Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > Salon Haute fidélité Paris 21 & 22 novembre 2015
21 Jan

Salon Haute fidélité Paris 21 & 22 novembre 2015

salon haute fidélité paris 2015Nouvelle année d’exposition pour le salon Haute Fidélité parisien présenté par le magazine du même nom, cette édition 2015 nous a réservé de très bonnes surprises et surtout, de très bons moments d’écoutes musicales. Les grands classiques et habitués du salon étaient présents, fort heureusement. PEL, Gryphon, TAD, Avant-Garde, Jadis, Focal, Fostex, Nagra, B & W, Pass Labs, Métronome Technologie avaient tous fait le déplacement afin de régaler nos oreilles. Ca, c’est pour le point positif. Quant au point négatif, il est immuable et concerne toujours la qualité d’écoute très moyenne des pièces qui accueillent toutes ces belles électroniques.

Un salon haute fidélité prometteur après les bonnes surprises de Bruxelles !

Comme tous les ans, le salon haute fidélité parisien s’est déroulé sur deux étages et un sous-sol de l’hôtel Marriott avec plusieurs stands d’exposition fixes et de salles toujours aussi remplies de merveilleuses électroniques. Egglestonworks hifi Paris 2015 La tendance générale reste plus ou moins identique à celle de l’année dernière avec une forte poussée de la musique dématérialisée et une cohabitation toujours aussi pacifique et heureuse entre le vinyle et le numérique. Pour ma part, j’ai pris le temps de rester au salon haute fidélité durant les deux jours du week-end afin de profiter au maximum de chaque démonstration musicale proposée par les différents exposants; le samedi pour découvrir et le dimanche pour approfondir les écoutes. Deux jours ne seront pas de trop pour une écoute sérieuse de chaque exposant !

Un salon haute fidélité assez prometteur pour les marques françaises

Au sous-sol, on découvre tout d’abord – et avec un peu de déconvenue – la pièce consacrée aux amplificateurs Devialet. A Paris, j’aurais tendance à faire la même remarque que pour l’exposition bruxelloise qui s’était tenue une semaine avant. C’est terne, sans vie, transparent mais rigide et peu musical, vraiment trop peu. C’est assez décevant dans l’ensemble. Amplification Devialet, enceintes B & W Personnellement, je n’arrive toujours pas à comprendre la démarche de la marque française qui, à mon avis et selon de nombreuses critiques, pourrait faire beaucoup mieux que ce qui est présenté ici.

Malgré une belle présentation, quelques qualificatifs un peu prétentieux mais où le ramage ne vaut vraiment pas le plumage, les belles enceintes de chez B & W n’arrivent vraiment à nous faire de la belle musique avec de tels amplificateurs. C’est vraiment dommage car Devialet a vraiment un potentiel énorme afin de faire vraiment beaucoup mieux.  Imaginez tout simplement une belle source Audio Aero ou Métronome Technologie avec deux enceintes Rockport technologies (cablées en JPS Labs Illuminata ou Stealth Audio) par exemple, l’écoute en serait certainement transformée; du moins, espérons-le !

PEL Quattro R + et Alycastre donnent le ton à des écoutes purement musicales

PEL Quattro R+ salon hifi Paris 2015Contraste certain avec l’écoute navrante de chez Devialet, Pierre Etienne Léon est toujours présent cette année pour nous présenter l’ultime version de ses Quattro R + en écoute alternée avec ses enceintes colonnes haut de gamme Alycastre. La gamme PEL était reliée à des électroniques YBA dont on reconnait d’ailleurs assez facilement le côté sobre, juste et articulé à l’écoute; un caractère qui n’a jamais vraiment changé depuis la naissance de la marque, même si l’on sait que les électroniques YBA ne sont plus fabriquées en France depuis de nombreuses années.

Quant à ces nouvelles Quattro R + dont le filtre a été encore optimisé, l’écoute reste fidèle à ce que nous connaissions déjà de ces enceintes avec une musicalité particulièrement entraînante, une transparence et une ouverture plus qu’étonnantes en regard de la taille réduite des enceintes mais surtout une spontanéité et une absence totale de trainage très rarement retrouvées sur d’autres enceintes similaires. PEL Quattro + Paris 2015Facile à emmener par n’importe quel amplificateur avec une descente étonnante dans le bas du spectre sonore, on se demande vraiment ce que l’on pourrait reprocher à des enceintes aussi musicales.

Je suis ensuite revenu dimanche matin pour écouter les Alycastre avec toujours autant de plaisir. Si les Quattro R+ délivrent des basses fréquences particulièrement convaincantes en remplissant facilement la pièce d’écoute, les Alycastre semblent profiter de la même facilité à déployer une belle image stéréophoniques avec une musicalité irréprochable, une nervosité peu commune mais surtout, un respect total de la musique enregistrée et reproduite pour notre plus grande satisfaction, malgré l’adaptation toujours un peu difficile avec les pièces d’écoute toujours aussi peu conçues pour la musique.

Le nouvel intégré Gryphon étonne par sa maîtrise totale du message musical

Concernant l’écoute proposée par Gryphon, c’est à nouveau une excellente surprise qui nous attendait. La marque présentait son nouvel amplificateur, le Diablo 300, nouvelle mouture du Diablo qui m’avait vraiment marqué l’année dernière. Gryphon AudioLa dynamique stupéfiante de cet amplificateur et sa capacité à démarrer très vite à la moindre impulsion m’avait impressionné. Cette nouvelle version s’avère tout aussi convaincante dans le sens où elle va plus loin que la précédente en apportant un côté apaisé assez nouveau pour qu’on le remarque assez vite mais en conservant cette capacité sidérante d’accélération au moindre changement de rythme.  Selon moi, c’est une réussite à classer dans les meilleurs intégrés jamais conçus.

Chez Davis Acoustics, on retrouve une exposition musicale conforme à ce que nous a déjà proposé la marque française, avec une signature qui ne change pas en étant toujours un peu portée sur l’aigu avec, pour mes oreilles, un certain manque de matière sonore. Enceintes compactes et colonnes étaient savamment mises en oeuvre pour l’écoute musicale avec un intégré Gryphon qui donnait de la nervosité et du coffre aux morceaux présentés. A priori, l’association Gryphon et Davis est envisageable sans trop d’erreurs même si, à vrai dire, cela ne me viendrait pas trop à l’idée.Davis Acoustics, Gryphon

Par contre, je ne comprends vraiment pas où se trouve l’intérêt d’employer un transport de CD Teac VRDS 25 alors que l’on a fait beaucoup mieux depuis et surtout, moins froid et chirurgical. C’est sans doute un parti pris pour la marque mais je ne trouve pas cela très avantageux pour des enceintes qui ont déjà tendance à tirer vers l’aigu et d’être un peu sèches à l’écoute. Si le Gryphon apporte un peu de matière sur l’ensemble du spectre, une meilleure platine pourrait certainement relever l’ensemble. Malgré cet anachronisme, j’avais trouvé l’écoute plus intéressante et moins froide que les années précédentes.

Electroniques Fonel, Leema Acoustics, enceintes Fonel, XavianPassons malheureusement un peu trop vite sur les expositions statiques de ces superbes amplificateurs à lampes (ou à tubes si vous préférez) et des nouvelles machines (lecteurs CD et amplificateurs) d’Audia Flight. On revient sur du très bon avec une démonstration des enceintes Xavian proposée par Exclusive Audio avec des électroniques Fonel (ampli et préampli). Mention spéciale sur le très beau médium dispensé par l’ensemble, des timbres justes et une fluidité musicale exemplaire, une des plus belles écoutes du week-end à n’en pas douter. Les voix sont particulièrement bien mises en valeur par le système et l’émotion passe naturellement. La musicalité authentique de ce système s’avère tout à fait remarquable.

Enceintes TAD, Bel Canto, câbles Synergistic ResearchL’écoute proposée par les belles électroniques Bel Canto en aluminium brossé qui alimentaient les enceintes TAD avec câbles Synegistic Research déjà présentes l’année dernière commencent enfin à rendre justice à la musique. L’écoute est plus cohérente sur l’ensemble du spectre sonore qu’en 2014 avec une une belle image stéréophonique qui prend bien sa place dans la pièce. C’est bien détaillé, charpenté avec de la matière sonore, plus fluide et toujours aussi solide sur le bas médium et les basses fréquences. Pour moi, c’était une écoute remarquable car elle s’améliore d’années en années, au point que j’en suis à me demander s’il ne s’agissait pas de la troisième exposition de ces enceintes ?

Jadis, ASA MonitorMême constat chez Jadis qui nous proposait une très belle écoute sur des enceintes ASA Monitor Baby de format moyen, un peu plus grandes que des enceintes dites de « bibliothèque » avec un volume qui laisser présager une écoute assez bien tenue dans le bas du spectre même si on ne doit pas s’attendre à un grave abyssal, c’est normal. L’association avec les électroniques Jadis est tout à fait remarquable, avec un haut médium aigu particulièrement riche, vivant et naturel. C’est sans conteste, un des meilleurs moments d’écoute que j’ai pu passer au salon parisien de ce mois de novembre 2015.

Enceintes Avant Garde, PMCMoment d’écoute tout aussi remarquable chez l’importateur DEA qui nous présentait lui aussi comme l’année précédente, l’écoute des enceintes Avant-Garde, un haut de gamme à pavillon qu’on ne présente plus, ainsi que les très étonnants blocs monophoniques hybrides Kallyste qui ont déjà fait l’objet d’un article complet sur mon blog. A nouveau les enceintes PMC constituaient la majeure partie des écoutes et l’on comprend bien pourquoi. Toujours aussi dynamiques et précises, à mon avis PMC fait partie des rares enceintes qui savent respecter la musique en reproduisant le plus exactement possible les intentions de l’artiste, sans colorations qui viendraient modifier le caractère de l’oeuvre reproduite. Issu du monde de l’audio professionnel, leur neutralité n’a pourtant rien de rigide, bien au contraire, il s’agissait certainement de l’écoute la plus réjouissante de ce salon haute fidélité.

AccuphaseAutre grand moment de ce salon, l’écoute des électroniques Accuphase, B & W, préamplificateurs et correcteurs d’acoustiques Trinov constituait un des rares « passages obligés » de ce salon haute fidélité 2015. A noter la présence des électroniques Pass Labs qui étonnent vraiment par leur musicalité exceptionnelle sur de nombreuses paires d’enceintes. Pour ma part, je serais assez d’accord pour dire que le correcteur d’acoustique Trinnov apporte effectivement un surcroît d’intelligibilité sur l’ensemble du spectre (du grave à l’aigu) sans changer la nature de l’oeuvre musicale mais j’en viens à me demander s’il ne serait pas préférable, dans la plupart des cas, de soigner l’acoustique d’une pièce d’écoute avant de songer à recourir à ce genre de système électronique. B & W, Trinnov, Pass LabsToujours est-il que la démonstration de l’efficacité de ces correcteurs pouvait difficilement être mise en doute. Le correcteur Trinov était actionné puis éteint en cours de morceaux de manière à ce que l’on puisse juger de ce qu’il apportait à l’écoute.A voir si cela peut apporter un surcroît de musicalité à une majorité de chaine haute fidélité…

Enceintes FocalFinissons par évoquer une écoute grandeur nature d’un excellent système Audio Research qui alimentait une paire de colonnes Focal. Elles semblaient elles-même très à l’aise à libérer une énergie sans limite dans toute la pièce. Une écoute énergique et puissante avec beaucoup de style mais parfaitement équilibrée nous a été dispensée, avec un niveau impressionnant dans les basses fréquences et une maîtrise parfaite du rythme de chaque morceau écouté. Ensemble pourtant très différent du système Gryphon, on aurait du mal à comparer les deux systèmes et dire où se trouve la vérité musicale.

Electroniques Audio AnalogueAutre surprise sans doute plus modeste mais tout aussi intéressante sur le plan musical, se trouvait présenté les nouvelles électroniques du fabricant italien Audio Analogue avec des enceintes Fostex. Placé dans une toute petite pièce entre les autres démonstrations, j’y ai jeté une oreille d’abord peu attentive, je comptais passer rapidement mon chemin. Puis, comme intrigué par cet ensemble qui paraissait si modeste, je décide de m’assoir et d’écouter ce qui sort comme musique de cet agréable système. Je me suis laissé prendre au jeu avec beaucoup de plaisir et d’étonnement pour un détail que je n’avais pas remarqué aux premiers abords.

Audio AnalogueL’image stéréophonique particulièrement précise, avec un médium très riche et expressif semblait s’étendre avec beaucoup d’élégance des deux côtés du spectre. Un détail m’a soudainement sauté aux oreilles. La texture exacte et le timbre de chaque instrument s’exprimait avec une expressivité que je n’avais encore jamais entendue auparavant. Chacun des timbres du grave s’exprimait de manière bien différenciée, de même pour le médium et chaque sonorité de l’aigu alors que tout était resté parfaitement cohérent avec l’ensemble. J’étais totalement interloqué…

Métronome Technologie KalistaMa découverte du salon s’est poursuivie avec une autre bonne surprise, notamment pour les sources Métronome Technologie, amplificateurs Pass Labs et enceintes Kef Blade 2 (j’émettrais une petite réserve pour les enceintes). Sans vous cacher mon parti-pris pour les sources Métronome Technologie, l’écoute met parfaitement en valeur la précision et la fluidité du message sonore comme ont peut rarement l’entendre avec autant de perfection, quelle que soit la source, numérique ou analogique. Difficile ensuite de se lever de la chaise même si je ne suis pas forcément amateur de chacun des morceaux qui furent présentés à l’écoute. Métronome Technologie, amplification Pass Labs, enceintes Kef Blade 2Disons que je reprendrais volontiers les paroles du magazine Haute Fidélité quand il s’agit de caractériser cette écoute, on en perd ses repères et son vocabulaire habituel car on ne peut plus vraiment parler de transparence sonore, de basses tendues ou d’aigu cristallin, on s’assoie et on apprécie la musique avec un grand M, sans pouvoir dire autre chose.

La présentation des électroniques Accuphase avec des enceintes Foxtex m’a également marqué. L’écoute était très détaillée, avec un médium très fouillé qui laissait suffisamment de place au reste du spectre, sans coloration particulière mais sans neutralité ennuyeuse non plus. Accuphase, enceintes FostexL’écoute s’avère particulièrement agréable et vivante même si elle n’a pas le petit plus indescriptible que j’avais apprécié avec les blocs mono Kallyste et enceintes PMC, capables de retranscrire la joie des musiciens et la fraîcheur de la musique. Pour les écoutes catastrophiques, j’ai l’impression que nous avons été relativement épargné cette année, à part peut-être chez Triangle/Attoll avec une musique criarde et insupportable dans l’aigu ou chez B & W avec une présentation vidéo industrielle qui tournait en boucle pour vous rappeler que si leurs enceintes étaient bien faites, elles sortaient surtout d’une usine standardisée pour reproduire des sons, mais peut-être finalement très peu de musique. L’écoute d’une symphonie de mauvaise qualité et déjà entendue 100 fois dans de meilleures conditions n’ont fait que confirmer le caractère insipide de ces enceintes, c’est vraiment dommage.

Electroniques Atoll, enceintes Triangle salon hifi Paris 2015Inutile de revenir sur Devialet qui rime avec nullité. Pour les points positifs de ce salon haute fidélité parisien, on se rend compte que la France a beaucoup à offrir avec le talent de nombreux constructeurs passionnés comme Jadis, Pierre Etienne Léon, Trinnov, Focal, Davis et d’autres… La Hifi française se porte bien, nous restons très confiant pour l’avenir, en attendant le salon de Munich en mai et la nouvelle mouture de ce salon haute fidélité parisien en novembre, ponctué par Bruxelles un peu avant. D’ici là, je vous invite à lire les prochains articles de mon blog et d’y laisser vos commentaires…

Eric Mallet

PS: Mes photos sont disponible sur mon adresse Pinterest.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :