Accueil > Câbles de modulation > Câble de modulation Van den Hul D102 mkII, le Test !
16 Fév

Câble de modulation Van den Hul D102 mkII, le Test !

A vrai dire, les câbles Van den Hul possèdent une personnalité attachante, même si j’ai tendance à critiquer la focalisation excessive sur le bas médium de certains de leurs câbles, assez haut de gamme notamment. Comme il me restait deux Van den Hul D102 mkII à tester, alors que je les avais acheté mais jamais branché, j’ai donc mis une paire à contribution en les laissant mijoter quelques heures en rodage.

Van den Hul D102 mkIIRarement critiquable pour leur musicalité, les Van den Hul sont parfois évalués subjectivement sur certains critères bien précis, comme je viens de l’évoquer. Quant au D102 mkII, j’aurais justement tendance à dire que ce n’est pas le bas médium qui est ici mis en avant mais au contraire, le haut médium et l’aigu.

Non rodé, on sent clairement un manque d’extension dans le bas du spectre, les basses restant trop timides, pas assez profondes ni tendues. Par contre, le côté haut médium et aigu paraissent légèrement mis en avant. Corolaire assez intéressant, l’écoute est assez piquée, les voix bien détaillées mais la transparence n’atteint pas des sommets pour l’instant malgré que le résultat musical soit assez homogène. Cela prouve encore une fois, que la totalité des détails d’une oeuvre musicales sont répartis de manière homogène sur l’ensemble du spectre sonore…

Van den Hul D102 mkII, un câble dont l’homogénéité musicale remporte le suffrage des audiophiles

Avec le Van den Hul D102 mkII, on a clairement l’impression qu’il essaie de donner le maximum de lui-même dans la partie médium aigu du spectre, sans chercher à en faire trop là où l’écueil serait impardonnable, pas de grave lourd et répétitif donc… C’est déjà plutôt un bon point, le D102 mkII s’avère particulièrement homogène. Après quelques heures d’écoute (toujours insuffisante pour bien roder un câble), on dirait simplement que le Van den Hul D102 mkII est un câble qui fait consensus, qu’il a un peu les défauts de ses qualités comme disait l’autre…

  • Le D102 mkII présente une signature légèrement portée sur le haut médium aigu
  • Une bande passante assez large avec des graves et un aigu suffisamment présents, sans être envahissants
  • A ne pas marier avec un câble d’enceintes au caractère montant
  • Le D102 mkII présente une image stéréo moyennement large mais bien centrée entre les enceintes, sans flottement
  • Bien timbré, le grave pourrait être plus tendu sur certains albums, le médium est ouvert
  • Il est assez vif sans être agressif
  • Manque un peu de variété de timbres dans le bas du spectre
  • Très belle écoute sur du jazz, jazz-rock ou classique et heavy métal
  • Le D102 mkII possède un sens de branchement (voir plus bas)

Disons qu’il s’agit d’un bon câble pour son prix, qui ne cherche pas à en faire trop mais qui excelle à reproduire la musique de manière uniforme et équilibrée, avec une certaine vivacité sans trop forcer sur une dynamique spontanée qui pourrait passer pour de l’agressivité. Pour résumer, le D102 mkII fait montre d’un bel équilibre dans la gamme de ce qu’il sait reproduire. Légèrement porté sur le haut médium aigu sans être agressif, il faut pas non plus en attendre le grave abyssal et la finesse de l’aigu d’un câble beaucoup plus haut de gamme. Pourtant, on ne ressent pas de manque aux deux extrémités du spectre sonore. Bien timbré, le Van den Hul D102 mkII respecte le timbre original des instruments avec une belle définition sur les voix. Bien articulé dans ce registre, cela prouve qu’il développe un beau médium. Finalement, c’est un bon câble de modulation qui ne fait pas tout mais ce qu’il fait, il le fait très bien.

Associer deux câbles de la même marque n’est pas toujours synonyme d’équilibre et de musicalité…

Van den Hul D 102 mk IIAssocié à mes Shunyata Gemini en câbles d’enceintes, leur neutralité et transparence m’ont permis de cerner le D102 assez rapidement. Je l’ai ensuite couplé à une paire de « The Magnum » de la même marque. Là, l’écoute s’est révélée bien moins bonne que je l’espérais. Grave en retrait, aigu assez en avant et manque d’image stéréophonique en profondeur, j’étais plutôt déçu car je m’attendais à mieux. A priori, ce genre d’association pourrait convenir à des systèmes à petit budget, sans les prétentions du haut de gamme en termes de bande passante, de neutralité ou de respect des timbres. A vrai dire, il est toujours plus facile de monter en gamme que d’en redescendre. J’ai donc remis mes Shunyata et j’ai retrouvé l’écoute assez caractéristique que j’avais constaté au départ.

Certains lecteurs pourrait trouver un peu saugrenu le fait d’associer des câbles d’un prix aussi radicalement opposé mais le Shunyata m’a permis de discriminer très facilement les qualités du Van den Hul D102 mkII, ce qui est plutôt avantageux lorsque l’on teste un câble de modulation, ceux-ci étant un peu moins simples à cerner que des câbles d’enceintes qui, à mon oreille, affichent leur caractère d’une manière bien plus radicale et précise. Ensuite, l’association heureuse des deux permettra d’atteindre une écoute équilibrée, neutre et dotée d’une belle image stéréophonique avec de l’émotion, là où la magie opère sans retenue…

A force de passer les quelques disques que j’avais sous la main, l’image stéréo a commencé à prendre un peu de profondeur et les basses fréquences à prendre un peu plus de matière. Par contre, l’image n’a pas changé en largeur, le message musical restant bien centré et débordant un peu des enceintes, mais sans excès. C’est un peu le genre d’écoute qui peut plaire pour des quatuors, de la musique de chambre ou une belle symphonie, même si le Van den Hul D102 mkII n’a pas l’aération d’un Synergistic Research plus haut de gamme. Bref… C’est un câble qui plaira aux amateurs d’équilibre sonore, de belle musicalité et d’image stéréo bien localisée entre les enceintes.

Ecoute du Van den Hul D102 mkII et mélange des genres…

Sur du Symphony X, album The Odyssey, chaque instrument est bien à sa place, l’écoute est fluide, c’est bien timbré et le chant passe remarquablement bien. Sur le nouveau Megadeth, Dystopia, la voix de Dave Mustaine est parfaitement intelligible également, aucune confusion entre les instruments ne vient brouiller l’écoute; il n’y a pas de sensation de voile.

D102 mkII van den HulAutre genre, sur l’album Monkey me de Mylène Farmer, on retrouve un peu la même coquetterie dans le haut médium aigu avec une belle articulation de la voix de Mylène. Les effets de synthétiseurs traités en studio sont bien rendus dans l’espace et contribuent à l’ambiance assez particulière de certains morceaux, avec une belle spontanéité et de l’émotion; c’est bien là l’essentiel !

Sur l’album Be not Nobody de Vanessa Carlton, on se plait à écouter la jeune chanteuse, bien placée en avant, comme le veulent l’enregistrement et le mixage en studio. Le positionnement du piano, de la batterie, de la basse et des autres instruments qui l’accompagnent sonnent particulièrement justes.

Finalement, le Van den Hul D102 mkII est un bon câble de modulation, comme sait très bien les faire le facteur hollandais. Musical, un peu brillant et porté sur le haut médium aigu, c’est un peu le genre de modulation qui pourrait réveiller un système un peu terne en lui redonnant quelques couleurs et de l’émotion. Chose un peu étrange mais finalement pas si rare qu’on pourrait le penser pour un câble de modulation, le Van den Hul D102 mkII a un sens de branchement. Placez tout simplement l’inscription « Van den Hul D102 mkII » depuis l’ampli vers le lecteur et non pas l’inverse. Vous profiterez d’une image stéréo plus ouverte et qui remplit mieux l’espace, avec plus de fluidité, d’articulation, de transparence et d’ouverture de la bande passante. Peut-être pas aussi fluide que le célèbre câble en carbone de la marque, c’est son équilibre et son image stéréophonique homogène qui en fait vraiment un câble de valeur pour tous systèmes nécessitant un peu de fantaisies et de musique vivante. Avec toutes ces qualités, on comprend mieux pourquoi ce petit câble a tant contribué à la renommée de la marque néerlandaise de câbles qu’est Van den Hul…

Eric Mallet

Categories: Câbles de modulation
Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :