Accueil > Jazz, Mes albums coup de coeur > Vanessa Carlton, la perle du jazz américain
13 Fév

Vanessa Carlton, la perle du jazz américain

Vanessa CarltonTout d’abord, on pourrait vraiment s’étonner du peu de reconnaissance que Vanessa Carlton a reçu en France et c’est d’autant plus étrange que c’est vraiment une très grande artiste du jazz américain. En effet, si Vanessa Carlton n’a pour l’instant sorti que quatre beaux albums, on peut compter sur elle pour nous faire de la belle musique encore bien longtemps. Son œuvre reste encore trop peu connue en France et c’est vraiment dommage.

Découverte réalisée en vacances, au cours d’une soirée, j’aimerais donc vous parler de  son premier album Be not Nobody en particulier mais tout d’abord, qui est cette jeune fille au talent déjà si affirmé pour la musique et le jazz avec un soupçon de pop rock si particulier ?

Vanessa Carlton est naturellement douée pour la musique et la danse

Née en 1980 en Pennsylvanie, Vanessa est pianiste comme sa mère, elle-même professeur de musique. Musicienne et danseuse classique, elle décida à 19 ans de se consacrer à la musique et d’abandonner la danse. Be not Nobody est sorti en 2002 et fit un véritable carton avec plus de 100000 exemplaires vendus. Par la suite plus de 3,5 millions de disques furent vendus dans le monde entier. Avec 3 singles qui on fait le tour du monde, Be not Nobody renferme également une très belle reprise de Paint it Black. Je ne vous ferais pas l’affront de nommer l’artiste original. Après plusieurs albums dont Harmonium ou Rabbits on the run, Vanessa Carlton prépare un nouvel album, Liberman, qui sortira cette année, en 2015…

Vanessa carlton be not nobodyÉcouté sans plus d’attention (et ça serait bien dommage), on imagine facilement que Vanessa œuvre principalement pour le registre jazz… En réalité, ce premier album serait plutôt le fruit d’un savant assemblage de jazz, où la maîtrise tranchante du talent pianistique de l’artiste ne fait aucun doute, et de pop rock où viennent se mêler quelques cordes, avec parfois un soupçon de guitare électrique et rythmique très discret mais franc. Si la batterie atteste souvent d’un rythme vif et d’une caisse claire cinglante sur la majorité des morceaux, elle se marie à l’unisson avec ses notes de piano d’une vigueur intense… Vanessa donne le ton et ça ne plaisante pas !

Ordinary Day est une belle histoire, pleine de fraîcheur, tout comme la voix de Vanessa, tantôt tendre, tantôt un brin énigmatique mais toujours si joyeusement posée en harmonie avec les accords de son clavier. L’on en vient à partir avec elle sur ce Thousand Miles pourtant faussement mouvementé, lorsque les distances ne veulent rien dire. L’orchestration de ce premier album est d’ailleurs un véritable chef d’œuvre qui donnerait aisément des leçons à bien d’autres artistes. C’est un peu comme si, avec une étonnante facilité, Vanessa Carlton nous emmenait en voyage sans que l’on bouge pourtant d’un pouce… Tout se passe en imagination, des phrases et des images plein la tête, plein les yeux…

Un album d’une richesse musicale particulièrement réussie

Plus tranquille, posé ou plutôt reposé comme une méditation zen, Pretty Baby étonne par un mixage quasiment parfait en studio, tout en faisant ressortir parfaitement la mélancolie qui s’installe. vanessa carltonRinse est beaucoup plus sombre, plus noir et pourtant… Vanessa Carlton nous emmène encore vers d’autres horizons, même si un soupçon d’aigreur, de fraîcheur et de mélancolie (encore !) teinte en toile de fond chacun de ses morceaux. Sway donne le vertige, on navigue sur une ambiance pop et jazzy trop belle pour être vraie, et pourtant… Paradise nous prend tout entier et l’on s’interroge un peu sur soi, sur le présent et au fond, sur la vérité qu’elle nous souffle à l’oreille: souviens-toi que d’autres sont loin d’y être, même si Vanessa ne nous fait aucun reproche.

Prince, c’est un peu l’archétype jazzy du morceau. Les cuivres s’affolent, la basse nous remue les tripes, le rythme secoue, endiable et nous prend avant de nous lâcher sans corde de rappel. On tombe, on se reprend avec cette impression de repartir en trombe en ayant perdu les freins. La reprise de Paint it black est magistrale, Vanessa Carlton est talentueuse, difficile d’ajouter quoi que ce soit d’autre, sinon de vous conseiller tout simplement d’acheter l’album. Vanessa tourne en boucle à la maison mais on ne s’en lasse pas…

Eric Mallet

Site officiel : http://www.vanessacarlton.com/

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks

%d blogueurs aiment cette page :