Accueil > Reportages salons Haute Fidélité > Salon New Music High-End Innovation 18 et 19 novembre 2017
10 Déc

Salon New Music High-End Innovation 18 et 19 novembre 2017

High-End-New-Music-Innovation-BruxellesEnfin ! J’arrive à trouver un peu de temps pour vous parler du dernier salon bruxellois de la haute fidélité qui s’est tenu à l’hôtel Courtyard Marriott d’Evere (Bruxelles). Agenda assez chargé, cette fois, je prends un peu de temps pour vous parler du salon Hifi de New Music, certainement la meilleure boutique en Belgique, du moins, présente t-elle le meilleur salon belge. J’étais d’autant plus impatient de me rendre à ce nouveau High End Innovation 2017 que je n’avais pas pu me rendre au salon l’année dernière.

Pourtant cette année, en ce mois de novembre généralement chargé en plaisir musical et audiophile, une contrariété s’était installée depuis quelques semaines en apprenant que le salon New Music High End Innovation 2017 se tenait en même temps que le salon parisien organisé par le magazine Haute Fidélité, en son Marriott respectif boulevard Saint Jacques à Paris. Le week-end s’annonçait donc fatiguant, avec des écoutes trop rapides des systèmes présentés, autant à Paris qu’à Bruxelles. J’ai cependant essayé d’optimiser au maximum mon temps d’écoute afin de vous donner, au moins, un avis sérieux sur la plupart des chaines haute fidélité en démonstration. Toutes les photos du salon sont disponibles sur mon compte Flickr, album New Music High End Innovation 2017.

Deux salons haute fidélité sur le même week-end, trop de fatigue et des écoutes trop rapides…

salon-New-Music-Innovation-Bruxelles-2017Dans les faits, c’est exactement cela qui s’est produit. Beaucoup de fatigue, un manque de temps certain pour des écoutes sérieuses sur Bruxelles et Paris mais j’ai quand même essayé de faire le maximum. J’espère que vous vous montrerez indulgents en lisant ma prose, tant bruxelloise que parisienne… Cela dit, je reprends le clavier après un déplacement plus tranquille aux portes ouvertes d’Opus 51 à Reims, journées organisées par Frédéric Baussart avec Christian Catauro qui nous faisait écouter ses électroniques Helixir Audio. J’espère surtout que l’année prochaine, les organisateurs des salons belges et parisiens de la haute fidélité sélectionneront des dates différentes. Je me suis même laissé dire qu’un salon luxembourgeois se tenait également aux mêmes dates alors que Présence Audio Conseil présentait une écoute d’enceintes Magico au même moment. Au pire, je devrais choisir de visiter l’un ou l’autre salon l’année prochaine, avec des regrets. Mais revenons à Bruxelles

Le rez-de-chaussée était déjà bien chargé en surprises musicales de taille !

Van-den-Hul-High-End-Innovation-2017Arrivé à l’hôtel, je connaissais déjà un peu les lieux. En face de l’entrée, au fond du rez de chaussée, se trouve une très grande salle où un système de grande qualité y est toujours installé. En 2015, il s’agissait des électroniques Nagra et enceintes Magico qui m’avaient laissé un très bon souvenir. Cette année, New Music avait à nouveau vu les choses en grand en présentant des électroniques Van den Hul avec les câbles et cellules de la marque qui aboutissaient sur une impressionnante paire d’enceintes BHC 1743 élaborées par Blumenhofer Acoustics.

Pourtant, si les enceintes impressionnent par leur taille, les sources musicales étaient parfaitement associées et toutes aussi intéressantes avec notamment un magnéto à bandes Teac, une très belle platine vinyle Dr. Feickert Firebrid et bras Reed 5T, très dans le ton de la démonstration et, oh surprise ! un des premiers lecteurs CD de la marque américaine Proceed, alias Mark Levinson, si cela vous dit encore quelque chose.

High-End-2017-New-Music-Van-den-HulAmbiance vintage particulièrement confortable et un brin décalée, on aurait pu s’attendre à une symphonie, un concert de jazz ou de blues rock grandeur nature et pourtant, ce n’était pas le cas, du moins lorsque j’assistais à la démonstration musicale. Avec une écoute plutôt intimiste, le contraste entre la taille impressionnante des enceintes et ce qui y était joué était tout aussi surprenant. Un petit ensemble de jazz prenait vie devant l’auditeur avec un positionnement des instruments placés au millimètre près sur une large scène sonore en trois dimensions, ce qui ne cessait de m’étonner. Avec des timbres chauds mais pourtant peu colorés, le plus impressionnant concernait peut-être la matière sonore délivrée à l’écoute, à mi chemin entre la chaleur du tube et la rigueur des transistors. Séduit d’entrée, il s’agissait certainement d’une des démonstrations audiophiles les plus originales proposées par New Music en cette fin d’année.

Câbles et électroniques Van den Hul sur enceintes BHC 1743 font preuve d’une musicalité douce, transparente et véridique

Salon-New-Music-2017-Van-den-HulSans excès mais avec une écoute plutôt confortable, plus vive quand la musique le demandait, ce genre de système haute fidélité vous invite tout simplement à vous installer, à profiter d’un bon livre avec un café (ou peut-être un cigare pour les fumeurs) pour savourer l’instant. Avec un ensemble aussi musical, on s’y perdrait des heures, tant les œuvres présentées se font accueillantes…

Musique douce, équilibrée mais pas molle pour autant, ce système haute fidélité m’a rapidement séduit. Sans le petit défaut que je reproche parfois à certains câbles Van den Hul avec un bas médium un peu trop en avant, imaginez tout simplement que vous ayez la place pour installer ce genre de système haute fidélité à la maison. Il vous suffirait d’un bon canapé pour profiter à chaque fois d’un bon moment de plaisir musical auprès des artistes eux-mêmes. Et en parlant d’artistes, un peintre était présent sur place pour présenter ses œuvres alors qu’il peignait pendant l’exposition. Parmi d’autres, de très beaux tableaux de Coltrane et de Maria Callas étaient déjà exposés sur les murs de l’hôtel.

Enceintes B&W, Rotel, Aurender et Classe pour des écoutes plus conventionnelles

Salon-New-Music-Rotel-B&WPlus près de l’entrée, dans les salles orientées vers la gauche, l’ambiance était toute différente. Des systèmes plus moyen de gamme dirons-nous, étaient exposés avec des électroniques Rotel, Aurender et Classe sur enceintes B&W. Je n’y suis pas resté longtemps, n’étant pas vraiment amateur de B&W, des enceintes trop conventionnelles à mon goût. Je ne pourrais cependant pas dire que les deux systèmes (Rotel et Aurender/Classe) n’étaient pas bien présentés, bien au contraire mais le résultat musical était pour moi trop « convenu d’avance ».

Même sans manquer de qualités, avec un bel équilibre et des timbres respectant la réalité du concert, ce genre de système haute fidélité n’apporte pas la musicalité recherchée par les audiophiles les plus exigeants. Cependant, nul doute que les amateurs de musique, désireux bénéficier d’une chaine fiable, esthétiquement réussie et qui veulent profiter de leurs musiques à tous moments trouveront pleine satisfaction avec ce genre de systèmes haute fidélité de qualité. J’aurais voulu cependant jeter une oreille attentive sur l’association Aurender/Classe et B&W mais malheureusement, je n’aurais pas le temps d’y revenir en fin de journée.

Le système Uniti de Naïm Audio peut compter sur les inconditionnels de la marque

Naim-Audio-Uniti-BruxellesA l’opposé de cette grand salle d’écoute placée sur la gauche du rez de chaussée de l’hôtel, trois systèmes Naïm Audio étaient présentés à tour de rôle pour le plus grand plaisir des auditeurs du salon New Music. Le nouveau concept Uniti Tout-en-Un de Naïm nous a à nouveau démontré tout son talent avec une écoute assez chaleureuse, douce et musicale comme les habitués de la marque se plaisent à l’écouter.

Écoute particulièrement agréable, ouverte et riche, Naïm continue de régaler les amateurs de la marque et même, à fédérer ceux qui préfèrent profiter d’une musique plus neutre que trop chaleureuse, audiophiles dont je fais partie. Toujours est-il que Naïm Audio a son public d’inconditionnels depuis des années, ce qui est parfaitement compréhensible. Musicalement parlant, le système Uniti est une vraie réussite avec notamment, une image stéréophonique remarquable et qui remplit très facilement l’espace d’une pièce pour peu que vos enceintes acoustiques se montrent à la hauteur (sans jeu de mots).

Encore de très belles surprises au premier étage avec T + A, Mark Levinson, Dali, Sonus Faber, YG et d’autres…

Salon-hifi-New-Music-Bruxelles-Dali-NADJe vous inviterais ensuite à me suivre au premier étage ou d’autres surprises musicales nous avaient été préparées par New Music. Au détour de l’escalier étaient placées plusieurs enceintes Dali alimentées par des électroniques NAD pour présenter quelques morceaux de jazz à heures fixes. Une des salles présentera également le même matériel de reproduction musicale mais j’ai vraiment du mal à comprendre le pourquoi d’une telle association.

Non que NAD soit une mauvaise marque de haute fidélité mais à chaque fois que j’ai eu le plaisir d’écouter les enceintes Dali, il s’agissait d’un matériel plus haut de gamme et d’une écoute beaucoup plus riche. Mes impressions seront d’ailleurs confirmées le lendemain à Paris avec une très belle écoute d’enceintes Dali alimentés par des électroniques à lampes Octave. Toujours est-il que l’idée d’une démonstration de Jazz programmée à heure fixe était particulièrement bien pensée, tout comme la démonstration de peinture sur toile durant l’écoute des électroniques Van den Hul sur enceintes BHC 1743…

Un couple Mark Levinson Wilson Audio stupéfiant de dynamisme et de musicalité

Mark-Levinson-Wilson-Audio-New-MusicPremière grande salle sur la droite en sortant de l’escalier, la démonstration des électroniques Mark Levinson sur enceintes Wilson Audio Series 2 m’intrigue puis me fascine… Il s’agissait de la première présentation de la nouvelle série de Wilson Audio à l’occasion du salon de New Music. Cette écoute particulièrement dynamique, nerveuse et ouverte prouve à nouveau que la marque américaine de haute fidélité Mark Levinson maitrise toujours aussi bien son sujet.

Bande passante large, sans la moindre bosse, la dynamique impressionne dans le sens où l’on sent parfaitement que le système est capable d’une réserve de courant et de dynamique presque infinies, le signe indubitable des grands système de haute fidélité. Dans le bas du spectre, les Wilson Audio Series 2 font preuve d’une belle charpente, le médium est parfaitement ouvert, c’est neutre sans la moindre sécheresse. La musique vous emporte et libère toute son émotion avec une facilité déconcertante. L’aigu sait également monter très haut tout en restant intégré au reste du spectre.

Deux écoutes gagnantes et totalement différentes entre Mark Levinson et Van den Hul

Certes, l’écoute est totalement différente du couple Van den Hul/BHC 1743 même s’il s’agit de deux grands et très bons systèmes de haute fidélité. J’ai pourtant une préférence pour le couple Mark Levinson/Wilson Audio parce que la dynamique stupéfiante qu’il est capable de produire est parfaitement maitrisée. Avec ce système, il n’existe aucune attente sur les demandes instantanées de courant, la rapidité des attaques tout comme les coupures parfaitement nettes sont assez stupéfiantes. Corollaire de cette qualité dynamique, la spontanéité des attaques permet une fluidité musicale qu’il est assez rare de rencontrer hors des concerts. Finalement, il s’agit certainement d’une des meilleures écoutes du salon New Music même s’il y en a eu beaucoup d’autres.

Salon-New-Music-High-End-Innovation-Audio-Valve-Audio-Research-2017Autre choc musical auquel je n’étais pas préparé, l’écoute d’un système basé sur une amplification Audio Research, préamplificateur Audio Valve, câbles Charlin, source vinyle et enceintes Cabasse m’a plus dans le sens ou cette association particulièrement bien réalisée entre une amplification transistor et préampli à lampes était une réussite totale. L’équilibre entre la matière sonore donnée par la préamplification et la rapidité des Audio Research s’associait pour former un cocktail très réussi, avec une musique vivante et parfaitement matérialisée dans la petite pièce d’écoute.

Écoute fluide et séductrice certainement prodiguée par la source vinyle, la richesse du médium était exceptionnelle mais sans excès ni coloration. Sur la Panthère Rose d’Henry Mancini, je me suis complètement régalé. J’ai rarement entendu une telle richesse de timbres sur un saxophone alors que l’image stéréophonique s’avérait d’une précision exacte avec un étagement des plans sonores particulièrement juste en profondeur; difficile de croire encore que la scène sonore ne se tenait que sur quelques mètres carrés… Décidément, cette association Audio Research et Audio Valve est une option à creuser sérieusement pour ceux qui cherchent à profiter du meilleur des deux mondes de l’amplification.

Le SA 10 de Marantz était mal installé et mal exploité, un tel lecteur de CD méritait mieux…

T-+-A-Auralic-Dynaudio-New-Music-BruxellesPassons rapidement sur une grande déception avec la présentation, à mon avis complètement ratée du nouveau lecteur de Marantz, le SA 10 qui, quand on l’a écouté dans de bonnes conditions, est capable de donner autre chose que la musique présentée dans cette petite pièce. L’installation plutôt aléatoire du système a vraiment gâché le résultat musical que l’on pouvait légitimement attendre du haut de gamme Marantz.

Sans doute par manque de préparation sérieuse du système (un « découplage » sérieux des électroniques aurait sans doute évité ce résultat d’écoute assez moyen), avec des enceintes plus adaptées à la taille réduite du local d’écoute, nous aurait permis de profiter bien mieux des qualités musicales aujourd’hui proposées par Marantz. Drôle d’idée que ces Q Acoustics, franchement, je n’ai pas vraiment compris la démarche. J’avais également à l’esprit la démonstration en mi-teinte – du moins, pour mes oreilles – des électroniques T + A sur enceintes Dynaudio, n’étant pas vraiment fan de la marque au départ. Pourtant, quand on se rappelle de ce que faisait la marque allemande T + A il y a de cela quelques 15 à 20 ans d’ici, le souvenir de leurs lecteurs de CD très en avance sur leur temps et de leurs amplificateurs à lampes démesurées me rend un peu nostalgique de l’époque…

Avid Turnetable, Mac Intosh et Sonus Faber Homage m’ont fait forte impression

Mac-Intosh-Sonus-Faber-New-Music-2017Autre coup de cœur de ce salon bruxellois proposé par New Music, un système haute fidélité de haut niveau basé sur une platine vinyle et son préampli phono Avid m’ont laissé une forte impression. Difficile ici de caractériser l’écoute même si j’ai un faible pour Sonus Faber. Disons simplement que cette chaine haute fidélité s’approche de très près d’une écoute vivante, très proche des conditions du réel, exprimant un équilibre musical rarement apprécié auparavant.

Ici, pas de dynamique surpuissante, de bande passante abyssale ou qui vous cisaille les tympans dans l’aigu. L’écoute se veut souveraine, ouverte, avec un médium particulièrement détaillé, une musique vivante, riche mais sans aucune coloration des timbres. Au contraire, ceux-ci s’avèrent particulièrement naturels sur une image stéréophonique large et profonde. Si l’écoute est timbrée différemment par rapport au système Van den Hul, les deux chaines haute fidélité ont leurs propres qualités mais comme je le disais, elles ont aussi leur propre son. Nous voici cependant devant un système haute fidélité qui fait consensus sur le plan musical mais la chaine musicale qui plaira à tout le monde n’existe peut-être pas car aucun système, malgré ses attraits respectifs, ne sonne exactement comme un autre.

Électroniques Pass Labs, DCS, Charlin, enceintes Kef et Golden Ear Technology

Golden-Ear-Technology-Pass-LabsOn monte encore d’un étage pour découvrir d’autres systèmes d’exception. L’écoute d’un système sur amplification NSI avec enceintes YG ne m’a pas vraiment convaincu sans vraiment me décevoir non plus. Disons que des enceintes d’une telle qualité méritent vraiment des électroniques d’exception. La démonstration parisienne du lendemain sur électroniques Nagra viendra d’ailleurs confirmer mes propos. En cours d’année, chez New Music, j’ai d’ailleurs eu le plaisir d’apprécier ces enceintes exceptionnelles avec les électroniques Charlin pour y vivre une des meilleures écoutes de l’année. Démonstration pour moi plus convaincante, celle des électroniques Pass Labs et DCS sur enceintes Golden Ear Tehcnology Triton Référence ne m’a pas laissé indifférent. Bien sûr, la démonstration n’atteignait pas la dynamique stupéfiante du couple Mark Levinson/Wilson Audio mais l’écoute s’avérait particulièrement intéressante sur ce point. Avec une belle image stéréophonique qui savait prendre de l’ampleur quand il le fallait, la musique se présentait comme tout à fait agréable et cohérente sur l’ensemble de la bande passante.

Platine-vinyle-Merlin-et-Charlin-Bruxelles-2017-salon-New-MusicPassons très rapidement sur la démo complètement ratée des Kef LS50 qui présentait surtout un grave surgonflé, très loin de ce que les amateurs de musique s’attendent à trouver. Par contre, j’ai vraiment eu une très bonne surprise dans une petit salle qui présentait très simplement une électronique Teac aboutissant sur des enceintes « bibliothèques » de chez B&W avec un très bel album de Lianne la Havas.

Je retrouve enfin Olivier Robert des électroniques et câbles Charlin dont j’apprécie le naturel depuis quelques années déjà. Pas vraiment de surprises ici malgré une très belle installation qui mettait en valeur les qualités musicales d’une très belle platine vinyle Merlin dont je ne connaissais pas encore les qualités. L’écoute est très fluide, détaillée avec une belle bande passante sans en faire trop dans le bas du spectre. Personnellement, je préfère nettement Merlin aux platines Trans-Rotor lorsqu’il s’agit de musicalité. Si je n’étais pas vraiment enthousiasmé par les enceintes Kef Référence 3 à Bergerac, Olivier Robert a pourtant su les exploiter à 100% dans une toute petite salle de l’hôtel, ce qui n’est pas une mince affaire. Par rapport aux Kef LS50 proposées à l’écoute de manière très approximative, le contraste s’avérait vraiment saisissant. A nouveau, la preuve est faite que le meilleur matériel, la meilleure enceinte ou la meilleure électronique ne peuvent donner le donner d’eux-mêmes que s’ils sont parfaitement optimisés en termes d’installation.

Ce salon haute fidélité présenté par New Music n’a pas usurpé le terme d’Innovation avec de nombreuses nouveautés

Aries-Cerat-enceintes-SteinheimEnfin, comme on pouvait s’y attendre chez New Music, d’autres installations de haut niveau venait encore s’ajouter à ce salon haute fidélité qui défendait déjà solidement ce que les meilleures marques du High End peuvent nous proposer. A noter l’exceptionnelle démonstration musicale des électroniques à lampes Aries Cerat (Triodes single ended) sur enceintes à haut rendement Steinheim Alumine Two dont la richesse et la matérialité des timbres ne pouvaient que surprendre. Écoute qui n’a rien de fatiguant, sans être non plus trop accommodante, ce genre de système haute fidélité conviendrait certainement aux audiophiles amateurs des amplifications à lampes qui ont leur caractère; un parti-pris difficilement critiquable à l’écoute d’un tel système musical.

Pourtant loin d’être totalement neutre à l’écoute, ce genre de système haute fidélité nous rappelle que la musique doit avant tout nous donner du plaisir en libérant des émotions. Évidemment, une chaine haute fidélité n’est pas élaborée comme une écoute de Monitors en studio, les deux optiques étant totalement différentes. Ce très bon système présenté par New Music nous le rappelle ici de manière très élégante.

New Music nous a encore gratifié d’un excellent salon de la haute fidélité !

Terminons enfin par la présentation particulièrement intéressante des enceintes Legend, enceintes acoustiques qui cette fois portent bien leur nom car développées en fonction de l’audition humaine. D’abord un peu surpris et pas vraiment convaincu, je décide de m’assoir et, après quelques minutes d’acclimatation, j’ai bien dû avouer que la sensation de réalité et d’intimité avec la musique étaient vraiment exceptionnelles. Citons également le concept d’enceintes originales Ilumnia et d’autres encore que je ne pourrais sans doute pas tous vous citer.

Quoi qu’il en soit, New Music nous a de nouveau apporté beaucoup de plaisir musical et je ne peux que les remercier pour ces démonstrations particulièrement hors du commun. Le terme même d’innovation est lui aussi loin d’être usurpé avec son lot annuel de surprises. Vivement l’année prochaine que l’on se retrouve à Bruxelles… Je vous donne bien sûr rendez-vous dans la capitale de Belgique d’ici un an, même endroit, même heure mais à des dates qui conviendront, je l’espère, autant aux amateurs français que belges de la haute fidélité et du High End.

Eric Mallet

 

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :