.

Là dessus, et pour ceux que cela intéresse, je les invite également à visionner mes photos sur ma page Flickr Salon Haute Fidélité Paris 2017.

Eric Mallet

 

 

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :